Rentrée solennelle du Barreau : Les élections en Afrique en toile de fond

0
0

Quelles élections pour la construction d’Etats démocratiques en Afrique? Voilà la thématique retenu par l’Ordre des avocats du Mali pour sa rentrée solennelle 2012, tenue le jeudi 16 février dernier, au Centre International des Conférences de Bamako.

 

 

Placée sous la présidence du ministre dela Justice, Maharafa Traoré, cette rentrée2012 aété l’occasion pour le bâtonnier de l’ordre des avocats du Mali de dresser un tableau quelque peu sombre des conditions d’exercice de la profession d’avocat. Pour Me Issaka Keïta, «l’avocat malien travail dans des conditions extrêmement difficiles qui se caractérisent par un environnement hostiles, réfractaire au changement et condamné la corruption». Me Issaka Keïta, qui a rendu hommage dans son intervention, à ses prédécesseurs,  a mis l’accent sur la formation surtout des jeunes avocats dans un monde globalisé. Pour cela, il a souhaité la création d’une école des avocats au Mali. Sur le plan social, Me Issaka Keïta a demandé la mise en place dela CARPA(Caisse de Règlements Pécuniaires des Avocats). Sur la situation sécuritaire  dans le septentrion de notre pays, marquée récemment par des atrocités, le barreau malien a recommandé un forum citoyen d’échanges avant de déclarer que force doit rester à la loi. Sur le thème de la rentrée du barreau, Issaka Kéita a laissé entendre que notre continent s’est illustré par des situations de crise, dues essentiellement à des élections mal préparées, mal organisées, détournant ainsi le choix des électeurs.

Pour sa part, le ministre Maharafa Traoré a félicité le choix du thème en indiquant que seule l’organisation d’élections régulières permettra en Afrique de construire de véritables Etats démocratiques. Pour le garde des sceaux, le rôle des avocats est éminemment important dans ce processus.  Il faut signaler que le barreau a profité de cette cérémonie pour décerner des distinctions à deux avocats. Il s’agit de Me Fatoumata Sylla et Mountaga Cheik Tall.

Yaya Samaké 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.