Pourparlers inter maliens d’Alger : la CMFPR 2 crie à l’exclusion

0

Pourparlers inter maliens d’Alger : la CMFPR 2 crie à l’exclusionLes membres de la Coordination des Mouvements et Forces patriotiques de Résistance 2 (CMFPR2) ont organisé, le lundi 14 juillet 2014 à la Maison de la Presse, une conférence pour dénoncer « la politique discriminatoire » du gouvernement malien concernant le choix des groupes devant représenté le Mali aux pourparlers inter maliens d’Alger.

Le président de la Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques de Résistance 2, Ibrahim Aba Kantao a souligné que les pourparlers inter maliens d’Alger se tiendront sans la colonne vertébrale des groupes que constitue la CMFPR2. « Au moment de l’occupation, c’est la Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques de Résistance qui assurait la sécurité des citoyens maliens dans les régions occupées par les bandits et narcotrafiquants de tout acabit qui pullulaient  de partout », avance-t-il. Avant d’ajouter qu’il est inconcevable voir inadmissible que cette  mosaïque  ne soit pas présente à Alger.

Selon lui, le gouvernement du Mali a invité des groupes dépourvu  de membres, des groupes qui n’existent que sur papier pour aller débattre des questions brûlantes de la vie de la nation malienne. « Si le gouvernement du Mali veut des pourparlers aux issues promettant, il a intérêt à inviter des acteurs crédibles à Alger. Il ne faut pas qu’il invite des acteurs qui iront se galvauder dans les fauteuils des salons feutrés  de la capitale algérienne, mais qui s’y rendent pour chercher une issue éclatante à la crise qui secoue depuis des années le septentrion malien », a-t-il déclaré.

Avant d’indiquer que cette situation est d’autant plus regrettable que la CMFPR 2 est engagée dans toutes les actions organisées par la MINUSMA et participe à tous les ateliers en vue des DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) et les visites des sites de cantonnement des ex combattants. « La CMFPR 2 n’est pas le seul mouvement à se scinder après les accords de Ouagadougou et pourtant  ils ont tous été convoqué sauf la CMFPR 2 », renforce-t-il.

Le mouvement, de son avis, en sa qualité de coordination représentative de la grande majorité des mouvements armés sédentaires, ne trouve aucune justification à son exclusion que cette volonté clairement affichée de refuser toute compromission avec des mouvements indépendantistes et narcotrafiquants. Le président de la Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques de Résistance a fait savoir que la tenue des pourparlers d’Alger semble obéir à d’autres motifs faisant fi des principes d’inclusivité.

Il soulignera que son mouvement  tient pour principaux responsables de cette situation, les maîtres d’œuvres de l’étape d’Alger à savoir le Haut Représentant du Président de la République et les autorités Algériennes qui sont décidés à satisfaire les désirs des mouvements séparatistes Touaregs et arabes. « La CMFPR 2 ne reconnaitra aucune résolution issue de ces pourparlers exclusifs, et tient le haut représentant et les autorités algériennes comme responsables de toutes les actions qu’elle entreprendra par suite de son exclusion injuste et planifiée », conclu-t-il.

Le secrétaire général du mouvement, le professeur Noumoussa Touré a fustigé le double jeu du gouvernement malien. «  Le gouvernement du Mali ne sait pratiquement plus à quel saint se vouer ni avec quel groupe entamer des pourparlers inclusifs », s’étonne-t-il.

Le secrétaire général a indiqué le président de la République du Mali souffle le chaud et le froid. Selon lui, le président malien a crié sur tous les toits qu’il ne négociera pas avec les groupes armés et que les prochaines négociations se tiendront au Mali. « Des promesses ostentatoires qu’il a foulé au pied au vu et au su de tous les maliens », a-t-il expliqué.

Moussa Samba Diallo 

PARTAGER