Portrait des membres du nouveau Gouvernement : Mamadou Igor Diarra : le retour au gouvernement d’un banquier qui a fait ses preuves

0
Mamadou Igor Diarra
Mamadou Igor Diarra

Au niveau de la BDM-SA, première banque du Mali, il a Ă©tĂ© entre 1991 et 2004, responsable adjoint PĂ´le exploitation, Directeur de l’exploitation des agences principales, Directeur du rĂ©seau et de  la monĂ©tique et analyse de crĂ©dit. Il a eu a dirigĂ© la mise en rĂ©seau d’agences bancaires et de guichets de transfert rapides Western union BDM-SA et BMCD, l’Ă©laboration et la mise en Ĺ“uvre d’un plan de convergence entre les deux banques en sa qualitĂ© de conseiller du PDG en charge de cette fusion, le pilotage et la migration de systèmes d’information, la conception et la mise en Ĺ“uvre du projet monĂ©tique …

En 2005, il est promu Directeur gĂ©nĂ©ral de la BDU-SA en GuinĂ©e Bissau, une banque crĂ©Ă©e par la BDM-SA. Il conduira avec brio les premiers pas de la BDU-SA.   Entre 2006 et 2008, il est devenu PDG de la BIM-SA.  Il conduira avec succès le redressement et le processus de privatisation de cette banque devenue par la suite membre du groupe Attijariwafa Bank du Maroc. Ensuite, Mamadou Igor Diarra fera son entrĂ©e au gouvernement sous le rĂ©gime d’ATT en octobre 2008 oĂą il restera jusqu’en mars 2011. Il sera successivement ministre de l’Energie, des mines et de l’eau  et ministre de l’Energie et de l’eau. Pendant cette mission, il a eu Ă  assumer les fonctions intĂ©rimaires de certains ministres (Economie et finances, logements et affaires foncières, environnement et assainissement).

Après cette première expĂ©rience gouvernementale, il fera son retour dans le secteur bancaire en tant que Directeur gĂ©nĂ©ral de la Bank Of Africa Mali (BOA-Mali) un poste qu’il occupera jusqu’Ă  sa nomination. Depuis son arrivĂ©e Ă  la tĂŞte de cette banque, il l’a conduite à  franchir un nouveau palliĂ© dans le secteur bancaire malien. Ainsi, sous son impulsion, la BOA-Mali  a occupĂ© la 3è place parmi les banques du Mali avec plus de 215 milliards de FCFA de ressources et un total bilan de 312 milliards.

Il faut souligner que le nouveau locataire de l’hĂ´tel des finances a pris part Ă  de nombreux sĂ©minaires et suivi plusieurs stages, sans oublier les distinctions reçues.

Youssouf CAMARA

 

 

Ministère de l’Economie numĂ©rique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du Gouvernement : Choguel Kokalla MaĂŻga

Un docteur et ingénieur en télécommunications pour booster le secteur

Choguel Kokalla MaĂŻga, DG AMRPT
Choguel Kokalla MaĂŻga,

De son vrai nom ChouaĂŻdou Issoufi Souleymane, Choguel Kokalla MaĂŻga est nĂ© en 1958 Ă  Tabango dans le cercle d’Ansongo. Il frĂ©quente tour Ă  tour les Ă©coles fondamentales de la localitĂ© et de Bara oĂą il obtient son DEF en 1974. OrientĂ© ensuite au LycĂ©e technique de Bamako en sĂ©rie MathĂ©matique technique industrie, il dĂ©croche en 1977 son baccalaurĂ©at. Nanti de ce diplĂ´me, Choguel s’envole pour l’ex-URSS et s’inscrit d’abord Ă  l’universitĂ© d’Etat de Bielorussie de 1977-1978 puis Ă  partir de 1978 Ă  l’Institut des tĂ©lĂ©communications de Moscou oĂą il obtient en 1983 un diplĂ´me d’ingĂ©nieur et en 1988 son doctorat d’Etat es sciences techniques spĂ©cialitĂ© tĂ©lĂ©communication

