Le Premier ministre Moussa Mara hier face aux partis politiques de la majorité : ” L’action gouvernementale doit reposer sur un socle politique fort”

2
Moussa Mara,  PM
Moussa Mara, PM

Pour créer un climat de confiance et surtout de complicité parfaite entre l’exécutif et les partis politiques de la majorité présidentielle, le Premier ministre Moussa Mara a tenu hier, à l’espace culturel Le Lagon, sur la route de Koulikoro, un conclave politique d’échanges. Ces discussions, auxquelles la presse n’a pas été autorisée à assister, devraient permettre aux différents alliés politiques du pouvoir exécutif malien de se donner ” une feuille de route ” à quelques jours seulement du grand oral du chef du gouvernement devant l’Assemblée nationale. Moussa Mara a alors assuré que l’action de son gouvernement a plus que jamais besoin ” d’un socle politique, d’un corps social solide et fort “.

 

La déclaration de politique générale du Premier ministre Moussa Mara est attendue le 29 avril prochain et le débat sur ce programme de gouvernement aura lieu le 2 mai.

     Et, comme nous l’annoncions dans notre livraison d’hier, le jeune Premier ministre veut imprimer toute sa marque à l’action de l’équipe gouvernementale qu’il dirige. Ainsi, vingt quatre heures après avoir fait signer à chacun des ministres un “engagement éthique et de responsabilité du membre du gouvernement de la République du Mali “, Moussa Mara va à la rencontre de tous les partis de la majorité présidentielle représentés à l’Assemblée nationale ou non. Le cadre de la rencontre n’a pas été choisi au hasard : il faut prendre du recul et de la distance par rapport aux perturbations du centre-ville de Bamako. “Pour traduire la convivialité, le calme et la sérénité qui doivent caractériser nos rapports”, a murmuré le chef du gouvernement.

Pour le Premier ministre, les partis politiques constituant la majorité présidentielle doivent être “une courroie de transmission” entre l’exécutif et les populations. Le chef du gouvernement tenait à partager cette vision avec les différents pôles politiques qui soutiennent les actions du président Ibrahim Boubacar Kéita. C’est la quintessence du conclave qu’il a souhaité “familial”. C’est pourquoi, après avoir terminé ses mots introductifs, Moussa Mara a poliment prié la délégation des hommes de médias de lever l’ancre.

Les partis, une courroie de transmission

Les regroupements politiques IBK-Mali 2012, la Coalition le Mali d’abord, l’Alliance pour le Mali (groupe parlementaire formé par les partis alliés au pouvoir), le RPM, le groupe FARE-SADI et l’ADEMA étaient tous représentés à cette rencontre. On pouvait remarquer la présence des leaders comme Dr Choguel Kokalla Maïga du MPR, Mamadou Sangaré dit Blaise de la CDS, Mamadou Kassa Traoré du MIRIA, Amadou Soulalé de FAMA. Sans oublier que l’ADEMA-PASJ était représenté par trois de ses premiers responsables, Pr. Tiémoko Sangaré, Ousmane Bah dit Bill et Mme Zouré Fadimata Maïga. S’y ajoutent, entre autres, des cadres comme Baba Haïdara dit Sandy et Hamadoun Ibrahim Maïga dit Boris de l’UM-RDA, Baba Cissé de l’ASMA.

Dans son introduction, le Premier ministre a indiqué  que l’action gouvernementale a besoin de reposer sur un socle politique fort que doit être la majorité présidentielle. “L’exécutif a besoin que sa majorité puisse jouer un rôle d’intermédiation vis-à-vis du corps social dans le contexte particulier que connaît notre pays”, a-t-il souligné. En clair, Moussa Mara avait visiblement besoin d’écouter les différentes composantes de cette majorité  et d’être rassurée sur leur accompagnement. C’est dans ce sens qu’il dira que l’exécutif a besoin que la majorité serve de “courroie de transmission” entre l’opinion publique, les partenaires et le gouvernement. Tous ces rôles ne pourront pas être joués efficacement, assure-t-il, «si la majorité n’a pas un fond, si elle n’a pas un corps».

 

Et Moussa Mara d’ajouter : “Nous souhaitons que l’action gouvernementale soit comprise et partagée par cette majorité, diverse et variée … Nous devons tous ensemble nous donner la main, nous donner des idées et accompagner l’action du gouvernement. C’est ensemble que nous allons définir notre feuille de route “, a-t-il conclu.

Bruno D SEGBEDJI

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Sans une politique à conviction il serait difficile de mettre en place une feuille de route crédible sur ce, tous les acteurs politiques et sociétés civiles sont invités à faciliter cette initiative du jeune PM pour le bonheur et le bien être des Maliens. Monsieur le PM vous avez le soutien de tout le peuple du Mali. Que dieu bénisse le Mali!

  2. j’invite tous les parents et amis des militaires tués à AGUELOCK à ce manifester. Nous allons prochainement créer une association.
    manifester vous sur ce site .
    merci

Comments are closed.