Renaissance de la démocratie malienne : Jusqu’où l’opposition va-t-elle “trimbaler” IBK ?

13
Soumaila Cissé et Tiéblé Dramé ( G-D)
Soumaila Cissé et Tiéblé Dramé ( G-D)

Comme si elle avait reçu un signal fort pour sortir ses griffes, l’opposition malienne vient d’emboucher la trompette de la critique acerbe pour dénoncer la gouvernance d’IBK. Tour à tour, le PARENA de Tiébilé Dramé, l’URD de Soumaïla Cissé et les FARE An ka Wuli de Modibo Sidibé ont décidé de tomber à bras raccourci sur le régime du président Ibrahim Boubacar Kéita pour le pousser à se réveiller de sa torpeur après sept mois de tergiversations et de pilotage à vue. A ce rythme, on peut se demander si cette réactivité de l’opposition va impacter positivement sur la gouvernance du duo IBK-Moussa Mara afin qu’elle aboutisse à un mieux-être du peuple malien.

 

IBK aime à le dire avec emphase et énergie : ” On ne me trimbale pas. Nul ne me trimbalera. On ne me trimbalera pas ! “. Ces propos prononcés dans un contexte particulier étaient destinés aux groupes rebelles qui sèment la terreur au nord et à Kidal en particulier mais aussi à une certaine communauté internationale, qui ne cache pas les pressions qu’elle ne cesse de mettre sur le pouvoir malien. Mais ces propos étaient aussi adressés à une opinion de plus en plus impatiente de voir les  changements promis traduits en réalité. Or, le relais d’une partie de cette opinion est “l’opposition républicaine”, qui commence à sortir de plus en plus de sa retenue des premiers mois de l’arrivée du président IBK aux affaires.

Le pouvoir sous les tirs croisés des critiques

C’est dans un véritable pamphlet dont le titre pouvait être “J’accuse” d’Emile Zola dans la célèbre affaire Dreyfus, que le Parti de la renaissance nationale (PARENA) avait, le 18 avril dernier, démonté pièce par pièce, des pans entiers de la gouvernance à la sauce IBK. Dans ce mémorandum du parti du bélier blanc, intitulé “IBK, sept mois après : le Mali dans l’impasse”, Tiébilé Dramé et ses amis ne se sont pas fait prier pour exposer au grand jour des cas d’affairismes, de travaux de rénovation couteux, l’acquisition d’un nouvel avion présidentiel à prix d’or dans un pays qui tire le diable par la queue, etc. Le PARENA avait courageusement qualifié la situation de “dérive” qui, “si elle continue portera atteinte aux pactes fondateurs de la nation et de la République“. Ainsi formulées, les récriminations de ce parti d’opposition constituent le signal d’alarme pour appeler le pouvoir à se ressaisir.

Cette sortie du parti du bélier blanc avait plutôt suscité l’ire du parti présidentiel qui, dans une vive réaction au titre évocateur “Le Mali n’est pas dans l’impasse, c’est Tiébilé Dramé qui est aux abois“, le RPM s’était, comme le dira le ministre de la Communication Mahamadou Camara, “attaqué à la va vite au bonhomme “.

La prompte riposte des proches du pouvoir

A priori, cette réactivité du parti présidentiel signée du nom du chargé de mission Boubacar Touré de la présidence de la République était le signe d’un refus de voir la réalité en face. Puisque le message était clair : le Mali ne se porte pas mal sous IBK, c’est le leader du PARENA qui était gratuitement et faussement accusateur. Cet avis n’est pas partagé par une bonne partie de l’opinion. Il suffit de faire un sondage dans les rues de Bamako pour savoir que l’enthousiasme qui a conduit aux 78 % des suffrages d’IBK a totalement disparu. Tout porte à croire que l’entourage d’IBK n’est pas en mesure ou ne veut pas relayer cette déception du peuple au chef de l’Etat environ huit mois après son élection à la tête du pays. “IBK est coupé de la réalité de son peuple et personne dans son entourage immédiat ne peut lui dire en face les appréhensions actuelles des populations. On lui fait croire que tout va bien”, nous confiait samedi un député RPM et ami du chef de l’Etat. Ce constat prouve qu’au sein même de la majorité au pouvoir, plusieurs cadres notent la gouvernance IBK avec le “peut mieux faire“. Sans vouloir aller loin dans l’analyse, certains députés trouvent que le président de la République n’est pas bien entouré, n’est pas bien conseillé et qu’il lui faut prêter une oreille attentive aux critiques de l’opposition, de la société civile pour que le pouvoir puisse rapidement rectifier le tir. Le Nord, les marchés publics et la lutte contre la corruption, la recherche effrénée du lucre et du luxe, l’immixtion trop voyante de la famille dans les affaires publiques sont des aspects sur lesquels IBK doit écouter la voix de son peuple.