A la fin de ses Ă©tudes, Choguel Kokalla MaĂŻga retourne au pays en 1988 et rĂ©ussit au concours d’entrĂ©e Ă  la fonction publique. Il commence sa carrière professionnelle au sein de la SociĂ©tĂ© des tĂ©lĂ©communications du Mali (SOTELMA). Ensuite il occupe des postes techniques comme chef de la section ingĂ©nieur des projets Ă  la direction des Ă©tudes et de la planification, coordinateur national du programme national de mise en Ĺ“uvre du plan directeur des tĂ©lĂ©communications, directeur de l’Ecole nationale des postes et tĂ©lĂ©communications. Membre de l’Union nationale des jeunes du Mali, Choguel Kokalla MaĂŻga devient en fĂ©vrier 1997 prĂ©sident du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), parti se rĂ©clamant de l’ancien chef de l’Etat Moussa TraorĂ©.  Le docteur Choguel Kokalla MaĂŻga fut prĂ©sident de la communautĂ© des Ă©tudiants africains Ă  l’Institut des tĂ©lĂ©communications de Moscou de 1980 Ă  1983.

En 2002, il se prĂ©sente Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle oĂą il obtient 2,73 % des voix au premier tour, avant de soutenir au second tour Amadou Toumani TourĂ©. En vue des Ă©lections lĂ©gislatives de 2002, il s’allie au Rassemblement pour le Mali (RPM) d’Ibrahim Boubacar keĂŻta et au congrès national d’initiative dĂ©mocratique (cnid) dans la coalition espoir 2002.

Choguel kokalla maĂŻga a ete ministre de l’industrie et du commerce dans les gouvernements de Amed  Mohamed ag hamani du 16 octobre 2002 au 28 avril 2004 et de ousmane issoufi maĂŻga du 2 mai 2004 au 27 septembre 2007.  marie et pere de plusieurs enfants, le nouveau ministre de  l’economie numerique, de l’information et de la communication, porte-parole du gouvernement, aime le sport et la lecture.

mOUSSA Sidibe

 

Ministère du Travail et de la Fonction publique

Diarra Raky Talla pour assurer le bon fonctionnement de l’administration et des  entreprises

Raky -tallaAgĂ©e de 49 ans, cette mère de quatre enfants, Diarra Raky Talla, puisque c’est d’elle qu’il s’agit,  est dĂ©sormais celle qui a en charge le  ministère du travail, de la fonction publique et des rĂ©formes de l’Etat, des relations avec les Institutions. BardĂ©e de diplĂ´mes et dĂ©vouĂ©e pour le Mali et pour la cause des femmes  comme l’atteste son parcours, le dĂ©partement dont elle a dĂ©sormais les destinĂ©es Raky Tall va sĂ»rement relever le dĂ©fi.

DĂ©tentrice d’un DESS en transport maritime, une maĂ®trise en sciences juridiques et un diplĂ´me d’Ă©tude comptable, tous obtenus Ă  Dakar après un bac en langues classiques. Ces nouvelles qualifications   vont l’amener Ă  travailler Ă  l’Asecna Dakar, Ă  Haroun Voyage, au syndicat des auxiliaires de transport du SĂ©nĂ©gal, au service exploitation Maritime SDV Mali, Ă  Tam transit. Elle a aussi travaillĂ© Ă  Sera Mali,  Ă  Afriloc Mali avant  de dĂ©barquer au ministère de la promotion des langues nationales et de l’instruction civique chargĂ©e de mission. Ce qui sera le dĂ©but d’une riche carrière dans diffĂ©rents dĂ©partements qui le conduira  au ministère  de l’Ă©ducation, de l’alphabĂ©tisation et de la promotion des langues nationales.  Elle a aussi fait un passage toujours en qualitĂ© de  chargĂ©e de mission au ministère des Maliens de l’extĂ©rieur jusqu’Ă  sa nomination le samedi 10 janvier dernier au poste de ministre du Gouvernement Modibo KĂ©ĂŻta.

DĂ©terminĂ©e Ă  faire entendre sa voix dans l’arène politique, Mme Diarra est secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale adjointe du bureau politique national de l’UM- RDA Faso Jigi et secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale des femmes du parti. Elle parle le bambara, le français, l’anglais, le peul et le Wolof.

  Mah Thiam KONE

 

 

Dramane DembĂ©lĂ©, ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat :

Un ingĂ©nieur gĂ©ologue  pour gĂ©rer l’Urbanisme et l’Habitat

Dramane Dembélé - inacceptable
Dramane Dembélé

Des mines Ă  l’Urbanisme et l’Habitat, juste un petit pas qui doit ĂŞtre bien franchi par l’IngĂ©nieur gĂ©ologue Dramane DembĂ©lĂ©.

