Présidentielle 2012 : IBK à la conquête du Soudou Baba

0
0

Ce samedi 21 janvier, le président du Rassemblement pour le Mali (RPM), Ibrahim Boubacar Kéita a tenu un meeting devant plus de dix mille personnes à Mopti, ville natale du Président Amadou Toumani Touré. C’est un discours très politique et diplomatiquement correct qu’IBK a tenu en langue nationale Bamana dans lequel reconnaissant des qualités au Président ATT, lui donne du  mon « frère » et mon « ami ». C’est également un IBK profondément religieux, « non politicien », qui invite à façonner les enfants dans le moule de l’islam. Ce qui permettrait de surmonter, selon lui, les difficultés actuelles connues sur le front scolaire. Deux pistes donc: renforcer l’islam et faire pour Mopti autant, sinon plus que ce qu’a fait ATT pour son  Soudou Baba natal

Ce meeting s’est tenu juste quelques heures avant l’ouverture de la Conférence régionale du parti à Mopti .IBK y était arrivé la veille à la tête d’une délégation de plusieurs dirigeants nationaux du parti du tisserand. « Jamais deux sans trois. IBK a sauvé le Mali en 1994 en acceptant les charges de Premier ministre, alors que le pays était devenu presque ingouvernable, car les deux Premier- ministres qui l’ont précédé, ont tous démissionné. Il a sauvé le pays d’un embrasement certain, en 2002, en appelant à la paix après la proclamation des résultats de la présidentielle qui le donnait perdant », martelait, d’entrée de jeu, Alassane Cissé, Secrétaire général de la section RPM de Mopti et président de la Fédération régionale. « IBK est l’homme de la situation en 2012, il a la solution aux problèmes que connait le Mali », selon Alassane Cissé. Et d’ajouter Mamadou Sory Samassékou, représentant des forgerons de Mopti, « si ATT n’est pas dans la compétition, notre candidat c’est IBK ».

S’exprimant en langue nationale Bamana, IBK a d’abord dit sa reconnaissance au Président Amadou Toumani Touré, pour son geste à Kouroukanfouga, lors de la clôture des festivités du cinquantenaire. C’était le 30 septembre 2010, dans le Mandé, réputé être le bastion du candidat tisserand, ATT lui avait remis la besace contenant les attributs royaux de l’ancêtre conquérant, comprenant l’arc et la flèche symboliques du Mandé séculaire. Même si pour IBK, il s’agissait là d’un geste de respect qu’il n’est pas prêt à oublier. « Tout le monde a vu le respect que votre fils, mon frère et ami Amadou Toumani Touré, le bon citoyen, a exprimé à mon endroit à Kouroukanfoukan. Je ne suis pas un griot, mais le fait mérite d’être évoqué et reconnu. Je n’ai jamais été ni traitre ni égoïste ». Parlant de la présidentielle de 2002, le président du RPM pense que l’élection d’Amadou Toumani Touré n’a pas été une mauvaise chose car nombreux sont des hommes politiques qui se boudaient mais qui se parlent aujourd’hui. C’est grâce à ATT qu’ « on se parle aujourd’hui, on peut se contredire entre nous ou ne pas se comprendre, mais nous nous parlons. Je serais un traitre si je viens aujourd’hui à Mopti, sans le lui reconnaitre, et lui témoigner de  cela », a –t-il déclaré dans un stade Barema Boucoum noir de monde.

« Je ne suis pas fou du pouvoir, je suis fou du Mali »                                  

IBK a révélé avoir  parlé avec ATT avant de se rendre à Mopti. Et de confier par la suite :  « aujourd’hui,  tout ce qui peut construire ce pays et renforcer la cohésion nationale, est ma préoccupation. Je ne suis pas fou du pouvoir, je suis fou du Mali », a confié un IBK fortement acclamé par le public mopticien

A propos du code des personnes et de la famille, « je suis en dehors de tout ce qui pourrait contredire notre illustre Coran. Je ne le dis pas pour faire plaisir à quelqu’un, ou aux leaders religieux, mais pour Dieu», a-t-il poursuivi. « Nous avons beaucoup de problème dans le pays dont celui de l’Education, chacun a fait ce qu’il peut et ce problème demeure. Mais la plus grande difficulté se trouve à notre niveau, nous les parents », poursuit-il. «  Interrogeons-nous, sommes-nous en train de tenir nos familles comme cela se doit? Nous avons tourné le dos à beaucoup de nos pratiques d’autrefois, tel que l’enseignement coranique à côté de l’école.

Les enfants apprenaient les deux, et ils étaient éduqués sur la religion et sur nos valeurs traditionnelles. « Si je suis élu, je renforcerai la place que l’islam a, dans le pays, afin que les musulmans donnent à nos enfants une éducation de qualité. Je ferai des medersas un lieu d’apprentissage de l’islam, mais aussi un lieu de formation sur des choses de la vie. Si nous connaissons notre histoire, nos coutumes, nous ne serons complexés devant personne », selon IBK. Sur la question de la sécurité alimentaire, IBK s’est fait le porte-parole du gouvernement, qui selon lui, est en train d’œuvrer pour trouver une solution.

Concernant la sécurité IBK a rappelé sa prise de position datant de plusieurs années qui, selon lui, ne le met pas en porte à faux avec ATT, car « je ne suis pas un politicien », a dit le président du RPM. Sa position sur la question du nord est que le Mali est un et indivisible. Nous avons tout le temps été ensemble, il peut y avoir des difficultés, mais qui vont être surmonté. Il n’y aura aucune sécession à cause du pétrole qui s’annonce, selon le candidat Ibrahim Boubacar Kéita. « Nous sommes d’accord avec les actions entreprises par le gouvernement, c’est ça la voie à suivre », a poursuivi IBK.

Mais le gouvernement doit leur concéder les appuis nécessaires, car ceux qui sont venus de Libye sont lourdement armés, a-t-il indiqué. Mais il ne sera cédé  pas un km2 au Mali, selon lui. Regardant le public enthousiaste, IBK en a déduit que ‘’Soudou Baba [l’appellation locale du la Nation, de la patrie, le Faso) soutient IBK’’ et de s’en réjouir. Comme ATT ne se représentera pas, vous allez me soutenir, je rends grâce à Dieu pour cela. « Mopti est cher à Amadou Toumani Touré, si je suis élu, dans les cinq années, je ferai autant, sinon plus que ce qu’a fait ATT», a-t-il pris l’engagement.

B. Daou

 

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.