Présidentielle : Ibrahim Boubacar Keïta, 2012 ou jamais

0
0





Ibrahim Boubacar Keïta a officiellement annoncé samedi 7 janvier, sa candidature à l’élection présidentielle d’avril 2012.  Il répond ainsi aux appels incessants de ses partisans et de son parti, le Rassemblement pour le Mali (RPM). Il joue certainement sa dernière dans son ambition de devenir président de la République.

L’ancien Premier ministre malien, et ex-président de l’Assemblée nationale, est un poids lourd sur l’échiquier politique national. Et même dans la course pour la présidentielle d’avril prochain. Il répond enfin : «Oui, je suis candidat à la présidence ! ». Pour Ibrahim Boubacar Keïta, il n’est pas candidat seulement pour le plaisir ; mais pour relever un défi : «Je veux relever le défi d’un Mali créateur d’emplois, grâce à une politique économique efficace et réaliste. Nous allons créer, en cinq ans, quelques centaines de milliers d’emplois dans l’agriculture, les mines, l’industrie et le tourisme».

Est-on alors en face d’un homme nouveau ? Pas vraiment. Mais sa vision des choses semble avoir changé ; il le dit entre ces lignes : «J’ai beaucoup appris. J’ai changé aussi, comme le Mali». Le bourgeois s’est-assagi ? Ça vaudrait dire qu’il en a perdu de son autoritarisme tant décrié par ses détracteurs. Une chose est sûre, il a les moyens pour se faire respecter dans la course à Koulouba. Encore qu’Ibrahim Boubacar Kéita dit avoir de l’ambition pour son pays qu’il voudrait matérialiser à travers ses priorités : lutte contre le terrorisme et la corruption, un Etat fort, la sécurité alimentaire.

En tout cas, l’homme qui a échoué par deux fois dans sa conquête à la colline du pouvoir, doit bien croire à son étoile pour se jeter à nouveau à eau. C’est probablement sa dernière tentative, s’il ratait cette occasion. Il aura quand même droit de cité dans le panthéon des monuments de la politique malienne. On n’en est pas ; il doit maintenant se donner les moyens pour gagner la confiance des électeurs, avec un slogan mobilisateur et des alternatives crédibles (projet de société), pour prétendre remplacer ATT au poste de président de la République.  Saura-t-il le faire ? On le saura au soir de la présidentielle.

I.          Sissoko

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.