Présidentielle de 2012 : Modibo Sidibé déclare enfin sa candidature

0
0





Enfin ! Tant attendue, l’ancien Premier Ministre Modibo Sidibé à annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle ce mardi 17 janvier 2011 à son Quartier Général situé dans les anciens locaux de l’USAID à Hamdallaye, en face de l’ex-IMACY

Cette cérémonie s’est déroulée devant un parterre de journalistes ainsi qu’en présence de son épouse Mme Sidibé Aissata Thiam, militantes et militants et beaucoup d’autres personnalités. Longtemps attendue, cette annonce intervient après la tournée d’un mois qu’il vient de faire à travers l’ensemble du territoire nationale.

Se présentant comme le " candidat de la convergence et de la synthèse ", Modibo Sidibé a dit son espoir et sa confiance en l’avenir du pays, émerveillé qu’il est par l’inventivité, le patriotisme et " l’énergie décomplexée" de la jeunesse malienne. Il a réaffirmé sa conviction dans la capacité du pays à se transformer.

En plaçant sa candidature sous le signe " d’une démarche inclusive " pour nouer avec les maliens un contrat de confiance, personne n’est sans au courant de son brillant parcours au sein de l’Administration malienne et son nom qui figure également parmi les hommes forts dans l’instauration de la démocratie au Mali.

C’est ainsi, dans la jeune police nationale que Modibo Sidibé fait ses premières armes au service de l’Etat. Les fonctions qu’ils occupent : commissaire, conseiller technique, puis directeur de cabinet dans différents ministères, lui offrent des postes d’observation exceptionnels pour comprendre en profondeur les aspirations du pays, mais aussi les dysfonctionnements de son Etat. En 1991, M. Sidibé est choisi par le président du comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), Amadou Toumani Touré pour être son directeur de cabinet et l’accompagner dans la difficile transition vers la démocratie. Reconnu pour sa droiture et son ardeur au travail, Modibo va dès lors participer, dans les plus hautes fonctions à l’édification d’un Mali apaisé, libre, stable, réconcilié.

Depuis 20ans, Modibo Sidibé est un des plus proches collaborateurs des deux hommes à qui le Mali doit son essor actuel : les présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. Ils savent qu’ils peuvent compter sur sa loyauté sans faille et lui confient des missions vitales pour le redressement.

Dans son allocution, l’ex PM affirme que, de nombreux mouvements associatifs et clubs de soutien ont sollicité sa candidature et entendent la porter, de même que les partis politiques. "Aujourd’hui, après avoir parcouru pendant un mois le territoire national, échangé avec mes compatriotes du monde rural, éleveurs, agriculteurs, avec les notables, sages, chefs religieux, dignitaires et patriarches, les femmes et jeunes de toutes conditions dans les villes, villages, organisés ou non, engagés politiquement ou non, en somme avec le Mali vivant, le Mali des profondeurs et du quotidien, j’ai décidé de soumettre avec humilité, confiance, sérénité et détermination ma candidature à la présidence de la République, lors de la présidentielle du 29 Avril 2012 " a laissé entendre Modibo Sidibé.

Selon lui, il place clairement sa candidature sous le signe d’une démarche inclusive et nouer avec chacune et chacun de ses compatriotes, sans préjugé, un contrat de confiance, un contrat d’action basée sur une vision et des valeurs fondamentales de notre Nation.

Moussa SOW

Stagiaire

 

‘ Modibo Sidibé et la présidentielle d’avril 2012 :

Conquérir le pouvoir avec humilité, confiance, sérénité et détermination’’

Craint par certains, adoubé par d’autres, l’ex Premier ministre d’ATT l’Inspecteur général de police Modibo Sidibé est très attendu par les politiques. Il en est d’ailleurs conscient. Malgré tout, il a fait sa déclaration de candidature ce mardi 17 janvier devant la presse à son quartier général de campagne dans la simplicité mais avec plein de conviction et de lucidité.

Soutenu par des mouvements associatifs, des clubs de soutien, de petits partis politiques, Modibo Sidibé a, à n’en pas douter, la bénédiction et le soutien de nombreux barons de l’Abeille solitaire (Adéma Pasj) et du Pdes (parti pour le développement économique et la solidarité).

Le choix du mardi ne semble pas gratuit si l’on se projette dans l’histoire récente de notre pays. De 1968 à 1991 où presque tous les pouvoirs datent d’un mardi, soit la fin ou le début.

Arrivé à 10 h 55, Modibo a humblement salué ses quelques partisans ainsi que les journalistes ayant fait le déplacement avant de s’adresser à la presse.

L’INTEGRALITE DE SON ADRESSE

Mesdames et Messieurs,

Notre pays, le Mali va choisir son prochain Président de la République dans quelques semaines, conformément aux dispositions de notre Constitution et au calendrier électoral républicain.

