Situation politico-institutionnelle : Une Coalition exige la tenue immédiate des concertations

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La tension n’est pas prête à retomber dans la crise politico-institutionnelle que connait notre pays. A la demande du Regroupement IBK-Mali 2012, des deux tendances de la COPAM, du Front Patriotique pour le Mali et de bien d’autres associations, un meeting a eu lieu hier au Monument de l’Indépendance pour demander le départ de Dioncounda Traoré. 

Au moment où les choses commencent à bouger sur la ligne de front séparant le Nord du Mali, occupé par des groupes djiadistes, et le Sud, sous contrôle gouvernemental, les agitateurs reviennent à la charge dans leur projet de remise en cause de la transition.

Regroupés au sein d’une Coalition pour les concertations nationales, ces regroupements (IBK-Mali 2012, les deux tendances de la COPAM, le Front Patriotique pour le Mali et d’autres associations) ont organisé hier un meeting pour exiger que des concertations nationales souveraines se tiennent sans délai, du 10 au 15 janvier 2013. Une situation qui rappelle les tristes évènements qui ont conduit à l’agression barbare et sauvage du Président de la République par intérim le 21 mai 2012.

Quelques mois après, et au moment où tous les regards sont tournés vers nos forces de défense et de sécurité, qui font l’objet de harcèlements sur la ligne de front, les mêmes personnes reviennent à la charge. Comme pour dire que la reconquête des régions Nord, sous le joug des islamistes, compte peu pour elles.

Va-t-on rester dans un climat de tension permanente dans la capitale, alors que le pays doit relever d’autres défis, plus importants? Car, dans la situation actuelle, une éventuelle remise en cause de la transition «par la mise en place d’autorités légales» telle que demandée par certains orateurs au cours de ce meeting, ne ferait que plonger le pays dans un chaos total et retarder la reconquête des régions du Nord. Dans tous les cas, les agitateurs semblent n’exclure aucun moyen pour arriver à leurs fins. La preuve, dans la foulée des mouvements, certains d’entre eux on fait sortir les scolaires pour grossir leurs rangs, après avoir sillonné la ville à bord de pick up pour semer la panique.

Certains jeunes scolaires, qui ignoraient totalement les raisons de ce débrayage forcé, s’en sont pris à des biens publics, brûlant des pneus sur les goudrons. Pour maintenir la pression sur les autorités de transition, la Coalition organise ce jeudi matin une marche. Cela, malgré le fait que la Présidence de la République ait levé l’équivoque sur la tenue des concertations, au moment opportun, dans un communiqué de presse rendu public depuis 48 heures.

La marche ira de la Place de la Liberté au Monument de l’Indépendance. Au regard du climat d’impunité qui règne, et de l’opacité qui a toujours marqué les actes et faits de ces agitateurs, on est en droit de se demander qui sont réellement les vrais instigateurs de ces troubles à l’ordre public porteurs de lourdes menaces. Les uns et les autres doivent se remettre en cause, en mettant l’intérêt supérieur du pays au dessus de leurs petits calculs politiciens et de leurs agendas personnels.

Yaya Samaké

SOURCE:  du   10 jan 2013.    

2 Réactions à Situation politico-institutionnelle : Une Coalition exige la tenue immédiate des concertations

  1. s coulibaly

    Preparez vous pour les elections après la transition,au lieu de voiloir à tout prix eterniser cette dernière e y prendre part.La transition n’est l’avenir ni du Mali ni des partis politiques.
    Mieux vaut le silence plutòt que des marches et desordres durant la transition que comme dit le nom n’est que transitoire.Au Mali on s’est trop habitué à partager toujours tout gateau.La transition est un gateau très très petit à moins qu’on ne l’eternise ainsi que la crise qui l’a créée.

  2. Americana

    tous ces imbeciles ne meritent q’une chose: le fusillade.