Dramane DembĂ©lĂ© est un jeune responsable politique engagĂ© pour la cause du Mali. Il est nĂ© le 8 avril 1967 Ă  SĂ©gou. Il Ă©tait candidat de l’Alliance pour la dĂ©mocratie au Mali-Parti africain pour la solidaritĂ© et la justice (Adema-PASJ) Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle de 2013, oĂą il est arrivĂ© troisième au premier tour. Il se ralliera au candidat IBK pour le second tour…

Après l’obtention de son baccalaurĂ©at (sĂ©rie Sciences exactes) au lycĂ©e de SĂ©gou en 1988, Dramane rejoint l’École Nationale des IngĂ©nieurs (ENI) de Bamako oĂą il obtiendra son diplĂ´me d’ingĂ©nieur gĂ©ologue en 1993. Militant syndical, il adhère Ă  l’Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM) oĂą il est membre du bureau de coordination de 1991 Ă  1992.

Il obtient un certificat en gestion des ressources humaines en 2000, un certificat en gestion des finances pour responsable non financier en 2001 Ă  l’Institut de Management d’Abidjan (IMA) et un Master II en Gestion de Projets en 2008 Ă  l’ESTM.

Il dĂ©bute sa carrière professionnelle en 1994 exerçant en tant que gĂ©ologue d’exploration dans les compagnies privĂ©es notamment CMC, Barrick Gold, Pangea Goldfield. En 2004, il travaille Ă  la mise en valeur des ressources en pierres prĂ©cieuses et semi-prĂ©cieuses pour la Banque EuropĂ©enne d’Investissements et il est chef de Projet du Fonds Minier Mali. De 2005 Ă  2010, il est le directeur national de la gĂ©ologie et des mines du Mali (DNGM). Depuis 2011, il est consultant indĂ©pendant dans le secteur minier. Militant politique de l’Alliance pour la dĂ©mocratie au Mali-Parti africain pour la solidaritĂ© et la justice (ADEMA/PASJ) en tant que secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la sous-section Adema-PASJ de FaladiĂ©, district de Bamako. En 2005, il devient membre de la section Adema-PASJ de SĂ©gou chargĂ© des relations extĂ©rieures. En 2008, il est membre du comitĂ© exĂ©cutif de l’Adema-PASJ, secrĂ©taire chargĂ© des Mines et de l’Industrie. La mĂŞme annĂ©e, il est prĂ©sident et membre fondateur du rĂ©seau “Alternative pour un Mali Debout “.

Le nouveau ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat a tous les atouts pour impulser la politique des logements sociaux et contribuer Ă  donner une nouvelle physionomie Ă  nos villes. Il est mariĂ© et père de 3 enfants.               

Bruno D. SEGBEDJI

 

 Environnement, Assainissement et Développement durable :

Mohamed Ag Erlaf aux commandes

Mohamed Ag Erlaf
Mohamed Ag Erlaf

Le nouveau ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du DĂ©veloppement durable est un ancien cadre politique de la rĂ©bellion des annĂ©es 1990, dĂ©clenchĂ©e par le Mouvement populaire de l’Azawad (MPA) en juin 1990. Mohamed Ag Erlaf a Ă©tĂ© reconnu par le public malien lorsqu’il fera son entrĂ©e dans le gouvernement du prĂ©sident Alpha Oumar KonarĂ©, le candidat de l’ADEMA, Ă  la prĂ©sidentielle de 1992. Il y restera jusqu’en 2000 en devenant successivement le ministre des Travaux publics et des Transports, de l’Emploi, de la Fonction publique et du Travail. Depuis cette date, il occupe les fonctions de directeur gĂ©nĂ©ral de l’Agence nationale d’investissement des collectivitĂ©s territoriales (ANICT).

La dĂ©signation de Mohamed Ag Erlaf pour conduire le destin du dĂ©partement de l’Environnement, de l’Assainissement et du DĂ©veloppement durable n’est pas gratuite. Depuis la signature du Pacte national le 11 avril 1992, Ag Elarf a travaillĂ© Ă  la consolidation de la paix et le dĂ©veloppement du Mali. Il a Ă©tĂ© de tous les combats pour faire revenir certains de ses frères Ă©garĂ©s Ă  la raison.

