Référendum du mois d’avril prochain : « Un coup d’Etat constitutionnel en cours », dixit-il Me Mohamed Ali Bathily

0
0

Le 29 avril  prochain, les Maliens sont appelés aux urnes, pour se prononcer par rapport à la nouvelle constitution. Cette initiative du président de la République Amadou Toumani Touré au terme de son mandat est jugée par Mohamed Ali Batilly comme un coup d’Etat constitutionnel.

 

 

Comme prévu par les autorités dela République, les citoyens donnerons leurs voix par rapport à la réforme constitutionnelle du mois d’avril. A moins de 100 jours de ce 4e changement mangeur dans l’histoire du pays, les organisions et les mouvements de contestation se multiplient. Toute chose qui donne une barrière a sa faveur. En effet selon Me Batilly membre du mouvement anticonstitutionnel et militant du Collectif janvier noir.

Pour qu’un référendum soit tenu dans les normes, il doit répondre à certains critères, à savoir une  campagne de sensibilisation et d’information de la part du gouvernement dans tout le territoire national, quelle que soit la situation géographique et démographie des citoyens, comme souligne  l’article 118 dela Constitution. Ordepuis le 17 janvier dernier les 1 3 du territoire est entre les mains des bandes armées, qui nous donnent chaque jour un bilan meurtrier très lourd entre l’armée régulière et les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ».

Une situation  qui menace l’intégrité et l’unité du territoire national. A-t-il ajouté que cette innovation  est un coup d’Etat constitutionnel et un manque de compétence du pouvoir, qui piétinera notre démocratie qui, bientôt célébrera ses 20 ans. Pour lui les autorités n’ont pas tenir compte l’intérêt des citoyens. Il dira que la nation malienne a des gros problèmes, le mieux pour le peuple est d’allé dans une transition démocratique sans le gouvernement qui demande un référendum à une partie seulement de la population et il a lancé un appel aux citoyens de faire preuve de l’humanisme, de justice à chaque Malien digne du nom pour préserver le pays de toute dérive destructrice, en défendant toutes les communautés qui composent ce pays sur la base de l’équité édictée à des siècles, l’exigence des mesures  contre l’impunité et le respect strict dela Constitution.

Nabila Ibrahim

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.