Des reproches  pour corriger

Ce sont ces questions qui meublent le discours des leaders de l’opposition comme Soumaïla Cissé  de l’URD et Modibo Sidibé des FARE An Ka Wuli. A travers des piques répétées portant sur l’acquisition jugée inopportune d’un nouvel avion présidentiel à près de 20 milliards F CFA, les nombreux voyages à coup de millions du chef de l’Etat, ces personnalités invitent les gouvernants à la retenue pour être plus à l’écoute des Maliens. C’est dans cette veine que M. Cissé ironisait le samedi dernier en Commune VI qu’avec le nouvel avion, il n’y a plus de raison que le gouvernement ne puisse pas se rendre à Kidal pour reconquérir cette ville qui lui échappe. Le même jour, l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé annonçait en commune I que “l’opposition ne va pas se taire parce qu’on la menace, parce qu’on lui répond par des attaques personnelles. Le jeu démocratique doit être respecté… La majorité doit respecter l’opposition. Elle doit cesser de diaboliser l’opposition. Et cette dernière doit être républicaine et respecter la majorité”

 

 

Pour lui, l’opposition, ne doit pas être là pour empêcher la majorité présidentielle de mettre en œuvre le programme gouvernemental pour lequel le peuple l’a élue. Mais elle ” doit être vigilante, critique et faire des propositions et suggestions. Nous continuerons, Inch’ Allah, dans le respect du jeu démocratique de faire nos propositions et nos suggestions. Les menaces ne suffiront pas. Les attaques personnelles ne suffiront pas”, a-t-il indiqué.

 

Ces sorties posent le débat de la réceptivité du pouvoir, de sa disponibilité à prêter une oreille attentive aux critiques émanant des forces vives du pays pour réajuster la gouvernance. Car, comme le dit le sage : “Errare humanum est, perseverare diabolicum” (l’erreur est humaine mais y persévérer est diabolique ). Mais, la donne n’est pas simple quand il s’agit  d’un dirigeant autosatisfait, convaincu qu’il est le meilleur de tous dans un pays, qui a pourtant bien d’expertise à revendre. C’est en cela que le locataire du palais de Koulouba doit concevoir d’être un tant soit peu “trimbalé”. Ne serait-ce que pour… ” l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens “.

Bruno D SEGBEDJI

I

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Apres le révolution malienne,les Maliens ont construient une monocratie vraie,la médiocratie participative.A cela a succéder une une médiocratie consensuelles,c’a dire,une sorte de corruption de la médiocratie. Le passage de la démocratie participative à la démocratie consensuelle a été préparer et exécuter par les les dirigeants d’alors peut être pour nous éviter de tomber dans une dictature ,ou une aristocratie,dans laquelle ,nous risquons de nous retrouver si nous ne prenons garde.Les déclarations tapageuses des opposants ne nous mènerons nul part,l’opposition à l’africaine n’est pas constructive,il nous faux garder absolument le contrôle des des institution,je veux dire leur gestion démocratique.