C’est-Ă -dire ceux qui avaient empruntĂ© d’autres chemins pour d’autres motivations. Par exemple en 2009, il est parvenu Ă  retirer 120 jeunes Idnanes du groupe de Bahanga. A l’occasion, une cĂ©rĂ©monie de la flamme de la paix Ă  Ă©tĂ© organisĂ©e le 19 janvier Ă  Ersane puis Ă  Tarkint dans le cercle de Gao. Il a Ă©tĂ© coordinateur du Programme pour la paix, la sĂ©curitĂ© et le dĂ©veloppement. Ce programme devrait doter les rĂ©gions du Nord d’infrastructures.

Après le dĂ©clenchement de la rĂ©bellion en 2012 et l’occupation des rĂ©gions du nord par les groupes terroristes et djihadistes, Mohamed Ag Erlaf a fait une dĂ©claration en disant: ” Je rĂ©itère mon appel solennel Ă  tous ceux qui ont pris les armes au Nord pour qu’ils se ressaisissent, pour qu’ils arrĂŞtent immĂ©diatement les hostilitĂ©s afin de faire place au dialogue et Ă  la nĂ©gociation avec leurs frères du Nord et du Sud du Mali, afin de ne pas dĂ©truire l’Ĺ“uvre d’une si longue Histoire commune “.

Moussa SIDIBE

 

 

Empé ou la reconnaissance du mérite

Affaires des Fausses cautions bancaires des importateurs pétroliers : -Le ministre du Commerce annule les agréments des opérateurs incriminés
Le ministre du commerce et de l’Industrie , Abdoul Karim KonatĂ©.

Pour avoir mĂ©ritĂ© de la confiance des diffĂ©rents PM qui se sont succĂ©dĂ© depuis la Transition, il est sans nul doute, avec TiĂ©man Hubert Coulibaly, le tout- nouveau Ministre de la DĂ©fense, l’un des doyens de l’attelage gouvernemental qui vient d’ĂŞtre mis en place. Pour ce qui concerne le ministre Abdel Karim KonatĂ©, alias EmpĂ©, puisqu’il s’agit de lui, ce ne sont pas certainement les bonnes raisons qui manquent pour justifier cette confiance toujours renouvelĂ©e en lui.

En effet, tout comme Ă  la Douane  oĂą il s’est illustrĂ© par son exemplaire parcours professionnel, Abdel Karim KonatĂ© s’est rĂ©vĂ©lĂ© Ă  l’opinion comme un manager qui n’a pas usurpĂ© cette solide rĂ©putation. Dans un environnement prĂ©carisĂ© du fait de la crise multidimensionnelle dont le pays cherche Ă  sortir, le consommateur qu’est chacun de nous  a pu noter avec satisfaction qu’il a veillĂ©, grâce Ă  diffĂ©rents mĂ©canismes mis en place, Ă  ce que le marchĂ© soit correctement approvisionnĂ© en denrĂ©es de première nĂ©cessitĂ© et que leurs prix soient maĂ®trisĂ©s.   Pour se rendre compte de cet effort dĂ©ployĂ© par les autoritĂ©s maliennes Ă  travers le ministère du Commerce, il suffit de suivre le magazine Ă©conomique diffusĂ© quotidiennement au petit soir par Africable tĂ©lĂ©vision.

Les prix sont constamment les plus bas de la sous-rĂ©gion et ce n’est pas un miracle. En vĂ©ritĂ©, son passage Ă  la tĂŞte du dĂ©partement du Commerce, qui vient retrouver naturellement son complĂ©ment d’objet direct, Ă  savoir l’Industrie, aura Ă©tĂ© marquĂ© par d’autres initiatives  confirmant cette bienveillante attention Ă  l’Ă©gard du consommateur malien. Ainsi, deux importants projets de lois initiĂ©s sous son magistère et dĂ©jĂ  adoptĂ©s en Conseil des ministres n’attendent  que l’aval des Ă©lus de la nation pour devenir effectifs. Il s’agit de la loi portant protection du consommateur et la loi sur la concurrence.

Mieux, le ministre KonatĂ© aura surpris plus d’un par sa très grande capacitĂ© de dialogue qui a permis de juguler des tensions susceptibles de dĂ©gĂ©nĂ©rer en des crises dont les consĂ©quences auraient pu ĂŞtre redoutables. Ce fut le cas avec les syndicats de travailleurs salariĂ©s mais aussi avec plusieurs associations de commerçants. Le tout pour le Mali !

 

                                                                           Bruno D SEGBEDJI 

PARTAGER