Dans un monde en mutation, souvent tourmenté et instable, le Mali figure parmi les Etats de droit et les démocraties où l’accession à la magistrature suprême obéit à des règles transparentes, claires, connues et respectées de toutes les parties prenantes dans un climat apaisé.

Mesdames et Messieurs

Notre label démocratique n’est point usurpé. C’est un précieux acquis que nous avons tous œuvré à asseoir et à consolider. Le peuple Malien a su, avec courage, lucidité, imagination et fierté, hisser progressivement, au cours de son histoire, notre pays dans le peloton de tête des démocraties reconnues et respectées sur la scène africaine et internationale. Notre pays a également enregistré des progrès économiques notables notamment au plan agricole et au plan infrastructurel. Rendons-en grâce à Dieu !

Je voudrais ici saluer le rôle fondamental et les leçons de démocratie vivante données par les Présidents Amadou Toumani Touré et Alpha Oumar Konaré.

Mesdames et Messieurs

De nombreux mouvements associatifs et clubs de soutien ont sollicité ma candidature et entendent la porter, de même que des partis politiques.

Aujourd’hui, après avoir parcouru pendant un mois le territoire national, échangé avec mes compatriotes du monde rural, éleveurs, agriculteurs, avec les notables, sages, chefs religieux, dignitaires et patriarches, les femmes et jeunes de toutes conditions dans les villes, villages, organisés ou non, engagés politiquement ou non, en somme avec le Mali vivant, le Mali des profondeurs et du quotidien, j’ai décidé de soumettre avec humilité, confiance, sérénité et détermination ma candidature à la Présidence de la République, lors de la Présidentielle du 29 Avril 2012.

Je souhaite la placer clairement sous le signe d’une démarche inclusive et nouer avec chacune et chacun de mes compatriotes, sans préjugé, un contrat de confiance, un contrat d’action, une action basée sur une vision et des valeurs fondamentales de notre Nation.

Ces valeurs sont l’intégrité, le don de soi, le respect, le travail, la solidarité et la responsabilité.

Je place ma candidature sous le signe du renforcement et de l’extension des acquis.

Je la place aussi sous le signe de l’innovation avec un Projet articulé d’accélération du développement économique, social, culturel et technologique de notre pays qui passe par une gouvernance remodelée, dans un Etat fort, un Etat juste, avec des institutions solides garantes de stabilité et de sécurité.

Totalement dédié au service de la Nation, je compte rassembler, le plus largement possible, tous ceux et toutes celles qui ont conscience qu’il nous faut retrouver le chemin du labeur, de l’effort et du mérite. Ces valeurs doivent permettre à chacune et à chacun de trouver la place qui lui revient dans notre société.

Le Candidat de la convergence et de la synthèse que je suis, s’y engage pour bâtir le Mali dont nous rêvons tous.

Conscient des enjeux et des défis, j’ai espoir et confiance en l’avenir de notre pays et de sa jeunesse. Notre jeunesse, même dans ses impatiences, m’émerveille par son inventivité, son patriotisme et son énergie décomplexée.

Par éthique et par principe, je ne céderai pas à la démagogie des promesses de circonstance.

Cependant forte est ma conviction que nous entamons les premières années du nouveau cinquantenaire avec un potentiel extraordinaire et avec la capacité de transformer notre pays pour peu que nous ayons davantage confiance en nous-mêmes, pour peu que nous y croyons.

Dans cette perspective, je soumettrai dans les jours et semaines à venir, ma vision et les grands axes et articulations de mon projet " MALI HORIZON 2030 " afin d’en parfaire les contours pour l’adhésion la plus large, seule garante du succès de son exécution avec le concours de chacun et de tous.

Le point d’orgue sera la CONVENTION NATIONALE de Février 2012 qui réunira les mouvements et clubs de soutien, partis politiques, citoyens, diverses associations et organisations, tous ceux et toutes celles, qui avec nous, ont à cœur la construction de notre présent et d’un avenir radieux et rassurant pour les nouvelles générations de notre pays dans une Afrique, continent du 21ème siècle.

Je compte sur vos prières, sur votre soutien, sur votre engagement à mes côtés afin que tous ensemble, nous réussissions le pari de la mobilisation et du dynamisme pour relever tous les défis sur le chemin du développement harmonieux du Mali.

Merci de votre disponibilité et de votre aimable attention

Que Dieu bénisse le Mali !

Après ce discours fédérateur, Modibo vient de prouver qu’il n’a pas l’intention ou l’ambition de livrer un combat inutile. Il prouve à suffisance que c’est ensemble que le Mali gagnera à relever ses défis. Et qu’il faut faire confiance aux femmes et aux jeunes qui ont et doivent avoir toujours leur mot à dire. Il est formel : "Dans un monde en mutation, souvent tourmenté et instable, le Mali figure parmi les Etats de droit et les démocraties où l’accession à la magistrature suprême obéit à des règles transparentes, claires, connues et respectées de toutes les parties prenantes dans un climat apaisé."

B. DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.