  2. Hé Tiè Laissé IBK travaille et Vous CISSE et DRAME Alpha et ATT ont fait 20 de volé les maliens et mentir aux maliens vous etiez ou en cemoment parce que vous volez aussi avec eux vous seront jamais président ce pays là que Allah bénise le Mali et protège le devant vous deux. Amen

  3. Merci et encore fois grand merci à Mr Kassin , tes posts sont d’une contribution immense et pédagogique contrairement aux gazouilleurs qui inondent ce beau forum , beaucoup parmi ceux la ,nous assaillent que d’idioties et conneries , en lieu et place de tapages malsains. et de critique de bas étage , Kassin intervient dans les débats avec brio , tes critiques sont nobles et tranchent avec ton élan patriotique et transcendant ton égo.Malgré que tu résides à mille lieue du théâtre des problèmes Maliens et qu’à cela ne tienne , tu joues honorablement ta partition et devoir de Malien bon teint , un geste fort venant d’un citoyen formidable , on sent en toi quelqu’un ayant apprit et bu jusqu’à satiété au bon vieux temps des pionniers , pendant les temps de gloire sous le règne des Modibo KEITA et Mamadou KONATE , ceux la qui ne juraient que par le mot Mali et la défense de l’intégrité territoriale de la sacrée patrie!
    SALAM!
    Alléluia Kassin , you sincerely deserve our Best Regards 8) 8) 8) 8)

  4. Bon courage à l’opposition ibk peut bien menace l’opposition il faut poursuit votre chemin en ignorant ibk dire ses bêtise

  5. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
    Ou est KORODOUDOUBA … d’abord …..???

    😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    L’opposition n’a même pas besoin de trop d’effort pour “trimbaler” IBK …

    Ce “Bourgeois Gentilhomme” à la tête du MALI … imbus de sa propre personne est en voie de se créer plus de faux problème que de résoudre les vrai problème …

    Grand bavard … surtout devant des audiences partisanes qui applaudirait même s’ils étaient insultes … il oublie complètement que la campagne est fini … et s’adonne à des discours de flatterie du MALI et d’auto griot … en se permettant de répondre aux critiques … avec des attaques personnelles…

    Pire … à défaut d’avoir du concret à présenter … pour se faire acclamer … il s’amuse à discuter des affaires d’état qui n’ont rien à foutre à être discuter à la place du marché…

    Je donne comme exemple l’allusion à un vote de l’ONU par rapport à la Crimée … où il aurait été approché par la France et les États Unis … pour le support du MALI … et aurait répondu qu’il ne peut trahir les Russes à cause de leur refus de supporter les maudits MNLISTES …

    En plus … il s’est permis de balancer OUATTARA sous le bus … en prétendant que celui ci était absolument d’accord avec sa position …

    TOUT CELA … GRATUITEMENT SANS UNE QUELCONQUE SOLLICITATION … JUSTE PAR SIMPLE BAVARDAGE ….

    En mon humble opinion … la discrétion est une qualité et une question de crédibilité … surtout dans les relations internationales diplomatique …

    En tout cas … ce monsieur est un peu trop bavard à mon opinion … et ses partisans ont intérêts à arrêter de voir tout en noir ou blanc… partisan ou opposant … ami ou ennemi … et ouvrir leurs oreilles qui semblent être bouchées par l’esprit partisan …

    Sinon ils auront une très mauvaise surprise et apprendront les leçons qu’ils ont refusés d’apprendre … IBK N’EST PAS LE PREMIER PRÉSIDENT POPULAIRE DU MALI … NI SERA T’IL
    LE DERNIER …

    TRAVAILLEZ AU LIEU DE RACONTER DES SLOGANS DE CAMPAGNE … OU VOUS SEREZ RATTRAPÉS PAR L’HISTOIRE ….

