Racine Thiam à propos de la plainte contre IBK : «Nous n’avons pas de commentaires à faire que de nous occuper de ceux qui préoccupent les maliens»

0

 

« A Koulouba,  on n’accorde pas de crédit à la plainte introduite pour haute trahison contre le président de la République ». C’est du moins ce que l’on retient de la réaction faite sur la question par  le directeur de la cellule de communication de la présidence. M. Racine Thiam était mercredi 09 mars, l’invité du 2ème numéro de l’émission « Rendez-vous avec Koulouba ». Cette rencontre qui se veut mensuelle est une initiative de la Maison de la Presse.

«Nous n’avons pas de commentaires à faire que de nous occuper de ceux qui préoccupent véritablement  les Maliens». C’est en ces termes que M. Racine Thiam a répondu à la question de savoir ce que la présidence de la république disait à propos de la plainte  introduite par l‘association BIPREM contre la personne du président IBK pour « haute trahison ».

Et, a-t-on appris, la plainte  du BIPREM a été déclarée irrecevable. Le directeur de la présidence s’en réjouit : «les organes les plus habilités ont répondu que cette plainte n’était pas recevable ni dans le fond ni dans la forme », a-t-il dit tout en rappelant  que le Mali reste avant tout un pays démocratique.

S’agitant du processus de paix Racine Thiam y souligne «une avancée spectaculaire », surtout, dit-il, avec le forum de Kidal prévu en fin  mars.  Pour le directeur de la cellule  de communication de la présidence, ce forum est le début de la paix tant souhaitée par les Maliens.

Parlant de l’Armée, Racine  Thiam a annoncé que l’effectif de nos forces de défense  se verra bientôt renforcé, dans  deux  ans a-t-il dit.   Aux dires de Racine Thiam, plusieurs commandes ont été faites et l’Air Bus de transport militaire annoncé pourrait être livré au plus tard en juin prochain.

Et le bonheur promis aux maliens ? Racine Thiam l’annonce pour très bientôt  avec « l’avancée spectaculaire » que connait le processus de paix. « On ne peut pas parler de bonheur sans paix », a dit  le candidat malheureux aux présidentielles de 2013.

Djibi Karim

PARTAGER