Situation politique au Mali : OĂą allons-nous ?

4
politique malienne
La classe politique malienne lors d'une réunion

L’anarchie est érigée de nos jours au Mali en système de mobilisation pour afficher des ambitions, humilier, méconnaître le mérite, dénigrer des adversaires ou supposés tels. Le fossé devient béant pour ceux qui ne cherchent qu’à amplifier la discorde, à attiser la haine au lieu de mettre l’accent sur l’amour, la solidarité, et le dialogue.

Le Mali en marche  a du ressort  pour gagner le  pari de son meilleur devenir malgré les crises actuelles qui l’éprouvent, accentuées par la conjoncture difficile et incertaine  sévissant dans le monde de nos jours.

C’est pourquoi, le pays a besoin d’un second souffle pour fixer sur orbite une politique active de communication-action et elle en a les moyens adéquats dont des ressources humaines de qualité.

L’avenir n’embarrasse que celui qui méconnait le passé et, en la matière, la pensée de Salvador Dali est pleine d’enseignements : « ne t’occupe pas d’être moderne, c’est l’unique chose que malheureusement, quoi que tu fasses, tu ne pourras éviter d’être ». C’est tellement  évident quand on évolue  dans un monde connecté.

Par le temps qui court, les maliens sont très préoccupés pour s’organiser.

Il règne un peu partout, surtout dans les grandes métropoles, un manque général de discipline, d’autodiscipline, d’engagement, de discernement : l’anarchie  est érigée en système de mobilisation pour afficher des ambitions, pour humilier, méconnaitre le mérite, dénigrer des adversaires ou supposés tels. Le fossé devient béant pour ceux qui  ne cherchent  qu’à amplifier la discorde, à attiser la haine au lieu de mettre l’accent sur l’amour, la solidarité, le dialogue, la volonté de se surpasser.

Le virus de l’opportunisme, de l’esprit mercantile, de l’intolérance, du chantage, du mépris, de l’orgueil a passé par là. Et pourtant, le pays reste, on ne sait pour combien de temps encore,  confronté à un défi majeur : comment exciter l’émulation créatrice, la fibre nationaliste, la rencontre de l’autre, pour accélérer le processus de sortie des crises actuelles et, partant, pour renouer avec l’économie de croissance.

Il n’est  pas du tout aisé  de circonscrire l’accoutumance à la passivité d’être « éternellement assisté », de s’adonner à de mauvaises habitudes et pratiques en ne comptant que sur  l’humanitaire, les dons, les aides extérieures dont la gestion actuelle n’est pas du tout des plus saines et des plus enviables au sein de certaines associations décriées de la place, fédératives seulement en apparence.

Par ailleurs, l’intelligentsia nationale, les cadres valeureux, doués d’un vif esprit de pondération (ils sont nombreux et variés), ne se remettent jamais en cause pour l’intérêt général et, souvent devant l’ampleur et l’acuité des difficultés circonstancielles, les plus rusés d’entre eux préfèrent mieux afficher un profil bas, des positions à géométrie variable, au gré de la direction favorable du vent pour eux et pour les leurs.

 

Non à l’intoxication !

Les contrastes se manifestent au quotidien dans les opinions, attitudes et comportements des élites à divers niveaux, au  grand dam du citoyen lambda et  ils  compromettent du coup les chances de retour rapide de la paix et de la cohésion sociale, dans un ultime sursaut national requis.

Au lieu de se  concentrer pour de bon sur l’essentiel des maux qui continuent de ronger impitoyablement  notre pays et dont tout un chacun sait l’impact sur l’obtention des résultats attendus, des compatriotes dispersent, au vu et au su de tous, leurs efforts et possibilités, leurs prouesses, ce qui les conduit  à ne rien faire d’utile dans le contexte qui prévaut, bien au contraire : « un ordre, un contre ordre, c’est le désordre ».

Au-delà de l’effet de mode, la médiatisation télévisuelle devient un gage de succès, de réconfort. Ainsi, le grand public  est gratifié, sur le petit écran, d’associations tentaculaires, sans aucune valorisation de l’expérience. Il paraît que le créneau est porteur.

Seulement, contrairement aux motivations des membres fondateurs, des observateurs avisés sont sceptiques quant à l’efficacité  des structures créées dans la mouvance de crises aiguës, aux capacités de leurs responsables à contribuer à l’amélioration de la situation actuelle.

Les tenants et aboutissements ne sont pas clarifiés et aux problèmes de fond ne sont réservées que des solutions de forme.

