Situation sécuritaire au Mali: « le Mali est victime de la richesse de son sous-sol », dixit Dora Cheick DIARRA, du SADI

4

Le Parti SADI a une fois de plus mis les pieds dans le plat s’agissant de la question sécuritaire du pays, le ton est donné par le 2eme secrétaire à l’organisation du parti , Dora Cheick DIARRA , Professeur de Philosophie au Secondaire.

Pour M. Dora, c’est à cause de ses richesses que la situation sécuritaire est toujours chaotique au Mali et cela grâce aux soutients des puissantes mains invisibles qui profitent de la déstabilisation du Mali, pour voler ses richesses. A l’en croire, la situation moribonde que notre pays traverse, tient sa source dans l’histoire de l’OCRS (Organisation Commune des Régions du Sahel), depuis bien avant l’indépendance.

En effet, l’OCRS est une organisation occidentale qui, sans équivoque, avait pour but la soustraction des régions du Nord aux autres parties du Mali compte tenue de la richesse que regorge le sous-sol de ces régions. Cependant, grâce à un engagement sans faille du régime de Modibo KEITA qui a soutenu à l’époque l’Algérie qui n’a pu tenir tête à la France lors de la guerre d’Algérie-France, en est une cause du système pyromane que joue la France au Mali.

Contrairement à ce que beaucoup pensent Mr Dora Cheick affirme qu’il n’y a jamais eu de rébellion au temps de Modibo Keita, mais plutôt des mécontentements de quelques personnes contre des militaires représentants l’autorité du pays au nord. Bien au contraire ce sont les successeurs du régime de Modibo Keita, qui ont failli inéluctablement à leurs missions. Il réitère que c’est  sous le régime du Président Alpha Oumar Konaré, avec la mal gouvernance et l’ingérence sans être équitable, qu’il y a eu un embrasement de la mésentente entre les tribus du nord, les dressant les uns contre les autres.

A cela s’ajoute les soupçons de collaboration entre le régime d’ATT et les narcotrafiquants ainsi que les preneurs d’otages qui auraient été confirmés quand un proche de l’ex Président Amadou Toumani TOURE fut retrouvé à Paris avec des billets d’argent qui auraient été versés aux preneurs d’otages par la France pour la libération de Pierre Kamaté.

Ainsi le 17 janvier 2012 une rébellion soutenue par de mains invisibles qui ne dit pas son nom s’éclata au nord du pays et qui l’affaiblira par la suite tout en le menant à un coup d’état. Un coup d’état qui sera suivi de la prise de toutes les régions du nord par le MNLA et ses alliés car des soit disant amis du Mali, au lieu d’aider le Mali, n’ont fait qu’empêcher la junte à aller faire face aux groupes armées du nord.

Les différentes négociations qui ont eu lieu depuis le début l’éclatement de la crise Malienne, sont restées vaines, souvent mitigées. La paix et la réconciliation oui, mais elles ont des préalables qui sont : la vérité et la justice, dira-t-il, tout en évoquant la lâcheté de l’autorité malienne face à la France. Une lâcheté prouvé quand le Mali a accepté de s’asseoir à la table de négociation avec les autres groupes armés excluant Iyad Argali sous pression Française.

Si le Mali doit s’asseoir sur la table de négociation avec quelqu’un aujourd’hui, c’est bien Iyad Argali ennemi de la France qui se dit amie du Mali, mais hélas tout le monde sait qui est l’ami et l’ennemi de qui ? La France dit toujours de ne pas négocier avec les terroristes, qu’est-ce qu’elle a fait pour libérer les nombreux français qui étaient détenus par les terroristes et les trafiquants de drogues ? La France a toujours négocié au vu et au su de tous avec les terroristes partout dans le monde. La France et le MNLA jouent au loup et au chien contre le Mali fulmine-t-il.

Pour conclure, il s’est penché sur le problème foncier qui est l’un des plus grandes difficultés au Mali. A l’en  croire, il faut le droit à la terre au Mali. Pour lui, la loi Maître Amidou Diabaté demeure caduque et doit être révolu. Selon des remarques après Modibo Keita, les paysans n’ont jamais été subventionné par aucun des régimes qui se sont succédés jusqu’à nos jour. C’est pourquoi, indique-t-il en ces termes : « j’affirme sans risque de me tromper qu’une quatrième république doit voir le jour au Mali pour pouvoir endiguer ces problèmes ».

 

Dognoumé DIARRA

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Je dirais plutôt que le Mali est victime de l’idiotie qui éduque l’ignoreance dans les rues de Bamako et…. peut-être Fana aussi 🙂

  2. Il y’a des pays dont le sous sol est plus riche que celui du MALI. Disons nous la vérité, le MALI est plutôt victime de son aventurisme politique.

  3. Espèce de démagogue ! Qu’est-ce qu’il y a au Mali et qu’on ne trouve pas ailleurs pour que les gens viennent se faire tuer pour ça ? Quelle ressources serait exploitable dans la situation d’aujourd’hui ? Les leaders des grands pays sont-ils aussi fous que ceux du SADI pour dégager les états qui les obéissent à l’œil afin de traiter avec ceux qui tuent leurs enfants ?

  4. Mr une chose est certaine, les puissances ont besoin de stabilité pour faire de l’exploration et procéder à une exploitation .Il est illusoire de croire que les puissances déstabilisent pour exploiter non. Un investisseur a besoin de stabilité

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here