Politique : Pourquoi les femmes ne s’y investissent-elles pas ?

0
0

Le constant est là : au  Mali, rares sont les femmes qui exercent  des responsabilités politiques au plus haut niveau. C’est tout dernièrement qu’on a pu voir une dame accéder au poste de Premier ministre. Or cette nomination relève surtout d’une stratégie pour faire bonne figure, pour exhiber qu’on est ouvert d’esprit.


La majorité des Maliens  sont des femmes ? Est-ce qu’il ne serait donc pas normal qu’il  y ait plus de femmes investies dans le domaine de la politique?
Pourtant, la bataille pour l’accès des femmes à la politique demeure légitime et nécessaire. Et si l’on croit à l’égalité des sexes, aucune femme ne devrait souffrir de discrimination. Mais à partir de ce principe, les applications sur les avantages supposés de la féminisation de la classe politique relèvent plutôt de l’opinion ou d’une conception idéalisée de la nature de la femme. Quand bien même les femmes qui ont avancé en politique se voient assaillies  par ces « fauves » (les hommes politiques). La traque sexuelle est une pratique courante dans les allées du pouvoir, et par peur de pressions et de menaces de discrédit, les femmes préfèrent le silence à la dénonciation.

           
Les hommes pensent que la femme est douce, ce qui est contraire à la politique. A  leurs yeux, vu son manque d’expérience, la femme ne doit pas s’aventurier dans la politique : son rôle doit se limiter au militantisme. Pourtant, dans nos partis politiques, les mêmes femmes sont exploitées dans l’ombre ; elles servent au rassemblement et à la mobilisation. En fait, le vrai problème est que dans une société patriarcale comme la nôtre, les hommes ont du mal à avouer que les femmes peuvent faire autant sinon  plus qu’eux. Nos pauvres « machos » ont peur de se laisser diriger par le « sexe faible ».                   
Si une femme est douée pour faire gagner son candidat, cela prouve qu’elle a toutes les qualités pour tenir le pouvoir, s’affirmer, trouver des solutions et créer un dialogue constructif La question est maintenant  de savoir si les femmes sont réellement prêtes à relever le défi, celui d’apporter une ère nouvelle dans  la bonne gouvernance de notre pays.


Messieurs, méditez sur ce dicton : « Derrière tout grand homme se cache une grande dame ».                   
Neïmatou Naillé Coulibaly

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.