Le président de l’ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga au 1er congrès du parti : “La générosité d’un projet politique ne suffit pas à assurer sa mise en œuvre”

3

A la tribune du 1er congrès ordinaire de l’Alliance pour la solidarité au Mali- Convergence des forces patriotiques (ASMA-CFP), le samedi 6 décembre au palais de la Culture, le président de cette formation politique de la mouvance présidentielle, l’ex-ministre de la défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye Maïga, a fait un discours qui colle à la realpolitik, dont il apparaît comme l’un des illustrateurs du microcosme malien. Il n’a pas nié les difficultés que le pays traverse actuellement. ” Il y a dans notre pays un climat dominé par l’anxiété, par l’incertitude, par la perte de confiance et, ne nous le cachons pas, par la déception “. Avant d’ajouter plus loin, tout en réaffirmant le choix de son parti de soutenir le pouvoir IBK, que la générosité d’un projet politique ne suffit pas à elle seule à en assurer la mise en œuvre réussie “.

Le président de l'ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga au 1er congrès du parti
Soumeylou B Maiga

La mobilisation était très forte à l’ouverture de ce 1er congrès ordinaire de l’ASMA-CFP, une jeune formation politique qui compte 5 députés à l’Assemblée nationale, parmi lesquels un vice-président de l’Hémicycle, Aboubacar Bah de Macina, un président de Commission, celle des Lois, Idrissa Sankaré de Bankass, et un vice-président de  Commission, celle des Finances  Lahassana Koné.

Dans son allocution d’ouverture, le président du parti, Soumeylou Boubèye Maïga, a rassuré les militants, malgré les difficultés du moment. ” Notre congrès se tient à un moment crucial de notre histoire. Les épreuves que nous avons subies au cours des deux années précédentes et les difficultés que nous rencontrons encore aujourd’hui font que le tissu national demeure fragile, que notre société reste dominée par des tensions et des rancœurs et que notre économie doit être relancée “.

Il s’est voulu optimiste en faisant appel au sang-froid des populations et à leur courage. “ Il nous faut préserver ce que nous avons acquis et poursuivre notre action aux côtés de nos alliés pour restaurer la confiance en notre capacité à bâtir la société de justice et de progrès qu’attendent les Maliens “

Pour le président de l’ASMA-CFP, la conjoncture  actuelle impose de procéder à des interrogations intelligentes, car la générosité d’un projet politique ne suffit pas, à elle seule, à en assurer la mise en œuvre réussie. Mais, assure-t-il, cette conjoncture ne lui fait pas douter de ” la justesse des options majeures que nous avons faites “. Il alors souligné que le choix clairement exprimé par le parti ASMA de soutenir Ibrahim Boubacar Kéita pour la présidentielle de 2013 est un choix maintenu sans réserve, “un choix du cœur, de raison, de conviction et de confiance “. Et d’ajouter que l’ASMA et son président demeurent convaincus de la validité et de la pertinence du projet présidentiel “ Le Mali d’abord “.

 

Trois questions  capitales

Soumeylou Boubèye Maïga a saisi l’occasion de ce discours pour partager ses réflexions sur trois questions capitales pour l’avenir du Mali : le retour de la paix et la réconciliation nationale, la question sécuritaire et son expérience personnelle.

Concernant le premier point, l’ex-ministre de la Défense estime que le Mali est confronté à l’hypothèque que la situation des régions du Nord fait peser sur tous les efforts de redressement et de réconciliation. Il a alors salué les efforts déployés par la médiation internationale avec l’Algérie comme chef de file pour aboutir à un accord de paix global et définitif sur le septentrion. Avant d’attirer l’attention sur les grandes divergences entre les parties que sont le gouvernement et les groupes armés. Il a ainsi proposé que son parti s’engage de manière résolue dans la recherche de solutions pour éviter l’enlisement des discussions. Il a appelé à réfléchir à des arrangements sécuritaires pour permettre le redéploiement de la puissance publique, des mesures transitoires de confiance et de coordination pour faciliter le redéploiement des forces armées maliennes, la mise en œuvre d’un programme de réconciliation intra et intercommunautaire et l’identification et la réalisation des actions prioritaires de développement.

Renaissance de la  nation malienne

A propos de la sécurité du pays, le ministre Boubèye a expliqué qu’aucun Etat ne peut être viable s’il ne se donne pas les moyens d’assurer sa sécurité, de garantir à tout moment l’intégrité de son territoire, de protéger ses citoyens et leurs biens.

La troisième réflexion partagée avec l’assistance est celle du constat selon lequel le Mali est un pays carrefour, une terre de brassages, une société de partage, une culture d’enrichissement mutuel.  “Chaque Malien, à quelque ethnie qu’il appartienne, porte en lui une parcelle des autres ethnies “, a-t-il rappelé. Avant de souligner le devoir de l’ASMA, mais aussi et surtout du président de la République de travailler sur l’immense chantier de la renaissance de la nation malienne, de la reconstitution de son unité.

Bruno D SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Jane dit:Juste je vous embeate mais Mayalen ne se serait pas trompe9e ? Et vous avez mis un petit trois danvet. Bon c est pas grave de toute fae7on le re9sultat est anonce9.Ta remarque est tout e0 fait juste, merci de nous le signaler ! C est trop tard puisque le tirage au sort a de9je0 e9te9 effectue9. On est de9sole9 de cette erreur. la prochaine fois, on fera plus attention. Promis.

  2. Hi,Thanks for detail irianmotfon!I am confused whether I can go for CFA now or not, pls help.I have done an MBA in marketing with B.Com with 7 yrs of exp and working as team leader in back end operations.Now I am looking for AM/Manager level job in finance stream.. Pls advice if it is good for me?Tks

Comments are closed.