Temps Forts >
Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi

Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi ... (10)

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali »

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali ... (35)

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord ... (8)

IBK, un symbole de la politique africaine  de Hollande sous le regard des juges anti- corruption

IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti- corruption ... (26)

il y a 2 années
 22 Septembre

Première conférence nationale de Yelema : La crise au menu des travaux

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

 C’est dans un contexte très difficile, marqué par la crise sociopolitique qui secoue le pays, que le parti Yelema a tenu, du 22 au 23 décembre, sa toute première conférence nationale dans la salle Siramory de Koulikoro, sous la présidence de Moussa Marra.

Moussa Mara, maire Commune IV

La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de plusieurs représentants des partis politiques amis et délégués de Yelema, venus de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin, du Sénégal, du Gabon, du Maroc et de la France. Aussi, crise oblige, la cérémonie s’est-elle ouverte par la remise des dons du parti Yelema à Amanou Maïga, représentant du COREN, au profit des déplacés de la région de Koulikoro. Il s’agit de cinq sacs de riz de 50 kg, deux sacs de sucre, un carton d’huile et un carton de lait en poudre.

Après le discours de bienvenue du coordinateur du parti dans la région de Koulikoro, le président du PCR, Ousmane Ben Fana, au nom des partis politiques amis présents, a remercié et encouragé les membres de Yelema pour leur ténacité. Pour conclure, il dira : «nous jeunes, nous devons nous donner la main, la jeunesse doit s’engager davantage dans la politique».

Le Président de Yelema, Moussa Mara, dans son allocution, a déclaré que la perte du Nord, plus que la chute du régime, le 22 mars, illustre la crise dans laquelle notre pays est enfoncé depuis très longtemps. Une crise, selon lui, qui a montré à quel point notre démocratie, qu’on vantait partout, était fragile, réduite à sa portion congrue. En tout cas, elle était incapable de tenir le choc d’une secousse venant de l’extérieur. Les crises maliennes viennent, ainsi, confirmer ce que nous disons depuis plusieurs années : «le Mali a besoin d’un changement. Que Dieu bénisse le Mali, un et indivisible, éternel, laïc, harmonieux et prospère dans une Afrique solidaire», a-t-il conclu.

Pierre Fo’o Medjo

 

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.