Rumeurs de rapprochement avec la majorité présidentielle : Modibo Sidibé et les Fare sont imperturbables et sereins

1

Les rumeurs courent, courent et se veulent persistantes. Mais la réalité semble être à des années lumières. Elle est implacable et a la sérénité, rassure-t-on, du côté des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare An Ka Wuli).  En effet, depuis quelques temps, l’opinion nationale est assaillie par des “informations” dites de «sources sûres» ou «fiables» (?) sur un rapprochement entre la majorité présidentielle (?) et le parti Fare An Ka Wuli dont le président n’est autre que l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé.

 Il en était ainsi récemment lorsqu’un confrère barrait sa Une du titre sur l’éventualité d’une entrée de l’homme dans le prochain gouvernement de Modibo Kéïta 3. Mais aussi curieux que cela puisse paraître, nulle part dans le texte, il n’apparaît que le journal eut essayé, ne serait-ce que pour la forme, d’avoir l’avis du principal concerné sur le sujet. Et pourtant, la pratique journalistique exige un minimum de professionnalisme et de rigueur. Ne serait-ce que par respect pour les lecteurs et ou les auditeurs, affirme un cadre du parti.

Afin d’en savoir davantage et d’éclairer l’opinion, nous avons fait le déplacement à la Permanence du parti frappé de l’image du «Grand Baobab» comme l’emblème, sis à Ouolofobougou-Bolibana. Là, au siège des Fare, on déplore que certains organes de presse aient malheureusement fait le libre choix de s’installer dans le colportage de rumeurs, plutôt que de rechercher et de mettre de l’information juste et vérifiée à la disposition du public. Que c’est bien dommage ! Car, l’exercice du journalisme est un métier si noble que sa pratique ne saurait s’accommoder du “copier-coller” ou se baser uniquement sur des sentiments personnels et ou sur des rumeurs. Ici, on rassure que les Fare, à l’instar de tous les partis politiques dignes du nom, regorgent sans nul doute d’autres cadres et responsables tout aussi disponibles capables de porter la parole du parti sur un sujet d’une telle importance relative, notamment, à l’orientation politique et à son positionnement sur l’échiquier national.

Du côté de Modibo Sidibé et des Fare, l’on se veut on ne peut plus clair. Car, selon le Secrétaire politique du parti, Sinalou Diawara, “l’orientation politique des Fare est une résolution du 1er Congrès tenu en mars 2014 et son choix de l’opposition est antérieur à la proclamation des résultats officiels de l’élection présidentielle de 2013″. Néanmoins, rappelle-t-il, «au sortir de ce même Congrès, la direction du parti Fare a rendu une visite de courtoisie à l’ensemble des partis politiques, tant de la majorité que de l’opposition, qui ont bien voulu répondre favorablement à sa sollicitation. Ce qui ne remet aucunement en cause son orientation et ses convictions politiques». Aussi, insiste-t-il, “il ne saurait en être autrement en ce moment précis où le Mali fait face à de graves problèmes de gouvernance”. Pour lui, “le sujet n’est pas à l’ordre du jour et le parti invite ses militants à la sérénité face à la propagation de ces rumeurs qui sont vraisemblablement distillées à dessein”.

Quant au Secrétaire général du parti, Mahamadou Keïta, il rappelle que «les Fare et leur président ont une vision claire et limpide pour le pays à travers le projet de société ‘’Mali Horizon 2030’’». Le parti travaille «à offrir une alternative crédible au peuple malien et ne saurait en même temps se laisser distraire par des rumeurs qu’absolument rien ne justifie». Il poursuit que «chaque fois que nécessaire, le parti Fare s’est, de tout temps, prononcé sur les sujets d’intérêt national, voire international, à travers des contributions et des déclarations opportunes. Il n’entend pas dévier de cette ligne de conduite pour le moment». C’est aussi cela le «kankélén tigui ya». Ainsi donc, pour les responsables du parti de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, «ce qui est dit, est dit et définitivement dit».

B. SIDIBE

PARTAGER

1 commentaire

  1. Ce qui est dit est dit et définitivement dit, comme vient de le confirmer la proclamation de liste des membres du gouvernement 3 du PM Modibo Keita. Ainsi donc, les rumeurs peuvent toujours continuer à courir, les partis responsables et les patriotes maliens resteront imperturbables, sereins et confiants en l’avenir du grand MALIBA.

Comments are closed.