Le président du parti APDM-Equité, Bandiougou Diawara : “IBK n’est pas un magicien pour résoudre les problèmes du Mali en six mois”

1

Dans un entretien qu’il nous a accordé, le président du parti Alliance pour la promotion et le développement du Mali (APDM-Equité) Bandiougou Diawara, non moins candidat malheureux aux dernières législatives en commune VI, estime qu’il faut donner du temps à IBK de travailler pour le renouveau du Mali. “Il n’est pas un magicien pour régler les problèmes du pays en six mois “, a-t-il martelé.

 

Bandiougou Diawara
Bandiougou Diawara

Le parti APDM-Equité est une jeune formation politique signataire de l’accord politique du 6 juillet 2013 la liant à la «Coalition IBK le Mali d’abord». Le président de ce parti membre de la mouvance présidentielle, Bandiougou Diawara, estime que “le bilan des six premiers mois d’IBK au pouvoir est positif eu égard aus gouffre duquel le pays sort”. Il souligne qu’il est impossible de faire mieux que ce que le nouveau président a fait. “Il est impossible de régler les nombreux problèmes de ce pays en seulement si peu de temps. Le chef de l’Etat n’est pas un magicien pour transformer le Mali en un pays où il fait bon vivre en six mois”, a-t-il indiqué. Avant d’appeler à la patience en insistant sur le fait que le Mali vient de très loin. “IBK a un bail de 5 ans avec le peuple malien. Il faut lui donner le temps de reconstruire le pays petit à petit. Déjà, il a posé des actes de haute portée en matière de lutte contre la corruption, en matière de relance progressive de l’économie, de reconstruction de l’armée, dans le dossier du Nord”. A en croire cet banquier de formation, l’effet IBK sur la gestion globale du Mali ne peut pas être perçue avant fin 2015.

 

Pour ce jeune leader politique, le débat selon lequel le président de la République voyage trop vers est impertinent. “Le président de la République d’un pays qui sort d’une crise aussi profonde ne doit pas s’asseoir dans son bureau. C’est auprès des partenaires et des pays amis qu’il doit constamment plaider la cause du pays”.

Le président de l’APDM n’a pas manqué d’appeler les autorités à une application “au pied de la lettre” de l’Accord de Ouagadougou pour hâter la réconciliation. Celle-ci doit être devenir un sport national auquel tous les Maliens doivent participer. L’accord signé à Ouaga tient compte, selon lui, de tous les aspects de la situation à Kidal. C’est en l’appliquant intégralement que la communauté internationale et tous les partenaires vont soutenir les efforts de reconstruction rapide du pays.

 

Toutefois, Bandiougou Diawara reste dubitatif à propos des difficultés énergétiques du Mali. “Je veux parler du problème des délestages. Ce n’est pas normal que le Mali riche en sources d’énergie telles que le soleil, l’éolienne continue de connaître des coupures intempestives du courant électrique. Depuis 20 ans, à chaque période de chaleur, le pays souffre avec le délestage. J’appelle sincèrement les autorités à trouver une solution à cette situation”, a-t-il ajouté.

 

Pour M. Diawara, il faut que le gouvernement mette en place un fonds spécial d’investissement pour soutenir la politique énergétique du pays, car avec les coupures d’électricité tout s’arrête et on ne peut pas se relever si on doit continuer à ce rythme. A travers un partenariat public-privé, estime-t-il, des opérateurs privés peuvent être mis à contribution pour une fin définitive des délestages au Mali. “Les conséquences des délestages sont incalculables sur notre économie“, a déploré le président de l’APDM-Equité.

 

Bandiougou Diawara a aussi battu en brèche les critiques relatives à la promotion des membres de la famille du président de la République au devant de la scène. Pour lui, seul le critère de la compétence doit primer. Dans tous les cas, estime-t-il, “le président de la République ne peut pas travailler avec ses ennemis. Il n’y a pas de problème quand une compétence de la famille du président travaille à ses côtés. Chacun sera jugé au résultats”, a-t-il conclu.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mais qui a demandé l’avis de Bandiougou Diawara ? Ces politiciens OPPORTUNISTES nous font vraiment honte. Ils ont foulé la DIGNITE MALIENNE au pied, cela en pensant bien se positionner à chaque fois pour leurs intérêts particuliers sordides. J’ai honte de l’homme politique malien actuel.
    Bref, si Bandiougou Diawara, président du parti ”Alliance pour la promotion et le développement du Mali” (APDM-Equité) ne le sait pas, IBK en cherchant à devenir Président de la République du Mali savait que c’est pour le bonheur de toutes les Maliennes et de tous les Maliens sans exclusive. Et, gouverner c’est prévoir. Les Maliennes et Maliens sont donc en droit d’attendre le développement économique, culturel et socio-politique du Mali qui doit engendrer leur propre épanouissement dans tous les domaines. Il ne saurait être question de ”temps à donner” à quiconque se dit gouvernant. A bon entendeur, salut !

Comments are closed.