Solidarité au Mali : Le parti Yéléma énonce ses propositions à Koulikoro

0
0





Le vendredi 27 janvier 2012, au Foyer des jeunes de Koulikoro, le président du parti Yéléma et candidat à l’élection présidentielle du 29 avril prochain, Moussa Mara, a échangé avec  les hommes de media sur  ses idées sur la solidarité. A en croire le conférencier, soutenir les plus faibles constitue également une fonction majeure d’un Etat et d’une République responsables.

La cérémonie était placée sur le thème: «La solidarité à promouvoir vers une société harmonieuse». Selon Moussa Mara : «La solidarité est indispensable dans une société comme la nôtre, qui en a fait une de ses valeurs fondamentales et centrales. Elle est mue par notre culture, soutenue par nos traditions et religions, institutionnalisée par chaque groupe socio professionnelle ou ethnique de la société malienne. Nous allons lui donner une forme moderne, mieux organisée, plus efficace en soutenant ceux qui le méritent vraiment et qui en ont le plus besoin. Si nos concitoyens nous accordent leur confiance, la solidarité sera érigée en système de gouvernance».

Avant de répondre aux questions des hommes de média, le président du parti Yéléma a dirigé sa communication vers trois points: la solidarité multidimensionnelle, les services de base accessible comme gage de solidarité et un dispositif institutionnel adapté.

Parlant de la solidarité multidimensionnelle, il fera savoir qu’il mettra la prépondérance sur l’accès à l’éducation des jeunes filles, à l’alphabétisation, à la formation afin d’obtenir un taux de fréquentation scolaire des filles au moins égal à celui des garçons et cela jusqu’à la fin du secondaire et de réaliser un taux d’alphabétisation d’au moins à 70% au sein des femmes. Il promet également d’accroitre l’accès au crédit à travers une plus grande formalisation des tontines, inciter les collectivités territoriales à soutenir les veuves, orphelins et les handicapés à travers les associations. Le deuxième axe concerne des services de base accessible comme gage de solidarité. « Rationaliser la couverture sanitaire et étendre progressivement aux zones défavorisées cette couverture en commençant par un objectif  de 100% des Maliens dans un rayon de 5 km autour d’une formation sanitaire», a martelé Moussa Mara.

Il à promis de poursuivre les efforts de création des centres de santé avec une accélération des activités de la phase 3 du PRODESS, favoriser la disponibilité d’un médecin dans chaque CSCOM, soutenir la formation de spécialistes et engager les mesures destinées à renforcer les plateaux techniques des centres de référence (niveau local) qui devront d’au moins 5 spécialistes (odontostomatologie,  ORL, gastro-entérologie, cardiologie, gynécologie) et enfin soutenir la mise en place d’un dispositif interne de financement de la lutte contre le VIH/Sida avec une dotation annuelle d’environ 5 milliards de FCFA, gérée par les structures pérennes de l’état conseillé par des agences spécialisées, le fond est à financer par la fiscalité sur la tabac. 

S’agissant du troisième axe et qui concerne le dispositif institutionnel adapté, Moussa Mara promet la suppression du département en charge de la promotion des femmes et celui de la jeunesse au profit d’un grand ministère de la solidarité et de la promotion des couches vulnérables.

Destin GNIMADI

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.