Renouvellement de la section CDS de Bougouni : Un bureau de 65 membres dirige le Banimonotié

0
1

C’est ce samedi 18 février 2012 que la section CDS Mogotiguiya de Bougouni a procédé au renouvellement de son bureau. C’était sous la présidence de Magnan Kané et  de Hassana Bâ du bureau politique national. La cérémonie, qui s’est déroulée dans la grande cour du domicile du Président Blaise Sangaré, a vu la participation de 24 des 27 sous sections. A la suite de la journée de travail, c’est un bureau de 65 membres qui a été mis en place pour diriger le parti dans son fief.

 C’est le président de séance M. Magnan Kané qui a ouvert les travaux en indiquant les grandes orientations de cette journée de renouvellement.
Après les salutations d’usage, les remerciements, il a présenté à l’assemblée les huissiers de justice qui supervisaient la légalité du processus. C’est alors qu’une commission d’investiture de 19 membres avait été mise en place. Elle reflétait un découpage par zone qui donnait une représentativité géographique de l’ensemble de la section de Bougouni. Après l’acclamation de cette commission d’investiture, elle s’est retirée dans une salle annexe. Au bout de près 4 heures de travaux, la commission est revenue à la plénière avec un bureau consensuel de 65 membres, dirigé par Mamadou N’Falé Coulibaly comme Secrétaire général, le président actif étant El Hadj Youssouf Konaté et le président d’honneur de la section de Bougouni est Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise.
Après la lecture de la liste consensuelle par le rapporteur et son acclamation et la présentation individuelle des responsables élus, quelques personnalités se sont adressées à l’assemblée générale.
Le premier était El Hadj Youssouf Konaté, président de la section de Bougouni, qui a salué l’atmosphère de cette cérémonie contrairement aux rumeurs de fronde et de confrontation qui circulaient. Au nom de la section, il s’est engagé avec son équipe à honorer la confiance placée en eux par les militants. Alors pour lui le travail vient tout juste de commencer, surtout dans une période aussi cruciale à quelques semaines du début des élections générales auxquelles la CDS sera présente.
A la suite du président Konaté, c’était autour du Secrétaire général du bureau politique national M. Seydou Togola d’apporter un message du président Mamadou Blaise Sangaré dit Blaise à l’Assemblée. Voici la teneur de ce message : ” Le Président m’a chargé de vous annoncer ici à Bougouni, qu’il est candidat à l’élection présidentielle de cette année 2012… car il ne voudrait pas que les militants de Bougouni apprennent cette information dans d’autres bouches, donc la primeur de cette information est donc pour la section de Bougouni… “. Pour le Secrétaire général, la CDS est un parti organisé qui ambitionne de conquérir et d’exercer le pouvoir politique dans notre pays à tous les niveaux de responsabilité, c’est pourquoi le président est candidat à l’élection présidentielle de cette année 2012.
La tâche est revenue au Secrétaire général de la section de Bougouni M. Mamadou N’Falé Coulibaly d’apporter certains éclaircissements sur les conditions d’organisation de ce renouvellement de la section de Bougouni. Il ressort de son exposé que sur les 27 sous sections qui composent la section de Bougouni, 2 étaient en retard notamment Ourou et Sientola, seule Ouala n’avait pas donné de nouvelles.
A l’issue de la journée de travail, un point de presse a été organisé avec l’ensemble des journalistes et des responsables du parti. Ce point de presse a surtout permis d’éclaircir un point essentiel à propos duquel il y avait beaucoup de rumeur. Il s’agit de la situation des 3 maires qui sont Moussa Doumbia, maire de Sido, Souleymane Samaké, maire de Garalo et Yaya Togola, maire de Bougouni. Pour les responsables de la CDS, ces individus sont des récidivistes qui violent les statuts et le règlement du parti, bafouent les consignes et mot d’ordre et ne respectent pas la hiérarchie. Pour ces responsables, les articles 25 et 27 relatifs aux cas d’indiscipline sont pourtant clairs.
Alors les récidivistes à cause de leur comportement ne sont désormais plus éligibles et électeurs au sein des organes du parti. Pour les responsables du parti toutes les rumeurs et les tentatives de manipulation sont donc le fait de ce groupe qui avait vu venir cette atmosphère. En effet, à cause de leur comportement le parti courait le risque de disfonctionnement dans certaines structures, surtout de base. Le Secrétaire politique national Mamadou N’Falé Coulibaly a conclu en rassurant de l’engagement de la CDS à appliquer désormais ses textes.
Ousmane Coulibaly

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.