Présidentielle 2012 : La jeunesse mène-t-elle le jeu?

0

La jeunesse malienne longtemps minimisée et exploitée sur la scène politique est déterminée à se faire entendre en 2012. Déjà, certains partis politiques embarrassés par cet éveil sont en train de revoir leurs copies.

Aujourd’hui, une pléiade d’associations et regroupements de jeunes issus de la société civile se sont lancés dans des activités politiques pour se faire représenter ou soutenir certains candidats censés être dévoués pour leurs causes. Ils sont déterminés à suivre aussi tout le processus électoral pour s’opposer aux fraudes éventuelles (manipulation de documents électoraux, bourrages des urnes, achats de conscience etc.) Cette couche nombreuse et sensible ayant longtemps souffert du chômage et de fausses promesses veut un changement.

La double victoire de Moussa Mara avec l’Association Yèlèma en Commune IV en est une parfaite illustration. Plusieurs partis politiques, dont le RPM, présumés favoris dans cette localité ont compris la leçon. Ils commencent à revoir leurs méthodes à l’endroit de la jeunesse en lui consacrant les débats. Depuis Mars 2011, on assiste à des cadres d’échanges, de formations ou colloques à l’intention des jeunes. Cependant, ces activités préélectorales sont, très souvent, improvisés par des gens qui ont l’habitude de se répéter en copier coller aussi bien en locution qu’en geste.

Les partis PARENA et UDD ont été joints par les autres dans cette méthode devenue commune.  Malgré cela, les associations de jeunes ne cessent de naitre pour soutenir les candidats de leurs choix. Des centaines d’entre elles ont appelé Modibo Sidibé à se présenter à la présidentielle. Des flux se font enregistrer pour Yea Samaké aussi depuis sa déclaration favorable à un Mali nouveau.

Au sein même des partis politiques, la jeunesse montre sa présence. Une situation qui est en train de polluer l’atmosphère au plus haut sommet de l’UM RDA. Plusieurs membres influents de ce parti ont boudé l’attitude des «Vieux» qui veulent s’éterniser aux commandes. D’habitude, la plupart des jeunes de ce pays se contentaient de tee-shirts, de thés ou d’autres miettes lors des campagnes, sans se mettre à fond dans des activités politiques. Mais maintenant, les présages d’une grande prise de conscience se font sentir pour 2012.

Les jeunes comptent participer voire gérer leur propre avenir. C’est dire que l’élection du prochain président de la République du Mali portera l’estampille des jeunes. Il y a d’une part, les associations et regroupements issus de la société civile qui prolifèrent pour obtenir un changement. Et d’autre part, quelques jeunes fidèles et influents de certaines grandes formations politiques comme l’ADEMA et l’URD font faire sentir leur soutien. Le point commun est qu’ils veulent tous se faire prendre au sérieux. Sans doute en 2012, la jeunesse va garder la carte poker.
Issa Santara

PARTAGER