Pour une Conférence régionale à Kayes : La CODEM démontre sa force à Kenièba

0
1





C’est dans la capitale du Tambaroua, à Kenièba plus précisément, que le parti politique Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) a tenu sa Conférence régionale, les 14 et 15 janvier 2012. Cette Conférence régionale, en plus de la participation massive des militantes et militants dudit parti politique, a aussi enregistré le renouvellement du bureau de la sous-section de Kenièba.


«Comptons d’abord sur nos propres forces», telle est la devise du parti CODEM. Une devise qui illustre, à sa juste valeur, la vision de ce jeune pari politique émergent.
La CODEM a vu le jour le 24 mai 2008. Dirigé par Housséïni Amion Guindo «Poulo», ce jeune parti politique à la quenouille (son emblème) se décrit, lui-même, comme étant dans la cour des grands car fier de sa grande implantation dans l’ensemble des sept cercles de la région de Kayes. En effet, elle compte dix-sept conseillers municipaux  dans le cercle de Nioro du Sahel ; un maire dans la Commune rurale de Kokofata. En somme, des piliers un peu partout dans la première région. Et c’est tout cela qui traduit la tenue de cette Conférence régionale dans la première cité minière du Mali, Kenièba. Cette forte délégation du parti CODEM avait à sa tête Maître Moriba Diallo, vice-président du bureau national, président de la section de France; Docteur Karim Sidibé, secrétaire aux affaires sociales et Baba Wagué Tékété, secrétaire chargé des Maliens de l’extérieur.


Escale à Kita…
La délégation de
la CODEM s’est arrêtée à Kita pour une visite de courtoisie. D’abord, pour échanger et prendre contact avec les cadres et militants dudit parti se trouvant là-bas. Les habitants du premier cercle de la région de Kayes et aussi capitale de l’arachide, située à environ 160 kilomètres de Bamako, ont réservé un accueil assez particulier à la forte délégation politique. Les échanges ont eu lieu avec les notabilités de la place, ainsi que les membres du parti. Ces échanges ont surtout porté sur comment préparer les élections à venir. Pour le président de la section de Kita, Chiaka Doumbia, la première des priorités actuelles de la CODEM reste le fait d’inciter les militantes et militants à récupérer leurs cartes d’électeur et à aller voter. Aussi, ils ont eu à discuter sur quelques petits problèmes internes de leur parti. Quelques membres de la CODEM à Kita se sont ensuite joints à la délégation pour continuer le périple vers la ville de Kenièba.


La CODEM dans la cité minière…
Située à environ
260 kilomètres de Bamako,  Kenièba est une des plus grandes villes des sept cercles de la région de Kayes. Riche de la grande richesse naturelle que lui offre  son sol, l’or, Kenièba est par excellence la première cité minière de notre pays. Sa diversité ethnique (mandingues, soninkés, khassonkés et toucouleurs) fait d’elle un carrefour culturel. La ville est, aussi et surtout, fière de compter parmi les premières localités à connaître la colonisation. La présence de certains vieux bâtiments au style architectural colonial le témoigne.  A l’arrivée, l’hospitalité notoire de la capitale du Tambaroua  n’a point fait défaut. Les habitants sont sortis en masse avec chants et tam-tams, pour souhaiter la bienvenue à la délégation politique de la CODEM. La mobilisation était impressionnante. L’escorte, les hôtesses, les rues chaleureuses de ladite cité, les véhicules, tout était en bleu et blanc, couleurs de la CODEM. C’est la salle de conférence du Conseil de cercle de Kenièba qui a abrité les temps forts de cette conférence régionale. Y étaient présents : les délégations de Bafoulabé, Diéma, Yélimané, Nioro et notamment Kita. On pouvait noter, aussi, la participation massive des forces politiques alliées membres des Parts Unis pour la République (PUR). Des partis politiques comme l’ADEMA PASJ, le Rassemblement Pour Mali.


Il y avait aussi la sous-section de
la Coalition des Associations Féminines (CAFO) du cercle de Kenièba qui s’est exprimée à travers la voix de Madame Kouyaté. Cette dernière, dans son discours, a beaucoup plaidé la cause cardinale féminine qu’est la leur, mais aussi des enfants. Pour le vice-président du bureau national et  président de la section de France, Maître Moriba Diallo, le choix de Kenièba n’est pas fortuit. Ce cercle historiquement riche est devenu une localité politiquement émergente. La CODEM, selon lui, est véritablement bien implantée à Kenièba. «L’avenir politique du Mali, notre belle patrie, seul  Allah le Tout-Puissant le connaît. Nous nous devons de trouver les voies et moyens de consolider la démocratie, un de nos plus grands acquis est d’aller le sens du bien de toutes les filles et de tous les fils du Mali», a-t-il souligné, avant d’ajouter, en bon politicien, à l’intention des habitants du cercle de Kéniéba : «La loyauté notoire de l’ethnie majoritaire, mandingue, reflète nos valeurs nationales. Et vous l’avez prouvé en nous restant fidèles et en faisant de la CODEM une vraie force politique dans votre localité». Après une mûre consultation, le bureau de la sous-section de Kéniéba à été renouvelé. Il est à rappeler que la CODEM
se veut «une organisation politique à vocation africaine qui vise la construction au Mali d’un Etat républicain et démocratique ouvert à une économie de marché à visage humain».
Rokia Diabaté
*Envoyée spéciale à Kenièba



NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.