    Moussa Ag,… Le Bourgeois Gentilhomme a mal commencé … et à intérêt à se ressaisir … SINON ÇA VA ÊTRE 5 TRÈS LONGUES ANNÉES POUR LE MALI …
    😆 😆 😆 😆 😆 😆 💡 😆 😆 😆

  6. Aucun vrai politicien qui se veut être crédible et honnête ne peut rester les bras croisés face à l’emergence de la dictature dans une jeune démocratie acquise dans le feu et le sang,ou se livrer à cette molle complaisance d’un intellectuel inactif ou passif sans dénoncer les scandales d’incompétences et d’excès de pouvoir des gouvernants.Quand les Grecs ont inventé la notion de “Démocratie”, ils ont aussi créé celle de “Critique de la gestion” de nos gouvernants… 🙄

  7. de toutes facons le vin est servi et il faut le boire maintenant.
    quand je disais a mes amis lors de nos debat politique que IBK ;Soumaila et tous ceux qui ont debutes leur carriere polique a l’ADEMA que ses gens ont tous les memes principes de gerances de cet etat et que c’est des gens qui ont plus de mot que d’acte.
    c’est vrai que sans IBK Mara ne pouvait esperer a une tellle nomination maintenant mais il est aussi a reconnaitre que IBK est comme Alpha KONDE de la GUINNEE des gens qui ont passe toute leur vie dans l’opposition sans un plan de dirigence d’un etat.KUMA MUGU DORO ANI YAYALA FU

  8. Jusqu’où IBK compte-t-il TRIMBALLER les Maliens avec de simples formules verbales et de simples déclarations? 👿 👿 👿 👿

    Ce politicard “à l’ancienne” prendrait-il, en 2014, 77% des électeurs Maliens pour des enfants qu’on peut tenir indéfiniment avec des bla-bla???

    En 7 mois à peine, le kankele-machin a accumulé gaffes, magouilles-comme-avant, famille-pouvoir, et caprices de grand bourgeois mégalo, comme aucun jusqu’ici n’avait osé le faire! 👿 👿 👿 👿 ET TOUT CA, EN A PEINE 7 MOIS ENCORE UNE FOIS! 👿 👿 👿

    Et jusqu’ici, il n’a pas été UNE SEULE FOIS capable de DEMENTIR les lamentables affaires (108 milliards au copain Kagnassy sans appel d’offres, cadeaux de la Mafia, achat d’un Falcon pour une fortune (et sans appel d’offres !), travaux pharaoniques de SON palais et de SA résidence à un beau-frère (et toujours sans appel d’offres), augmentation pléthorique de SON cortège de motards, etc, etc, etc !!!)

    Pense-t-il vraiment que 77% des Maliens dupés vont continuer ENCORE LONGTEMPS à accepter sans broncher, à la fois ses caprices de star et son absence totale de mesures concrètes pour le Mali ??? Puisque notre grand Mégalo-BK se prétend ELU PAR DIEU ( !…), qu’il sache qu’il pourrait bien se retrouver DEMIS PAR LE PEUPLE ET PAR LA RUE !

    Nous ne sommes plus en campagne présidentielle !!! Après 7 mois de simulacre de pouvoir, il ne s’agit plus d’être pro ou anti IBK ; Il s’agit seulement de voir les choses avec lucidité TANT QU’IL EST ENCORE TEMPS !…

    A part une frange minuscule de fans indécrottables qui le vénèrent comme des enfants vénèrent leur star préférée, plus grand monde n’est dupe sur sa nullité politique et son égocentrisme grotesque ! Le Mali avait PLUS QUE JAMAIS besoin de se relever, il s’enfonce chaque jour un peu plus dans la nullitité tape-à-l’œil d’une république bananière !

    Jusqu’à quand pense-t-il pouvoir encore…………………..NOUS TRIMBALLER ?

    • Le Bourgeois Gentilhomme de la Sorbonne … risque de se créer des ennuies avec son bavardage … comme l’a fait un certains Général 4 Gris-Gris DEGEULE … applaudi par des abrutis et des SUPERCONS … sans raison aucune …. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Moussa Ag,…le MALI d’abord … se porte à merveille … selon le PARENA et ils n’ont pas tout à fait tord …. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉

