Situation socio-politique du Mali : L’analyse éclairée du Pr Mohamedou Dicko

1

L’opposition politique a claqué la porte du cadre de concertation Ministre de l’Administration Territoriale et Présidents des Partis Politiques et conditionne la reprise du dialogue avec la Majorité présidentielle à l’administration de la preuve du complot contre le président de la République et de l’identification de ses auteurs par l’accusateur, en occurrence le secrétaire général du RPM ou, à défaut la présentation d’excuses publiques à l’opposition. Une décision qui donne à réfléchir. C’est pourquoi, nous avons sollicité l’analyse politique du professeur Mohamedou Dicko. Historien émérite à la retraite, premier secrétaire général de l’ADEMA-PASJ, Professeur Dicko est l’un des présidents d’honneur du parti de l’abeille solitaire. Le sage qui se veut politique, estime que l’opposition est dans son droit absolu de contester le gouvernement. Il explique les causes lointaines de cette situation, puis donne sa perception sur l’avenir politique du Mali.

Nous vous proposons son analyse de la situation socio-politique : « J’estime que l’opposition joue son rôle. Mon souhait est que ce rôle soit mieux élaboré et mieux conduit. C’est son droit le plus absolu de protester ce qu’elle croit être contraire aux principes démocratiques. Je pense que nous sommes dans une situation difficile. Je ne dis pas que parce que nous sommes dans une situation difficile, qu’il ne faut pas manifester et poser des actes contre le gouvernement. Mais il faut tenir compte de ces aspects pour faire des manifestations responsables et réfléchies. Aujourd’hui, le Mali est dans une situation extrêmement difficile et délicate. Je connais pratiquement tout le personnel politique. Je connais les principaux dirigeants. Je connais leur itinéraire, leur parcours politique. Dans l’opposition comme dans la majorité, il y a des gens qui sont à la hauteur. Mais aussi il y a fois un peu d’extrémisme. Je n’accuse personne. Ce n’est pas mon rôle en tant que vieux militant. Nous ne devons pas mettre l’huile sur le feu. Nous devons plutôt chercher à rallier les uns et les autres en  créant un certain contexte de compréhension. La situation que nous vivons n’est pas due à ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui. Je suis historien, je me dis que c’est la suite de ce processus déclenché depuis une trentaine d’année. Notre société est en crise. La crise de société conduit à des bouleversements souvent incompris et extraordinaires. Quand on essaie de  voir ce qui se passe au sein de la population et dans les grandes familles, on a l’impression que la situation échappe à tout le monde. Il y a des gens qui pensent que nous sommes en train de perdre nos traditions. Je dis que nous sommes en train d’aller vers une nouvelle société. Aller vers cette nouvelle société veut dire que nous devons nous  donner les moyens de pouvoir être à la hauteur de ce qui pourrait se passer dans une nouvelle aventure. Le Mali d’aujourd’hui n’a rien à avoir avec le Mali de 1991. Il faudrait qu’on se dise la vérité sur ce point. Nous devons tous réfléchir pour retrouver les voies et moyens pour aller de l’avant. Si nous ne faisons pas ça, je pense que ça va être difficile pour notre pays. La rébellion n’est qu’un aspect de cette crise à mon avis. Il faut que les gens comprennent que cette crise de société est en train de s’approfondir, bien qu’on ait réussi à ce que tout le monde prenne la parole. Il y a désordre dans le débat politique. Il y a un désordre dans la société. Même dans la circulation, il y a le désordre. On a l’impression que les Maliens sont devenus fous. Ce sont ces bouleversements qui créent des mentalités et des comportements. Il faut se dire que la grande majorité est très jeune. Cette génération n’a pas la mémoire requise pour saisir l’histoire. Ce qui fait que les uns et les autres ne sont pas suffisamment informés sur les réalités du pays. C’est la situation qui fait ça. Je n’adosse la faute à personne. Il n’y a pas un travail qui se fait pour rassembler les gens. Les événements de 1991 ont acculé le processus de changements. D’où des éléments négatifs de la crise rentrent par la petite porte. Dans la démocratie, il y a aussi des positions contradictoires. Je ne suis pas de cet esprit de parti unique. Il faut que l’opposition ait la possibilité de dire ce qu’elle pense et ce qu’elle veut au même titre que la majorité, dans les règles de l’art. Chacun a le droit d’avoir une position. Mais cette adversité ne doit être considérée comme une position ennemie. Nous devons tous travailler pour que l’opposition et la majorité puissent se mettre d’accord sur les grands problèmes. On n’a besoin de cela. Le Mali  est en pleine crise. Notre Etat risque de s’effondrer. Si chacun joue sa partition, nous allons y échapper. Il faut faire très attention. Pour ce faire, il faut que les uns et les autres acceptent de se parler. Ce n’est pas la peine de se fâcher chaque fois, de se retirer,  et revenir. Cela n’a rien à avoir avec nos traditions. Nous sommes un vieux pays de grande sagesse. Cette terre, que nous avons bâtie depuis le 22 septembre 1960, la république du Mali fut toujours le cœur des  grandes prises de décisions de tous les vastes Etats et empires de l’Afrique de l’Ouest. Le Mali est le berceau de la civilisation de la sous-région Ouest africaine. Il arrive d’être nerveux les uns les autres, mais il ne faut pas que la fierté nous aveugle. Ce n’est pas facile compte tenu du contexte actuel. Il faut se comprendre et accepter des rencontres vraies, pas folkloriques. Il faut qu’on soit conscient que nous avons besoin de nous parler pour sauver le Mali, notre chose commune. Cela ne prive pas aux gens le droit de s’exprimer librement. Opposition et majorité sont des notions que nous reçues de l’extérieur. Inventons nous-mêmes quelque chose conforme à nos réalités et nos cultures et surtout quant au fonctionnement de la majorité et de l’opposition, bref de notre démocratie. Nous devons avoir les possibilités d’un système politique conforme à notre civilisation. Cela est possible. Le Mali est un grenier de talents qui sont dispersés et qui se font généralement la guerre inutilement. Nous avons l’obligation de créer une ambiance de confrontation positive pour aller de l’avant. Les défis sont grands. Je pense que nous devons être optimistes si nous voulons réussir. Ce n’est possible que les Maliens ne puissent pas trouver la voie juste pour sortir de cette crise pour reconstruire notre pays. L’Etat du Mali doit être reconstruit sur des bases objectives, acceptables. On n’a pas le choix. Baisser les bras, signifierait que nous avons cessé d’être des agents de développement, d’unification, d’organisation de notre pays. On est un pays divers, même si certains ne veulent pas l’entendre. Il revient aux hommes politiques et aux associations de pouvoir gérer avec intelligence cette réalité. Je fais référence à Modibo Keïta, premier président du Mali qui disait : un Peuple – un But – Une Foi. Il voulait nous appeler à nous unir, à renforcer notre intégration et  à aller vers des objectifs communs qui sont nécessaires pour le développement. »

Rassemblés par Jean Goïta

PARTAGER

1 commentaire

  1. “…Je n’accuse personne. Ce n’est pas mon rôle en tant que vieux militant. Nous ne devons pas mettre l’huile sur le feu. Nous devons plutôt chercher à rallier les uns et les autres en créant un certain contexte de compréhension…”
    “…Je n’adosse la faute à personne…..”
    Ah Ah ! 😆 😆 😆 Mr Ant-Moussalahah est devenu un vrai adepte du moussalaha! Quel changement?

Comments are closed.