Présidentielle 2012 : Quinze formations politiques se donnent la main pour faire élire IBK

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le 12 janvier 2012, la salle de conférence de la Maison de la presse a été le siège d’un évènement que ses organisateurs ont présenté comme très important pour l’avenir du Mali. Quinze partis politiques maliens ont signé un protocole d’accord pour appeler à un regroupement autour de la candidature d’Ibrahim Boubacar Keita, Président du Rassemblement pour le Mali (RPM), à l’élection présidentielle de 2012 au Mali.

Créé avec l’objectif essentiel de « constituer un pôle républicain et démocratique fort et stable autour de la candidature de Ibrahim Boubacar Keita », « IBK-Mali 2012 » a été officiellement mis sur la rampe de lancement le 12 janvier 2012, par la signature d’un protocole d’accord entre  quinze formations politiques maliennes. Ce sont : le MIRIA, l’UMP, l’UM-RDA, FAMA, RDR, RJP, PSO, CD, PDM, PPP, PPM, MPLO, RUP, ADCAM et le RPM. Tous les présidents de ces différentes formations politiques étaient présents à la cérémonie et ont signé le document, à l’exception d’Ibrahima Boubacar Keita qui était valablement représenté par Nancouma Keita, ancien ministre de l’environnement et de l’assainissement. Le protocole  signé par ces 15 partis politiques est on ne peut plus clair. 

«  Les organisations membres de IBK-Mali 2012 décident solidairement de soutenir le contrat de gouvernance politique, socio-économique et culturelle élaboré avec le candidat Ibrahim Boubacar Keita, dédié exclusivement au bien être des populations laborieuses de notre pays », indique le document. Il rappelle que « le Candidat Ibrahim Boubacar Keita s’engage, une fois élu à mettre en œuvre avec IBK-Mali 2012 le programme de gouvernement défini dans le contrat de gouvernance politique, socio-économique et culturelle ». Plus précis, le document dira que ce contrat « se fonde sur un programme de renforcement de l’autorité de l’Etat au Mali, de croissance accélérée de l’économie, d’accès du plus grand nombre de Maliennes et de Maliens aux services sociaux de base, de consolidation et d’élargissement des droits humains et de la solidarité , où les hommes et les femmes participent au développement harmonieux du Mali à travers les activités économiques, politiques et socioculturelles ».                        

Assane Koné

 

SOURCE:  du   13 jan 2012.