Présidentielle 2012 :Les élus consulaires soutiennent la candidature de Jeamille Bittar

0
0

Jeamille Bittar

C’est à travers une motion que les 290 membres de l’Assemblée Consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), réunis au CICB, les 21 et 22 décembre 2011, pour leur session annuelle, ont apporté leur soutien à Jeamille Bittar afin qu’il brigue la magistrature suprême en 2012.

Même si l’enfant de San a toujours gardé le silence face aux multiples appels qui lui sont adressés, personne ne se fait plus de doute que le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, président du Conseil Economique, Social et Culturel, Jeamille Bittar est en train de se préparer à être de la course à la présidence de la République en 2012.

La création, en septembre dernier, de l’Union des Mouvements et Associations pour le Mali (UMAM) et la lutte que l’intéressé mène au sein du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES) attestent à suffisance de la réalité des ambitions présidentielles pour celui qui dit symboliser cette jeunesse entreprenante et expérimentée. Jeune opérateur économique ayant acquis beaucoup d’expérience notamment dans le secteur des transports, qu’il a d’ailleurs étudié en ex-URSS et précisément dans la ville de Kharkov, Jeamille Bittar nourrit la très noble ambition de succéder en 2012 au président Amadou Toumani Touré dont il se réclame d’ailleurs avec une légitime fierté.

Premier vice-président du parti des amis d’ATT, il espère recueillir un maximum d’opinions favorables au sein de cette formation politique, à savoir le PDES, dans le but de porter ses couleurs en 2012. 

Mais en attendant le choix du candidat de ce parti, Jeamille Bittar compte bien tisser sa toile à travers les démembrements de l’UMAM implantés un peu partout à travers le vaste territoire de notre pays.

L’homme paraît si engagé et si fort de sa logique qu’il est aujourd’hui inimaginable qu’il puisse reculer dans la voie qu’il s’est tracée avec pour finalité que celle-ci le conduise à Koulouba. C’est d’ailleurs cette force de conviction, qui est la sienne, qui milite en sa faveur quand il s’agit de sortir au sein de son parti les potentiels candidats à la candidature. 

Avec la paix et la cohésion qui sont désormais de retour au sein de la grande famille politique des amis d’ATT, il est à parier que l’homme saura tirer le meilleur enseignement possible de la nouvelle situation.

Le soutien inattendu que les élus consulaires viennent de lui apporter en disant “s’engager à soutenir la candidature de Monsieur Jeamille Bittar à l’élection présidentielle et à appuyer les actions allant dans ce sens” milite, en effet, à consolider la thèse selon laquelle il faut que le secteur privé, qui est le bailleur de fonds des candidats à l’élection présidentielle, puisse aligner son propre poulain. Dans la mesure où, selon Jeamille Bittar lui-même, les opérateurs économiques ont longtemps été “instrumentalisés“.

D’après lui, est arrivé le temps pour que ceux-ci soutiennent l’un des leurs à briguer la présidence de la République. Cette motion de soutien des Elus consulaires de la CCIM vient donc renforcer cette vision. Il reste maintenant à ce qu’elle soit concrétisée.

Mamadou FOFANA

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.