Présidentielle de 2012 : Modibo Sidibé, le candidat à abattre

0
0





La salle Djéli Baba Sissoko du Centre international des conférences de Bamako à refuser du monde au lancement des  activités de l’Association des Amis de Soumeylou Boubèye Maïga (ASMA). La cérémonie était présidée par le Soumeylou Boubèye Maïga, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et président d’honneur de cette Association. On notait également la présence du président de l’UDD, Tiéma H. Coulibaly, l’ancien président du patronat Moussa Balla Coulibaly, les représentants des partis politiques et les membres de l’ASMA. L’on retiendra que ce Forum a servi de cadre à Boubèye pour appeler la classe politique à barrer la route de Koulouba aux candidats indépendants.

«Il faut qu’en 2012, le futur président du Mali soit issu de la classe politique». C’est du moins ce que l’on peut retenir des propos de Soumeylou Boubèye Maïga au Forum des jeunes leaders de l’ASMA tenu samedi denier au CICB. A analyser de près les propos de M. Boubèye, il ne faudra pas que l’histoire se répète. On se souvient qu’en 2002, le président ATT  avait infligé un camouflet à la classe malienne. Parti aux élections en tant qu’indépendant, il avait réalisé la prouesse en battant les hommes politiques. Et ce n’est pas tout. Cet homme, sans parti politique, avait récidivé en rééditant l’exploit en 2007 où il a été réélu dès le premier tour. Après donc sa double humiliation par un indépendant, la classe politique semble avoir tiré la leçon et est plus que jamais résolue à barrer la route aux candidats sans parti.

En outre, en affirmant que tout à Koulouba en 2012, sauf un indépendant, les potentiels candidats semblent avoir peur d’un homme qui  risque de faire très mal, surtout qu’il vient de parcourir tout le pays et qu’il a eu le soutien des populations. Il s’agit de Modibo Sidibé. Les présidents des partis politiques qui sont candidats savent bien qu’il peut changer la donne lors de la présidentielle du 29 avril prochain. C’est pour cette raison qu’ils veulent former un front contre l’ancien Premier Ministre. Toujours est-il que la bataille sera rude.

Revenons au Forum proprement de l’ASMA pour signaler que la salle Djéli Baba Sissoko du Centre international des conférences de Bamako a refusé du monde. Les participants étaient venus des quatre coins du Mali et de la sous-région. Chose quia beaucoup émerveillé Soumeylou Boubèye Maïga.

Le représentant des jeunes, Ousmane Kola Daou, a dit dans son allocution que le mandat lui a été donné pour se prononcer au nom de tous les jeunes du Mali et de ceux de la diaspora partageant les idéaux de l’Association et agissant en son sein depuis plusieurs années.

Selon lui, ce creuset de toutes les sensibilités préoccupées  par l’intérêt général qu’est l’ASMA, s’est révélée, depuis sa création jusqu’à nos jours, un véritable outil de solidarité et d’émancipation qui a apporté un soulagement réel aux différentes couches sociales en quête d’un mieux-être.

Et c’est pourquoi, au-delà des horizons politiques, les jeunes, conscients des défis auxquels est confronté le Mali et convaincus que les réponses se trouvent dans une volonté politique plus affichée, ont décidé de s’engager avec lui pour le soutenir dans son combat pour un Mali juste et prospère.

Pour sa part, la représentante des femmes, Mme Raki N’Diaye, dira aussi que les buts de cette Association sont entre autres, œuvrer pour le renforcement de la démocratie par la formation et la sensibilisation du citoyen malien quelque soit son appartenance politique, sociale ou religieuse. Elle a indiqué que l’objectif principal est de soutenir Soumeylou Boubèye Maïga dans toutes ses actions aux plans social, politique, économique et culturel, au niveau national et international. Prenant la parole, Soumeylou Boubèye Maïga a remercié l’ensemble des militants et sympathisants  qui ont fait le déplacement pour rehausser l’éclat de cette cérémonie.

Pour lui, l’ASMA a été créé en 2003  et  a pris de belles initiatives pour aider les couches défavorisées dans tous les domaines du développement  de la Nation à savoir la santé, l’éducation, l’emploi des jeunes,  entre  autres. 

L. COULIBALY

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.