Présidentielle 2013 au Mali : Les 20 premiers observateurs de l’Union Européenne ont pris le départ pour les régions situées au sud du pays

2
photo de famille des observateurs
photo de famille des observateurs

Le départ des 20 premiers observateurs de la Mission d’Observation Electorale de l’UE au Mali a eu lieu ce samedi 6 juillet 2013 dans la matinée devant l’hôtel Radison Blue où siège ladite mission. Pour le moment, ce sont les régions situées au sud du pays qui sont concernées par ce déploiement. Pour des raisons évidentes de sécurité, les régions au nord du Mali attendront, a déclaré le chef adjointe de la Mission, Maria Espinosa, lors d’un point de presse qu’elle a animé tout juste avant le départ des observateurs. 

 

 

Chef adjointe de la Mission, Maria Espinosa,
Chef adjointe de la Mission, Maria Espinosa,

C’est en présence une masse de représentants de la presse nationale et internationale qu’a eu lieu le départ, à bord de véhicules siglés, d’une vingtaine d’observateurs de l’Union Européenne pour les villes de Mopti, Ségou, San, Koulikoro et le sud de cette région, Kayes, Sikasso, Bougouni. Deux équipes resteront à Bamako pour couvrir, l’une, les communes I, II, III et IV, et, l’autre, les communes V et VI. Selon la  chef adjointe de la Mission des observateurs de l’UE, Maria Espinosa, il n’y a pas, pour l’instant, d’observateurs déployés au nord du Mali et cela pour des questions évidentes de sécurité.

 

 

Ces observateurs qui viennent d’être déployés dans les zones où vit 90% de la population auront, d’après Maria Espinosa, à bouger pour couvrir les niveaux régional, de cercle et communal. Au cours de leur mission, ils rencontreront des représentants des structures chargées de l’organisation des élections, les électeurs et toutes autres personnes capables d’éclairer leur lanterne.

 

 

Rappelons que les Missions d’Observation de l’Union Européenne ont pour mandat de présenter une évaluation précise, détaillée et impartiale des processus électoraux conformément au cadre juridique national et régional ainsi qu’aux obligations internationales signées par les pays hôtes. L’objectif étant de promouvoir et de soutenir la démocratie.

 

 

Comme méthodologie utilisée, les observateurs vont analyser les différentes phases du processus électoral : établissement des listes électorales, validation des candidatures, campagnes électorales, jour du scrutin, dépouillement, agrégation et publication des résultats, contentieux électoral. Peu après le scrutin, le Chef des observateurs, le député européen Louis Michel, dans le cas du Mali, publie et commente les premières conclusions de la Mission, à l’occasion d’une déclaration préliminaire. Le rapport final de la Mission, rassemblant une évaluation plus détaillée du processus électoral, ainsi que des recommandations pour les scrutins à venir, est présenté aux autorités du pays et à l’ensemble des citoyens dans un délai de deux mois suivant la proclamation des résultats finaux.

 

 

En tout, ce sont quelque 90 observateurs, issus de 27 des 28 Etats membres de l’UE, ainsi que de la Norvège et de la Suisse, qui seront déployés dans notre pays pour couvrir la présidentielle du 28 juillet prochain. Cette équipe sera renforcée, lors du vote, par des diplomates de l’UE en poste à Bamako. Une délégation de sept députés du Parlement européen sera également présente pour l’observation lors du scrutin.  Trois députés de pays ACP, membres de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE feront aussi partie de la Mission. C’est dire que l’UE a sorti la grosse artillerie pour pouvoir faire une observation à la taille de l’événement et de son enjeu pour le devenir du Mali.

 

 

Mamadou FOFANA pour Maliweb

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. C’est ce qu’on appel du banditisme electorale des leadeurs ignorants et des colons de la France colonial. L’afrique recule encore de 1000 pas triste Afrique

Comments are closed.