Primature : Trois missions confiées à Diango Cissoko

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Les forces vives de la nation étaient les hôtes de marque du tout nouveau Premier ministre, Diango Cissoko le lundi 17 décembre 2012 à la Primature. Au sortir de l’audience, le coordonnateur de la Convergence pour sauver le Mali (CSM), Me Mountaga Tall, a expliqué que le gouvernement doit s’atteler à trois missions : gérer le quotidien, libérer le Nord et organiser des élections libres et transparente

 

Django Cissoko, Premier ministre

La journée du lundi 17 décembre 2012 était très chargée pour le nouveau Premier ministre, Diango Cissoko. Le chef du gouvernement avait rendez-vous avec l’ensemble des forces vives de la nation autour de l’orientation à donner à l’action gouvernementale dans le cadre de cette transition. Les entretiens qui se sont tenus à huis-clos ont été souvent expéditifs puisque la liste était longue.

Le premier lot à rencontrer Diango Cissoko a été celui des familles fondatrices et les chefs de quartier de Bamako. Ont suivi le Haut conseil islamique, l’archevêché, l’Association des groupements d’églises et missions protestantes évangéliques. C’est aux environs de 10 h que le chef du gouvernement a reçu le premier lot des forces politiques : le FDR, l’ADPS, la CSM, la Copam, le Coren et IBK-Mali 2012.

Celles-ci ont été suivies des forces sociales : la Cafo, le Conseil national de la société civile et le Forum des organisations de la société civile d’abord puis l’AMDH, le CNDH, l’UNTM, le Conseil national du patronat du Mali, la CSTM, le Syndicat autonome de la magistrature, le Syndicat libre de la magistrature, le Syndicat autonome des administrateurs civils, l’Union nationale des greffiers et secrétaires de greffes et parquet, le Syndicat autonome des greffiers et secrétaires de greffe et parquet, le Haut conseil des Maliens de l’extérieur.

Vers midi, c’était le tour des ordres : experts-comptables, commissaires-priseurs, pharmaciens, médecins, avocats, notaires, experts judiciaires et la Chambre nationale des huissiers de justice. C’est après ceux-ci que le second lot des formations et regroupements politiques ont pu rencontrer le nouveau Premier ministre. Il s’agit du directoire du Front pour le Mali et la République, Avenir et développement du Mali (ADM), Convention sociale démocrate (CDS), CNDR, Forces pour la réconciliation, la démocratie et la paix (FRDP) Maliko, Alliance pour la défense des populations du Mali (ADPM), Synergie pour un nouveau Mali (Synoma), Maison de la presse, Groupement patronal de la presse, Association des éditeurs de presse privée, Union des radios et télévisions libres du Mali.

Des structures comme le Chambre des mines, l’Apcam, la CCIM, le Conseil national des chargeurs, ont été aussi reçus par Diango Cissoko, qui a bouclé la journée par le Recotrade et les chasseurs.

Me Mountaga Tall a, au nom de la CSM, expliqué à sa sortie d’audience que « l’initiative du Premier ministre républicaine et conviviale. Il a dit compter sur nous pour la réalisation des 3 missions à lui confiées : gérer le quotidien, libérer le Nord et organiser des élections libres et transparentes. Nous sommes d’accord avec lui pour former une équipe soudée en vue d’aller aux enjeux de l’heure ».

Pour Younouss Hamèye Dicko de la Copam, le gouvernement doit pratiquer une politique qui corresponde aux souhaits de la nation malienne. « Il faut que le gouvernement tienne compte du soutien de la population et cela ne peut se réaliser qu’à travers des concertations nationales. Nous attendons la présente à la tâche. En ce qui concerne le dédommagement de la Copam, le Premier ministre a rassuré qu’il y a des services plus importants que des portefeuilles ministériels où on fera recours aux services de l’organisation ».

Abdoulaye Diakité

 
SOURCE:  du   21 déc 2012.