Projet de société de l’Adema en phase de finalisation : Des propositions fiables et sincères pour préparer un document de campagne

0
0





Au cours d’une réunion de travail tenue, le 17 Décembre 2011, à l’hôtel Olympe, l’ADEMA a examiné la première version de son projet de société. Il s’agit d’un document de 189 pages élaboré par la commission bilan et programme conduite par Boubacar Bah dit Bill qui a désormais quelques jours pour le finaliser après les appréciations des membres du CE et d’autres cadres du parti. C’était sous la présidence du professeur Dioncounda Traoré président et candidat de l’ADEMA pour la présidentielle de 20122 et non moins président de l’Assemblée Nationale du Mali.

La première formation politique du Mali s’est décidément servie des leçons tirées de sa gestion du pouvoir de 1992 à 2002 pour faire des propositions patriotiques, sincères et incontournables sur l’avenir du pays. La commission bilan et programme du parti composée de cadres expérimentés et dirigée par Boubacar Bah dit Bill, a concocté un vaste projet de société reposant sur la liberté, la justice et la solidarité. Elle a fait entendre le contenu de ce document par les membres du CE, le 17 Décembre dernier.

Un document florilège

Après les différentes appréciations, les membres du CE ont donné 10 jours à Bill et à son équipe pour finaliser le travail. Ils vont plancher sur des thèmes comme la sécurité et la défense, la gouvernance, la démocratie, la décentralisation, l’économie et les finances, la santé, l’eau, l’énergie, les mines, l’éducation, les langues nationales, la santé, l’emploi et la formation professionnelle, le développement social, la sécurité alimentaire, la promotion de la femme, la jeunesse, le sport, la culture, l’art, l’artisanat, le tourisme, l’agriculture, l’élevage, la pêche, la justice, l’infrastructure et le transport, l’aménagement du territoire, l’environnement, l’habitat et le foncier, le développement du secteur privé, la solidarité, la communication et NTIC, le commerce, l’émigration, l’unité africaine et la diplomatie.

La commission a la lourde tâche de retoucher les propositions faites sur ces différents thèmes en les priorisant. Certains seront regroupés en une seule rubrique et d’autres seront séparés. Pour l’instant, par rapport à la première version du projet, certains points attirent l’attention. Par exemple, on remarque que l’ADEMA PASJ se prépare avec des arguments solides pour proposer aux Maliens une organisation politique sans faille. On constate aussi que le parti a les moyens de renforcer l’autorité de l’État et surtout la décentralisation qui a été façonnée par l’un des siens, en l’occurrence Ousmane Sy.

Les rapports sur l’environnement économique montrent la possibilité d’une croissance annuelle de 7%. Par ailleurs, l’ADEMA veut proposer une justice sociale relative à une redistribution de ressources pour le bienêtre des populations. La commission a démontré des moyens pour la rationalisation des dépenses et la maîtrise de l’inflation. Pour les nombreuses personnes ressources du parti de la ruche, il faut étudier les causes des problèmes pour trouver des solutions. À titre d’exemple, dans le domaine de l’éducation, ils ont travaillé sur la gestion du flux, les conditions et le système tant au niveau du public que du privé.

Selon Moustaph Dicko, cette gestion du flux est un passage obligé au niveau de l’université qui compte plus de 100.000 étudiants. Toujours dans la première version du projet ADEMA, on peut retenir un renforcement de la formation professionnelle. Des propositions sont faites pour un socle culturel diversifié et réhabilité. Le parti veut renforcer sa politique de revalorisation de nos langues nationales qui porte l’empreinte de l’ancien ministre Adama Samassékou. En ce qui concerne la lutte contre la corruption, les experts pensent qu’elle doit être étendue à tous les niveaux et que la justice doit être renforcée.

Dans le domaine de la santé, l’ADEMA veut mettre en place une politique sectorielle de développement des ressources humaines. En particulier sur ce qui concerne les répartitions des ressources humaines disponibles axées sur les besoins des services et non sur des critères sociaux. Par rapport à la politique du genre, après l’expérience de son initiative pour la création d’un ministère pour la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, les Adémistes veulent veiller au respect de la femme. Pour l’insécurité et la situation au nord du Mali, ils ont mis sur table toutes les causes du trouble en y avançant pour chacune des solutions adéquates. Il faut retenir que la première version de projet faisait 189 pages. Lorsqu’il sera finalisé, la commission loi et programme en fera un document de campagne pour Dioncounda Traoré candidat de l’ADEMA à la présidentielle à venir.

Issa Santara

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.