Présidentielle du 29 avril : L’Adema et son candidat s’offrent une alliance de 20 partis

0
0





Pour une victoire éclatante de  leur candidat à la présidentielle du 29 avril, le Pr. Dioncounda Traoré,  l’Adéma/PASJ et une vingtaine de partis et associations politiques ont signé hier une alliance dénommée : Alliance pour le renouveau politique (ARP). La cérémonie de signature a eu lieu au siège du parti de l’Abeille à Bamako-coura sous la présidence du 1er vice-président de la Ruche, Ibrahima N’diaye, également directeur de campagne du candidat.

L’Adéma/PASJ, MDD, CD, Amat, PSP, RPD, PDJ, RCD, PSR, PJDD, UPR, UFDP, PECSAM, PEI, PDD faso kanou, PDP, le parti Sigi Kafo ton, l’Association Yèrè ko, ont signé hier, au siège de la Ruche, l’Alliance pour le renouveau politique (ARP). Le document a été paraphé par les  présidents de ces partis et associations politiques en présence de nombreux militants de l’Adéma. On a annoncé que d’autres partis comme le PDS et le Padem pourront signer la plate-forme dans les jours à venir au même titre que beaucoup d’autres qui aimeraient y adhérer, puisqu’elle est ouverte à tout le monde. Comme nous l’annoncions dans notre parution d’hier, l’UDD et le MPR sont attendus dès que la stratégie de la présidentielle sera tranchée en leur sein. Pour l’UDD, c’est un congrès qui devra déterminer l’option de la participation à la présidentielle du 29 avril. Quant au MPR, le 5e congrès ordinaire avait chargé le Bureau exécutif central de trancher la question. « Mais les choses trainent toujours, alors que l’Adéma et les autres partis alliés étaient pressés. En décidant d’attendre le MPR et l’UDD, l’Adéma avait peur que par impatience les autres partis ne rallient d’autres camps. C’est pourquoi, la plate-forme a été signée hier par les partis et associations ci-dessus mentionnés », nous a expliqué hier un leader du parti majoritaire.

L’Adéma prépare déjà le second tour

Le directeur de campagne du candidat, Ibrahim N’diaye, a  remercié les partis et associations politiques qui ont décidé de lier leur sort à celui de l’Adéma à travers le soutien à son candidat. « Avec les données actuelles, nous pensons que ça sera risqué de dire qu’on passera dès le premier tour. Il faut être réaliste et c’est pour quoi, nous préparons déjà le second tour à travers un autre type d’alliance. Dans les jours à venir, vous serez encore conviés à un autre type de signature. C’est parti pour la campagne et nous sommes sûrs que la victoire est à notre portée », a assuré le 1er vice-président de l’Adéma.

Le directeur adjoint de campagne du candidat, chargé des alliances, Sékou Diakité a quant à lui expliqué  que cette plate-forme électorale est l’aboutissement d’un processus entamé depuis quelques mois. Il a salué la fidélité, la loyauté et le sens de la responsabilité des partis et associations signataires. « Parmi les partis signataires, il y a certains qui sont avec l’Adéma depuis 1991, d’autres depuis 2002 ou 2007. Ces partis ont compris que l’Adéma a les moyens et l’expérience pour relever le défi parce que dotée  d’un candidat entouré d’hommes capables. L’acte que nous allons poser aujourd’hui est un accord politique qui prend en compte des engagements électoraux à la présidentielle et législatives de cette année de même que les communales de 2014. Sur les accords, l’Adéma jouera sa partition et chacun des partis entend mouiller le maillot jusqu’à la base. C’est une alliance qui ne s’arrêtera pas au niveau des Etats-majors. L’Adéma va à ces élections pour les gagner, il n’y a pas deux objectifs. Et c’est ce que nous avons dit à nos partenaires. Pour réaliser ce pari, l’Adéma est en négociation avec d’autres partis », a annoncé également l’ancien ministre Sékou Diakité.

Au nom des partis et associations politiques signataires, le président de l’UFDP, le colonel Youssouf Traoré, s’est réjoui de la grandeur de l’alliance. « 20 partis, qui dit mieux ! », s’est-il exclamé avant d’ajouter que cette alliance est fondée sur les principes fondamentaux de la solidarité et la justice. « Nous venons nous soutenir nous-mêmes. Parce que lorsqu’on aura tué le gibier (gagner la présidentielle : Ndlr), chacun aura sa part. Chacun doit s’y mettre et on n’a aucun doute que notre force est la victoire pour notre candidat, Dioncounda Traoré », a conclu l’ancien compagnon du général Moussa Traoré.

Abdoulaye Diakité 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.