Des leaders d’opinion, des lobbyings, en ilotage, se nouent et se renouent, à droite, à gauche, pour proliférer,  un peu partout, des retrouvailles de circonstance, des déclarations houleuses et  sans lendemains heureux.

La mise en place d’alliances par affinités, les dangers permanents de désunion dus à l’émergence du communautarisme non culturel  (alors que l’union fait la force), l’irrespect de nos valeurs traditionnelles de dialogue consensuel, atteignent des proportions inquiétantes dans la visibilité et l’ancrage au sein des masses laborieuses, revêtant un flou quant au contenu des visées et à leurs objectifs réels dans la voie du salut public.

L’image de marque vivante du Mali, terre d’accueil et d’hospitalité légendaires, berceau de brillantes civilisations séculaires, celles du Mali qui gagne-risquerait d’en être fortement ébranlée.

Carrefour de brassages, de culture multiséculaire, d’illustres hommes et femmes d’action, de fieffés charmeurs en  paroles pénétrantes, de tribuns convaincants et convaincus, de conquérants  aguerris, le pays ne doit pas se laisser distraire, à son détriment, par des commentaires subjectifs, tendancieux, par l’intoxication .

 Chirfi Moulaye HAIDARA

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Chirifi Moulaye Haidara, ou etais-tu quand la corruption, la mediocrite, l’impunite, le vol, la gabegie s’installaient au Mali? Ou etais-tu quand Blaise Sangare devalisait l”INPS, quand Adama Sangare vendait des terres a 3 ou 4 payants? quand Modibo Sidibe engloutissait l’Operation riz? Quand IBK achetait son avion a 3 prix d’achat? Quand OIT devalisait l’argent du Fond Mondial de lutte contre le SIDA, La Malaria et la Tuberculose? Quand tous les mois IBK prend son avion pour aller se faire soigner en France? Quand Treta nous amenait les engrais frelates et surfactures? j’en passe!. Le Mali est tombe et il est reste par terre depuis que Moussa Joseph nous a donne le dernier coup de couteau a Kidal. Le Mali est tombe a cause de ses enfants qui ont oublie son histoire car le Mande a ete construit par le travailleur des Mandenka et c’est le vol que l’on glorifie au Mali aujourd’hui, tu peux continuer a vivre dans ta realite, mais c’est dure la verite et c’est pas facile de te regarder dans le mirroir Haidara.

  2. Il n’y a pas de miracle dans cette vie ici bas, nous avions prĂ©fĂ©rĂ©s la facilitĂ© Ă  la gestion rationnelle d’une situation dĂ©sastreuse Ă  la fin du dĂ©part de Moussa TRAORE en mars 1991, une fois tombĂ© nous avions reconduit le mĂŞme système de Moussa, mais cette fois-ci en exponentiel et en mettant en place un système plus abâtardi, un avatar de la pĂ©riode Moussa. Aucun combat n’a Ă©tĂ© menĂ© contre le système Moussa TRAORE, aucun système de veille n’a Ă©tĂ© mis en place pour arrĂŞter la dĂ©cadence du pays en punissant ceux qui l’ont foutu dans la merde. C’est dans cette impunitĂ© qu’est nĂ©e la dĂ©mocratie malienne, comment voulez-vous que cette dĂ©mocratie soit bonne? Elle est nĂ©e dans l’impunitĂ©, l’injustice, le vol, la tricherie, le nĂ©potisme, les actes de destruction du pays. Aujourd’hui ce nouveau système s’est gangrĂ©nĂ© et arrive Ă  son terme et personne, personne et personne ne pourra arrĂŞter le carnage, c’est le pouvoir lui-mĂŞme qui prĂ©cipitera les Ă©vènements. DĂ©jĂ  avec ce projet de rĂ©vision constitutionnelle, il ne faut plus espĂ©rer sur un Mali uni, car IBK a dĂ©jĂ  crĂ©e deux types de maliens, les maliens d’origines et les maliens non d’origines, ceux qui sont nĂ©es de père malien et de mère Ă©trangère et vice versa. Je ne pouvais pas m’imaginer qu’il existent des maliens qui pouvaient penser comme ça en 2017. Nous sommes dans l’œil du cyclone et je ne sais pas comment nous nous en sortirons sans casse.

    • belle analyse mr coulibaly yacouba,il est temps que nous tous se ressaisisse ,pouvoir, opposition ,et sociĂ©tĂ© civile,et mĂŞme notre armĂ©e,en tous cas nous sommes avertis.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here