Le Premier ministre au siège du CNJ : Des conseils utiles a la jeunesse

0

Le Premier ministre au siège du CNJ : Des conseils utiles a la jeunesseMoussa Mara a exhorté la jeunesse à s’impliquer davantage dans la recherche de la paix et réitéré l’engagement du gouvernement à l’accompagner pour l’ensemble de ses projets et programmes

Le chef du gouvernement, Moussa Mara s’est rendu samedi dernier, au siège du Conseil national de la jeunesse (CNJ) à Badalabougou pour s’imprégner des conditions de travail de la première organisation juvénile du Mali, échanger avec le président, Mohamed Salia Touré et les autres membres de l’institution sur leurs préoccupations, les projets en cours, les grandes questions de la nation.

C’est dans l’après-midi, sous une pluie fine que le Premier ministre est arrivé au siège du CNJ, accueilli par les ministres de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Mamadou Gaoussou Diarra et de l’Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby et le président du CNJ Mohamed Salia Touré.

« C’est avec une grande fierté et beaucoup de satisfaction que nous vous recevons aujourd’hui monsieur le Premier ministre. C’est la première fois qu’un chef du gouvernement effectue le déplacement au siège du CNJ depuis sa création en 2000. Cette visite démontre à suffisance la confiance que les plus hautes autorités portent à la promotion de la jeunesse au Mali », s’est réjoui Mohamed Salia Touré dans ses mots de bienvenue. Avant de formuler des vœux pour un aboutissement des pourparlers d’Alger sur un accord définitif de paix.

Le président du CNJ a ensuite brièvement exposé deux grands projets que sa structure entend réaliser. Il s’agit de la «Caravane sur la paix et la réconciliation nationale» et du «Forum des jeunes sur la paix et la sécurité dans la bande sahélo- sahélienne».

Cette caravane permettra de véhiculer de Kayes à Kidal, c’est-à-dire dans les 8 régions du pays, des messages d’information, de sensibilisation sur la paix et la réconciliation nationale, afin de favoriser le processus de paix, de sécurité, de l’unité nationale et de développement durable de notre pays, a expliqué le président du CNJ.

Quant au forum, il regroupera tous les jeunes du pays, pour parler de toutes les questions liées à la culture de la non violence et les extrémismes religieux avec pour objectif d’atteindre la réconciliation nationale.

En sollicitant l’accompagnement de Moussa Mara pour la réussite de ces grands projets, Mohamed Salia Touré n’a pas manqué de faire comprendre que sa structure est confrontée au manque de moyens logistiques pour la mise en œuvre.

Le Premier ministre a dit avoir pris bonne note des projets et doléances présentées et rassuré de l’entière disponibilité du gouvernement à travailler pour leur réalisation. « Vous avez touché du doigt les réalités d’aujourd’hui. Je vois, à travers votre intervention, une organisation faitière de la jeunesse qui est entièrement tournée vers les défis de l’heure, une organisation qui veut s’employer à fédérer les jeunes autour de la question de la réconciliation et de faire en sorte que la jeunesse démontre qu’elle peut être utile au pays », a apprécié Moussa Mara pour qui, la jeunesse est une opportunité. Et la meilleure façon de concrétiser cette formidable opportunité, c’est que la jeunesse montre quelle peut être utile à la communauté.

« Je pense que c’est ce que le président et son bureau essaient de démontrer à travers les projets qu’il présente, les rencontres qu’il organise et les sollicitations qu’il fait à l’endroit des autorités, des organisations internationales pour arriver à faire en sorte que le CNJ soit autre chose qu’une structure d’influence », a souligné le chef du gouvernement. Avant d’ajouter : « je voudrais vous dire ici solennellement que tant que le CNJ est dans cette direction, les autorités seront toujours là pour l’accompagner. Nous n’avons pas d’autres vocations que de faire en sorte que l’Etat soit utile aux Maliens ».

TOUS POUR LA PAIX. Abordant le problème logistique, Moussa Mara dira que « c’est une réalité à laquelle nous faisons toujours face ». « Nous essayerons à chaque occasion de vous aidez », a-t-il promis, invitant les jeunes à trouver des revenus alternatifs à ceux qui sont donnés par des partenaires.

« Il faut qu’il y ait un système pour que les responsables et membres contribuent au fonctionnement du CNJ pour qu’elle ait ses propres ressources, afin quelle soit un endroit vivant, animé et occupé par des associations qui peuvent générer des revenus », a suggéré le Premier ministre qui a par ailleurs invité les jeunes à s’impliquer à compléter l’action du gouvernement et de ses partenaires dans l’assainissement qui est un domaine où les autorités sont à la peine.

Abordant la sortie de crise, le Premier ministre dira que « nous sommes dans un contexte où notre pays est en train d’essayer de faire en sorte que les frères et sœurs du Mali se réunissent, se donnent la main pour apporter à la question du Nord des réponses globales exhaustives et détaillées qui feront en sorte que plus jamais nous ne revivions ce que nous avons vécu en 2012. C’est tout le sens des pourparlers qui ont commencé en Algérie dont la première phase s’est terminée vendredi et il y aura une prochaine phase à la mi-août ».

Dans ce processus, a estimé Moussa Mara, la jeunesse doit jouer un grand rôle, celui de l’aiguille qui va coudre les Maliens entre eux. « Nous sommes dans une période où nous devons cultiver l’amour, l’entente, l’unité plutôt que la division », a-t-il fait remarquer, ajoutant que le « Mali a besoin de rassembler ses enfants dont les plus nombreux sont les jeunes. Donc essayez de jouer tous les rôles que vous pouvez dans vos associations respectives, individuellement pour que la jeunesse soit unie derrière le Mali un et indivisible, réconcilié avec lui-même en paix et en sécurité ».

Moussa Mara a précisé que le chef de l’Etat lui a demandé de faire comprendre à tous nos concitoyens « que nous sommes tous pour la paix, l’entente et l’unité nationale ».

Pour le chef du gouvernement, tout facteur de division ne fait que fragiliser la jeunesse. Il a invité cette dernière à s’inscrire dans l’unité, à travailler sur les véritables enjeux que sont, notamment l’emploi, le chômage des jeunes, l’éducation, la santé…

Moussa Mara a réitéré l’engagement des autorités et du gouvernement à accompagner entièrement le CNJ sur l’ensemble de ses projets et programmes.

La rencontre s’est achevée par la signature du livre d’or du CNJ par le Premier ministre et les deux autres membres du gouvernement présents ainsi que des séances de photos pour immortaliser l’évènement.

S. TANGARA

PARTAGER