PR. Tiémoko Sangaré à la journée parlementaire de l’ADEMA : “Notre parti a pris beaucoup de coups mais il va rebondir”

0
Une vue du presidium lors de l'ouverture
Une vue du presidium lors de l’ouverture de cette journée parlementaire

La journée parlementaire de l’ADEMA-PASJ s’est déroulée le samedi 18 janvier à l’Hôtel Radisson. A l’ouverture de la rencontre, le président par intérim de l’ADEMA, Pr. Tiémoko Sangaré,  a déclaré que le parti a été beaucoup discrédité durant la crise politique que le Mali vient de traverser. Ces coups encaissés vont certainement permettre au parti de rebondir.

La rencontre s’est déroulée en présence de 14 des 16 députés que compte le parti (deux étant empêchés), de plusieurs responsables dont les ministres Abdel Karim Konaté dit Empé, Moustaph Dicko et des représentants des partis amis dont une forte délégation du RPM.

 

 

Pour le président intérimaire du parti de l’abeille, Pr Tiémoko Sangaré, l’ADEMA est allé aux élections législatives avec l’espoir de faire élire de nombreux députés, mais le destin en a voulu autrement. Il a vivement remercié les candidats recalés pour leurs efforts et leur conviction avant de féliciter les élus pour le choix porté sur eux.

 

 

 

La grave crise que le Mali a traversée, a-t-il ajouté, a révélé beaucoup de faiblesse au sein du parti de l’abeille et a permis de mettre en exergue les grandes mutations de la société malienne. Ce qui pousse à réfléchir à ce qu’il est convenu d’appeler la refondation du parti, le retour à ses valeurs essentielles.

 

 

 

A propos des critiques formulées à l’endroit du parti pour sa participation à la gestion des affaires publiques, Tiémoko Sangaré adoptera le ton de la responsabilité devant l’histoire. “ Nous assumons notre part de responsabilité dans ce qui s’est passé dans ce pays en bien et en moins bon. Notre parti a pris beaucoup de coups. Nous avons été discrédités. Tous ces coups nous permettront de rebondir et nous devons le faire”, a-t-il souligné. Avant d’ajouter que dans la vie d’une nation, il y a des moments difficiles qui permettent l’émergence de cadres valeureux comme les députés qui viennent d’être élus. Ceux-ci ont été préalablement présentés à l’assistance.

 

 

 

Pour sa part, le secrétaire chargé des élus, Dr Témoré Tioulenta, a “dressé des lauriers pour  eux  qui ont victorieusement  affronté, front dégarni, les tempêtes de dénigrements et les bourrasques de harcèlements. Eux qui, torses nus et  bombés ont  vaillamment fait face aux psalmodies  peu fraternelles  des tenants de couronnes aux grains impairs. Eux qui ont  superbement ignoré et avec succès  les murmures caustiques et sarcastiques, les pamphlets paranoïaques et les calomnies ubuesques … Pour leur  choix du Mali, pour leur choix  du PASJ “.

 

 

Les félicitant, l’ancien président du groupe parlementaire ADEMA a ajouté à l’endroit des nouveaux députés de la ruche:  “Vous avez  donc tout vu, vous avez donc tout su. Et vous avez vaincu ; vaincu parce que la conviction était plus forte…… Sous peu, vous entamez  la longue marche vers l’autre bout de votre mandat. Pour cinq ans donc vous serez des représentants du peuple malien   à l’Assemblée Nationale, vous serez des représentants du peuple du PASJ à l’Assemblée Nationale”. Ce qui, a-t-il précisé, est une mission exaltante, une charge exigeante, pour l’accomplissement correct de laquelle ils sont bien préparés. Ces 16 députés de l’ADEMA ont, a souligné Témoré Tioulenta, plus de devoir  “parce que devant être les graines solides qui enfanteront les  pousses  viriles d’une  régénérescence rassurante, porteuse d’espérance”.

 

 

 

Ils ne doivent pas oublier qu’ils sont des héritiers et successeurs  des Aly Nouhoun Diallo, Dioncounda Traoré et un certain Assarid Ag Imbarcaouane. Rappelons que cette journée parlementaire a été meublée d’exposés sur les orientations politiques du parti, les institutions de la République et leurs interactions, le fonctionnement de l’Assemblée nationale, les missions, droits et devoirs du député, la procédure de vote de la loi, le fonctionnement du groupe parlementaire ; les recommandations des états généraux sur la décentralisation et des assises nationales sur le nord.

 

 

Bruno D SEGEBDJI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER