Rencontre Dioncounda- FDR autour des prochaines concertations nationales :Le front anti-putsch va-t-il enfin participer aux assises ?

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Après des échanges approfondis avec le président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré, durant quatre heures d’horloge à sa résidence,  le mardi 27 novembre, une forte délégation du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR) a, semble-t-il, fini par ajouter de l’eau à son vin. Le front serait disposé, selon nos sources à prendre part aux prochaines concertations nationales des forces vives du Mali prévues au CICB du 11 au 13 décembre prochains. Les représentants du FDR ont été quelque peu rassurés par le chef de l’Etat sur le fait que ces assises se situent dans la droite ligne de l’accord-cadre du 6 avril 2012 et ne sauraient remettre en cause les institutions existantes.

Ils redoutent un piège de la part des pro-putschistes qui préfèrent un véritable régime d’exception plutôt que le retour à l’ordre constitutionnel auquel le pays est parvenu après le coup d’Etat du 22 mars 2012. Car, pour Pr Younouss Hamèye Dicko, Dr Oumar Mariko, avec Pr Dioncounda Traoré à la tête du pays, Younoussi Touré président de l’Assemblée nationale, « les alliés du président déchu ATT » auraient des chances de rester aux affaires lors des prochaines élections. Les pro-putschistes, à en croire les anti-putschistes, n’hésiteraient donc pas à balayer d’un revers de main les institutions existantes pour créer un régime véritablement transitoire. Et, pour les responsables du FDR, les concertations nationales pourraient servir de tribune pour se prononcer dans ce sens grâce à « une majorité mécanique » obtenue à cette fin. C’est essentiellement pour ces raisons que le FDR avait émis un certain nombre de réserves pour sa participation à ces assises : la non-remise en cause des institutions actuelles, la relecture des termes de référence des assises, un meilleur quota au sein de la commission d’organisation. Une mission de bons offices avait était alors menée par le président du groupement des leaders religieux, Cherif Ousmane Madani Haïdara, pour les  convaincre de prendre part à la rencontre.  Ainsi, après avoir rencontré le représentant des religieux, le président du Comité militaire de suivi des réformes des forces armées, capitaine Sanogo, c’était le tour du président de la République par intérim de rencontrer les responsables du FDR

Arrivée à la résidence du président de la République par intérim vers 10 heures et demi, la délégation du FDR n’a quitté les lieux qu’aux environs de 14 heures 30. Elle comprenait Tiébilé Dramé, Pr Oumar Hamadoun Dicko, Me Amidou Diabaté,  Colonel Youssouf Traoré, Amadou Koïta, Sidi Bocoum, Mmes Coulibaly Kadiatou Samaké, Ascofaré Oulématou Tamboura,  Dembélé Oulématou Sow, le griot du front, Dagamaïssa.

Selon notre source, l’entretien avec le chef de l’Etat a permis aux responsables du FDR d’avoir des assurances sur le fait que «  les concertations ne vont pas aboutir à un nouveau coup d’Etat« . Pr Dioncounda Traoré aurait expliqué aux membres de la délégation du FDR que personne n’acceptera une remise en cause du retour à l’ordre constitutionnel. Que la communauté internationale s’attend surtout à ce que l’ordre constitutionnel soit consolidé par ces assises et qu’un organe habilité à entamer le dialogue avec les mouvements armés (occupants le nord)  en  sorte. La plupart des participants ont été rassurés, mais ils n’ont pas manqué de relever le fait que les documents de base des travaux prévoient deux schémas institutionnels à soumettre aux délégués à ces assises. Le schéma 1 prévoit de compléter les institutions existantes. Le schéma 2 a deux variantes. La « variante classique » propose deux organes, le Conseil national de transition et le chef de l’Etat; la « variante réaménagée » suggère la création du Haut conseil d’Etat et du Conseil national de transition. Les responsables du FDR exigent que le schéma 2 soit simplement ôté du document. Certains responsables du FDR estiment que malgré les assurances données par le chef de l’Etat, tant qu’il ne sera pas clairement établi que ces assises ne déboucheront pas sur un régime d’exception ouvrant une autre République, la quatrième, leur participation n’est pas encore  acquise. Toutefois, le front tient une réunion de restitution ce vendredi pour échanger autour des explications du président de la République par intérim. C’est à l’issue de cette réunion que le FDR va clairement décider de la conduite à tenir, c’est-à-dire participer ou boycotter.

Bruno D SEGBEDJI

 
SOURCE:  du   29 nov 2012.    

4 Réactions à Rencontre Dioncounda- FDR autour des prochaines concertations nationales :Le front anti-putsch va-t-il enfin participer aux assises ?

  1. Vision2013

    Y a pas un seul patriote dans cette racaille de FDR….tous attendent tout du Mali et non le contraire.

  2. Vision2013

    CONCERTATION de honte! Plutot concertation des politiciens professionels traitres de la nation pour voir qui gagne quoi personellement de ce qui reste du Mali.

  3. DIALLO Dj.

    Bruno, Tu vois que les gens sont tellement fatiguer de lire vos articles inutiles qui ne parlent même de l’essentiel concernant se pays ,ne vous lisent plus.

    • Alpha-one

      Parles pour toi plutôt. Le reste des maliens est assez grand pour exprimer son opinion sans ton aide.