Primaire à l’Adema/Pasj : Vers  un duel Dioncounda Traoré-Iba N’Diaye

0

De sources concordantes, 6 candidats à la candidature du parti Adéma ont décidé de s’unir pour isoler  le président du parti, Dioncounda Traoré. Si les autres candidats se sont ouverts aux négociations et au consensus, ils écartent  toute idée de se désister au profit du président de l’Assemblée nationale qui ne peut pas être juge et partie en tant que premier responsable devant veiller sur l’unité et la cohésion du parti. A une petite semaine du choix du dépôt de rapport de la commission de bons offices fixé au 19 juillet prochain, on tend vers un duel Dioncounda Traoré et Iba N’Diaye autour duquel les autres candidats sont désormais favorables.
 
Le report de la décision du comité exécutif pour le choix du candidat de l’Adéma/PASJ à l’élection présidentielle de 2012  a mis en lumière les difficultés de Dioncounda Traoré à faire accepter sa candidature.  En effet, le président de l’Assemblée nationale est plus jamais isolé et les autres protagonistes, notamment Ibrahima N’Diaye dit Iba, Sékou Diakité  et Marimantia Diarra ont accepté tous l’idée d’un consensus, mais sans lui. Comme la majorité des membres du comité exécutif ainsi que des militants, ils ont souligné les handicaps de la candidature de leur président qui est à la fois juge et partie, surtout gardien de l’unité et de la cohésion de leur famille. Ils ont naturellement pointé du doigt  l’hostilité de la communauté musulmane à sa personne.
Selon des sources proches de personnalités de premier plan du parti, les trois hommes vont se liguer contre l’ancien ministre de la Défense. D’ailleurs, dans les coulisses, on évoque un accord entre Iba N’Diaye, Sékou Diakité  et Marimantia Diarra pour choisir le meilleur d’entre eux, donc trois contre un. Et l’ancien ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle est en pôle position le candidat du consensus contre le président du parti qui ne compterait que sur les députés pour gagner alors que ces derniers ne seraient qu’une petite poignée de main à pouvoir participer à un éventuel vote du comité exécutif.

Du côté de la commission de bons offices, on espère ne pas en arriver à cette situation de confrontation entre deux camps. Après le report de la décision du choix du CE du 12 au 23 juillet, les sages espèrent trouver un terrain d’entente entre les 7 candidats à la candidature du parti Adéma, donc à dégager une candidature consensuelle justement le 19 juillet prochain, jour du dépôt de leur rapport de médiation entre les protagonistes.

Mise en place pour trouver un candidat consensuel, la commission de bons offices a commencé depuis une dizaine de jours son travail de consultation auprès des 7 candidats à la candidature du parti Adema. Dès  le samedi 25 au lundi 27 juin 2011, suite à un tirage au sort, elle a reçu successivement les candidats Iba N’Diaye, Tioulé Konaté, Dioncounda Traoré, Ousmane Traoré, Sékou Diakité,  Harouna Bouaré  et Marimantia Diarra.

Le mardi 28 juin 2011, la commission  de bons offices devait se retrouver pour faire une synthèse de cette première consultation. Et le mercredi 29 juin 2011, elle a commencé un deuxième tour avec une approche plus différente. C’est dans ce cadre qu’elle a réuni le lundi 2 juillet autour de la même table et au même moment les 7 candidats à la candidature du parti Adéma sans parvenir à un accord puisqu’aucun candidat n’a accepté de se désister. C’est pourquoi, lors de la réunion du comité exécutif du mercredi dernier, on a décidé d’ouvrir à la commission à d’autres personnalités du parti. Même si les tractations continuent et que des pourparlers existent entre certains candidats, on se prépare à passer au vote du comité exécutif pour pouvoir désigner le candidat du parti certainement le 23 juillet, une semaine avant la très décisive conférence nationale d’investiture prévue le 31 juillet prochain dont le choix sera irréversible. Dans cette perspective, le président Dioncounda Traoré n’est assuré pour l’instant de rien car  Iba N’Diaye aurait un léger avantage aujourd’hui sur les candidats. De sources concordantes, il compterait dans ses rangs 22 membres du CE contre 19 pour le président Dioncounda Traoré et moins de 10 pour le 3e larron, Sékou Diakité. Les autres se partageront une dizaine de voix. Les voix pour faire la différence se chercheront du côté des indécis qualifiés de pro-ATT. Ceux-ci qui ont voulu attendre la dernière pour cet exercice démocratique ont toujours le regard tourné vers Koulouba pour recevoir des consignes qui ne viendront certainement jamais car ATT n’est pas prêt à se mouiller, lui qui n’aspire qu’à bien finir sa présidence.
Abdoul Karim Maïga

PARTAGER