Présidentielle du 29 avril : Le PDES déclaré non partant, Bittar investi par l’UMAM

0
0





Au moment où le Parti pour le développement économique et de la solidarité (PDES) annonce qu’il ne présentera pas de candidat à la présidentielle du 29 avril, le parrain de l’Union des mouvements et associations du Mali (UMAM), Jeamille Bittar, s’est jeté dans la course pour la succession du président Amadou Toumani Touré. Il a fait sa déclaration de candidature hier à l’hôtel de l’Amitié.

Le Parti pour le développement économique et de la solidarité (PDES) ne présentera pas un candidat à la présidentielle du 29 avril. L’annonce a été faite à travers un communiqué diffusé à la télévision nationale samedi soir. C’est la conclusion d’une réunion tenue vendredi après sur la question. Le parti ‘’présidentiel’’ met ainsi fin à cette polémique qui faisait rage quant au choix de son porte-étendard pour cette échéance électorale. Une polémique qui tendait à polluer l’atmosphère entre le président du parti, Hamed Diane Séméga ; son 1er vice-président, Jeamille Bittar et le président d’honneur, Hamed Sow. N’ayant pas de candidat pour cette présidentielle, Hamed Diane Séméga et les siens s’attèleront désormais à la réussite des derniers grands projets du chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, notamment le référendum constitutionnel qui sera couplé avec le premier tour de la présidentielle. Ils pourront aussi se plancher sur une participation à une alliance électorale dans le cadre de la présidentielle, des législatives de cette année et les communales de 2014. Selon les indiscrétions, une alliance avec l’Adéma n’est pas à exclure.

Cette prise de position du PDES a donc coïncidé avec la déclaration de candidature de Jeamille Bittar. Le 1er vice-président du PDES a fait en effet dimanche sa déclaration de candidature à la présidentielle du 29 avril à l’hôtel de l’Amitié de Bamako. Ça sera sous la bannière de son association créée à cet effet, l’Union des mouvements et des associations pour le Mali (UMAM). L’événement a draine une foule nombreuse dont plusieurs personnalités du monde des affaires ; des représentants de certains partis politiques et des envoyés de certaines chancelleries. Cette cérémonie de déclaration de candidature a été marquée par deux temps forts. Le premier concernait la projection de film documentaire sur le parcours politique de  Jeamille Bittar. Dans ledit élément, on a pu s’apercevoir du parcours  de l’enfant de San. « Opérateur économique de son Etat, Jeamille Bittar est un grand manitou dans les domaines du transport et de l’imprimerie. C’est à ce titre qu’il est qu’il est devenu président de la CCIM puis du CESC ».

Le second temps fort de la cérémonie était la déclaration solennelle de candidature de Bittar. Dans sa déclaration, le 1er vice-président du PDES explique  les raisons du retard accusé pour répondre à un appel à candidature à lui lancé par l’UMAM. « J’ai marqué une patiente attente et multiplié les appels en direction de mes compagnons politiques, qui m’ont répondu par leur silence, leur indécision, pour qu’ensemble nous agissons, en vain ». Dans la même déclaration, Jeamille Bittar motive sa candidature par son souci de servir le Mali et principalement les jeunes (filles et garçons), qui sont l’avenir et le socle de notre pays. « Je veux que les jeunes jouent à présent le rôle qui doit être le leur. J’ai pleinement conscience de l’immensité de la tâche et de la délicatesse de la mission. Mais soyez sûrs que je ne vous décevrai pas », a indiqué l’enfant de San avant d’expliquer quelques axes de son projet de société. Un projet de société qui se rapporte aux investissements étrangers ; la construction de fabriques et d’usines ; la mobilisation de l’épargne ; le développement de l’agriculture, l’élevage et la pêche ; la création de richesses ; le renforcement de l’autorité de l’Etat ; la justice etc..

Abdoulaye Diakité

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.