Présidentielle de 2013 : Que sont devenus certains candidats malheureux ?

1
Présidentielle de 2013 : Que sont devenus certains candidats malheureux ?
Les candidats au scrutin présidentiel en 2013

En juillet 2013, le Mali a organisé une élection présidentielle qui a mis en compétition 28 candidats. Une compétition qui a permis l’élection du Président Ibrahim Boubacar Keïta à la magistrature suprême. Mais depuis, certains candidats malheureux se sont éloignés du paysage politique, voire même de leurs partis et militants. Ils sont devenus introuvables, injoignables, inaccessibles ou tout simplement disparus des radars. Par contre d’autres ont pu trouver la lumière et attendent impatiemment le son de cloche pour s’aligner, à nouveau, dans la course…

 Ils étaient 28 candidats à briguer le suffrage des maliens. Il s’agit de : Jeamille Bittar, Youssouf Cissé, Sibiry Coumaré, Cheick Modibo Diarra, Siaka Diarra, Cheick Keïta, Hamed Sow, Cheick Boucadry Traoré, Soumaïla Cissé, Dramane Dembélé, Tiébilé Dramé, Housséini Amion Guindo dit Poulô, Ibrahim Boubacar Keïta, Alhousseïni Maïga dit Abba, Choguel Kokalla Maïga, Moussa Mara, Oumar Mariko, Nianankoro Yeah Samaké, Soumana Sako dit Zou, Mamadou Bakary Sangaré, Konimba Sidibé, Modibo Sidibé, Mountaga Tall, Racine Seydou Thiam, Oumar Bouri Touré, dit « Billy », Oumar Ibrahima Touré, Ousmane Ben Fana Traoré et Haïdara Aïssata Cissé dite Chato.

Puisqu’il ne devait y avoir qu’un seul pour le fauteuil présidentiel, le choix du peuple s’est porté sur Ibrahim Boubacar Keïta, avec un score de plus de 77%. Les autres candidats ont vite  fait de se choisir un destin (une place au soleil pour certains). Il y a eu des ralliements, des abstentions et des oppositions. Chacun des candidats a choisi l’option qui lui semble la mieux indiquée.

Parmi ceux qui se sont ralliés au camp victorieux, certains candidats malheureux ont bien pu tirer leur épingle du jeu. On peut, entre autres citer Moussa Mara (ancien Premier ministre), Choguel Kokalla Maïga (ministre), Nianankoro Yeah Samaké (ambassadeur), Mamadou Bakary Sangaré (conseiller à la présidence), Konimba Sidibé (ministre), Mountaga Tall (ministre), Dramane Dembélé (ministre) ou Housséini Amion Guindo (ministre). La liste n’est pas exhaustive.

Malgré l’implication de tous ces anciens candidats dans la gestion des affaires de l’Etat, d’autres ont tout simplement préféré s’éclipser. Que deviennent-ils ? Une interrogation qui parmi tant d’autres titillent l’esprit du peuple malien. Le candidat Jeamille Bittar a choisi de se consacrer exclusivement à ses entreprises. Youssouf Cissé, Sibiry Coumaré, Cheick Modibo Diarra, Siaka Diarra, Cheick Keïta, Hamed Sow, Cheick Boucadry Traoré, auraient décidé de garder le profil bas. En tout cas, ils participent rarement aux activités politiques ou associatives.

Quant à ceux qui ont fait le choix de l’opposition politique, certains d’entre eux ont fait des prouesses et tiennent le coup malgré le poids d’une majorité présidentielle engagée et lisible sur tous les fronts. Sur ce point, Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, Modibo Sidibé sont les incontournables de l’opposition politique. Ils y ont été rejoints par d’autres partis qui n’avaient pourtant pas présenté de candidats à la présidentielle de 2013.

Abouba Fofana

PARTAGER

1 commentaire

  1. Zoumana SACKO Ă©tait l’un des meilleurs candidats. Je souhaite vivement qu’il soit un jour le PrĂ©sident de ce beau pays, le grand Mali.

Comments are closed.