Présidentielle de 2012 :L’UMAM investit le Ganadougou

0
2

La Mairie de Nièna a servi de cadre  le  samedi 7 janvier 2012 au lancement des activités de l’Union des mouvements et associations du Mali (UMAM). Des centaines de militants étaient venus des 17 communes du Ganadougou et ses environs pour témoigner de leur adhésion aux idéaux de l’organisation qui soutient la candidature de Jeamille Bittar à la présidentielle d’avril prochain.

Conduite par Hamane Touré dit serpent, l’UMAM  a procédé samedi dernier au lancement officiel de ses activités à Nièna, capitale du Ganadougou.

La cérémonie a eu lieu  devant la mairie en présence des autorités traditionnelles et politiques. Vamara Diallo, 1er adjoint au maire et président de la coordination de l’UMAV au Ganadougou,  a indiqué que l’événement « est un grand jour pour le Ganadougou et ses environs. Bittar n’est plus à présenter au Mali et notre pays a fortement  besoin de lui. Son ambition est le développement de ce pays et il œuvre pour ça. Bittar est jeune, mais nous lui souhaitons bonne chance pour la réalisation de son ambition politique fort légitime. Nous serons de ceux qui vont le porter au pouvoir le 8 juin prochain ». Il a assuré que « l’ensemble des communes du Ganadougou est représenté à cette cérémonie, de même que les coordinations de l’UMAM à Yanfolila, Kolondiéba, Finkolo, Molasso, Kadiolo, Kapolondougou et Sikasso ».

Le chef de la délégation de l’UMAM, Hamane Touré dit Serpent, ne pouvait pas alors cacher sa joie face à la forte mobilisation des partisans de Bittar dans le Ganadougou.  « Nous sommes comblés par votre mobilisation. Nous  sommes venus vous confier  Jeamille Bittar. Nous le suivons parce qu’il est sérieux et respectueux de ses engagements. En plus, c’est un musulman convaincu qui ne cesse d’œuvrer pour ses frères. L’UMAM a été créée pour soutenir Bittar dans sa marche vers Koulouba. Bittar est loin d’être un opportuniste de la dernière heure », a-t-il rappelé avant de rendre  une visite de courtoisie aux autorités traditionnelles, notamment le chef de village et l’imam qui ont tous béni Bittar dans sa conquête présidentielle.
A.    Diakité, envoyé spécial
 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.