Remaniement ministériel : Le Rpm en légitime posture

0
Arrêt sur image : Présidence : Plus de dictionnaires que de dossiers

Depuis quatre ans que le Président Ibrahim Boubacar Kéita est au pouvoir, son parti n’avait pas eu droit à la Primature. Manque de confiance ou question d’humeur ? En tout cas un nouveau soleil se lève pour les tisserands avec la nomination d’un des leurs comme Premier ministre en l’occurrence Abdoulaye Idrissa Maïga. Mais en vérité, Ibk n’a fait que diviser la poire en deux, en portant le choix sur cet homme, très proche de lui en sa qualité de Directeur de campagne et de surcroit de la famille MAIGA, et là tout le monde y trouve son compte. Suivez notre regard !

L’habitude est une seconde nature, dit l’adage. Ibk ne dément pas du tout cette assertion. Et l’occasion est bonne, nous l’estimons, de rappeler quelques actes posés par Ladji Bourama qui marquent sa constance dans l’amitié plus que tout. Aussi, faut-il préciser que cet attachement à l’amitié n’a d’autre objectif que s’assurer une protection en vue de réaliser ses ambitions ou tout au moins d’éviter d’être contrarié. D’ailleurs ses amis, selon une opinion largement partagée, sont ceux qui ne le contredisent pas, les suivistes, les larbins, les béni-oui oui, ceux qui l’applaudissent en tout lieu et en toute circonstance.

Ibk, pour rappel, fut nommé Ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire par le Président Alpha Oumar Konaré. Dans la capitale ivoirienne il a retrouvé son ami Laurent Gbagbo. Les deux hommes ont entamé un compagnonnage qui n’était pas du goût du Président ivoirien Nana Houphouët Boigny qui a rappelé le nouvel Ambassadeur à l’ordre en lui signifiant qu’un homme d’Etat se doit de garder ses distances avec l’opposant pour le respect du président auprès duquel il est en mission. Mais Ibk a fait la sourde oreille étant donné que pour lui l’amitié est sacrée. C’est alors qu’il ne sera jamais accrédité par Houphouët et fut rappelé par Alpha Oumar Konaré pour le nommer Ministre des Affaires étrangères.

Ibk est également celui qui a déclaré qu’il ne peut pas collaborer avec des gens qui lui planteraient le couteau dans le dos. C’était en référence à Soumeylou Boubèye Maïga et Soumaïla Cissé au sortir du Congrès ordinaire qui le reconduisait à la tête de l’Adéma. Pour beaucoup de gens, c’est Ibk qui avait barré la route du Congrès à ces deux collaborateurs privilégiés de Alpha. Ce dernier, politicien futé, a pris sa revanche à travers un congrès extraordinaire qui a vu le retour de ses deux amis au bureau exécutif national et le départ de Ibk remplacé ipso-facto par Dioncounda Traoré.

En définitive, si pour le Rpm son heure était arrivée avec l’accession de Ibk au pouvoir qui se devait de nommer un Premier ministre Rpm, pour le Mandé Mansa son pouvoir est un fait de Dieu (” Allah nô lé “) a-t-il clamé haut et fort en dansant pour titiller à la fois le RPM et l’opposition).

Alors le compte est aujourd’hui bon pour le RPM et davantage pour Ibk. Reste à savoir qui de Ibk et de Alpha aura raison. Ce dernier n’avait-il pas dit que Ibk ne peut pas diriger ce pays ?

 

Mamadou DABO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here