    • Mon ami ton seul problème est que tu n’es pas intelligent. L’intelligence te permet de comprendre et de t’adapter à des situations nouvelles. L’intelligence te permet de traiter l’information pour atteindre tes objectifs. Donc écoute-moi bien mon ami, je te donne quelques codes de bonne conduite.
      Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.
      S’opposer n’est autre que proposer. Une opposition sans proposition n’est qu’un mouvement d’humeur. La forme supérieure de l’opposition, c’est la création.
      Opposition en politique, c’est le parti qui empêche le gouvernement d’aller battre la campagne avec incohérence, en lui coupant les jarrets.
      « C’est la marque d’un petit esprit de s’en prendre à autrui lorsqu’il échoue dans ce qu’il a entrepris ; celui qui exerce sur soi un travail spirituel s’en prendra à soi-même ; celui qui achèvera ce travail ne s’en prendra ni à soi ni aux autres ».

  9. C’est de la politique caniveau ni IBK ni le Parena ne font ici une politique pour le Mali.

    Ce n’est pas non plus de la démocratie, c’est la “calomniecratie” et de “l’inutilecratie” pour leur propre promotion mais tout sauf pour servir le Mali.

    Le Mali n’a pas besoin de ces enfantillages et de ces querelles de chiffonniers au moment où des dossiers brûlants sur sa souveraineté, son intégrité territoriale et son développement se posent avec acuité.

    Nous en avons marre de cette politique lombriliste, égoïste et égocentrique qui consiste à la recherche du pain chaud pour les politiciens véreux et avides d’argent facile qui se goinfrent à satiété sur les maigres ressources du Mali à coup de petites piques et de phrases assassines, inutiles et encombrantes pour les maliens qui ne demandent qu’à vivre mieux et à vivre digne.

    Nous n’avons pas financé par l’argent public nos partis politiques à coup de milliards de nos francs pour qu’ils jouent à l’enfant gâté.

    Nous n’avons pas élu le président IBK pour qu’il joue au théâtre à travers ses voyages inutiles et son luxe clinquant qui tranche avec la misère malienne qui fait agoniser nos compatriotes de Kayes à Kidal.

    Alors que qu’ils se ressaisissent tous et travaillent réellement pour ce pays qui leurs a tout donné et qui a aujourd’hui besoin d’eux plus que jamais pour relever les incommensurables défis qui se dressent devant lui.

    Wa salam!

    • Kassin

      “c’est la « calomniecratie » et de « l’inutilecratie » pour leur propre promotion mais tout sauf pour servir le Mali.”

      Quand les dérives reprochées sont à la fois FONDEES et VERIFIABLES, il ne s’agit absolument pas de CALOMNIES!

      Et dans la mesure où celles-ci sont précisément FONDEES et VERIFIABLES, il tout sauf INUTILE de les dénoncer (qui que soit le dénonciateur!).

      Et je pense au contraire que dénoncer les dérives, c’est précisément le meilleur moyen de SERVIR LE MALI!

      Dans cette affaire, seul IBK pris en flagrant délit d’incompétence et d’attrait grotesque pour le clinquant, qui tombe dans le travers des “querelles de chiffonniers” et des “enfantillages” avec ses piques verbales infantiles en lieu de réponses (Hassidi, etc.)! L’opposition dénonciatrice, elle, est PARFAITEMENT DANS SON ROLE à mon sens, et dénonce des faits TRES PRECIS.

      • Mon ami ton seul problème est que tu n’es pas intelligent. L’intelligence te permet de comprendre et de t’adapter à des situations nouvelles. L’intelligence te permet de traiter l’information pour atteindre tes objectifs. Donc écoute-moi bien mon ami, je te donne quelques codes de bonne conduite.
        Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.
        S’opposer n’est autre que proposer. Une opposition sans proposition n’est qu’un mouvement d’humeur. La forme supérieure de l’opposition, c’est la création.
        Opposition en politique, c’est le parti qui empêche le gouvernement d’aller battre la campagne avec incohérence, en lui coupant les jarrets.
        « C’est la marque d’un petit esprit de s’en prendre à autrui lorsqu’il échoue dans ce qu’il a entrepris ; celui qui exerce sur soi un travail spirituel s’en prendra à soi-même ; celui qui achèvera ce travail ne s’en prendra ni à soi ni aux autres ».

Comments are closed.