Sortie de crise : La loi d’entente annoncée par IBK déjà rejetée

8

Le gouvernement va proposer une loi « d’entente nationale » exemptant de poursuites « tous ceux impliqués dans une rébellion armée »,  mais à condition qu’ils n’aient « pas de sang sur les mains ». L’annonce a été faite par le président de la République, Ibrahima Boubacar Kéita lors de son adresse à la Nation à l’occasion du nouvel an. Toutefois, le projet ne passe pas auprès de nombreux Maliens notamment les leaders de l’opposition  et des universitaires qui dénoncent « un aveu d’impuissance » d’IBK.

Le président de la République a dit s’inspirer de la « charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale » qui lui a été remise le 20 juin, deux ans jour pour jour après la signature de l’accord de paix au Mali par l’ex-rébellion. Selon lui, pour « conforter la réconciliation nationale », cette charte « propose des mesures spéciales de cessation de poursuite ou d’amnistie en faveur de certains acteurs de la rébellion armée de 2012 ».

Ainsi, IBK a indiqué que le projet de loi d’entente nationale qui sera présenté « dans les semaines à venir » prévoira donc « l’exonération de poursuites de tous ceux impliqués dans une rébellion armée ». IBK précise toutefois qu’il s’agit de ceux qui n’ont pas de « sang sur les mains ».

Selon le chef de l’État, le projet de loi comportera également « des mesures d’apaisement après l’accélération des procédures en cours et les réparations accordées aux victimes reconnues ». Aussi un « programme de réinsertion pour tous ceux qui déposeront les armes et s’engageront publiquement à renoncer à la violence » est prévu.

Toutefois, le président de la République s’est voulu clair : la loi d’entente nationale « ne constitue ni une prime à l’impunité, ni un aveu de faiblesse ou un déni du droit des victimes ».

Pour l’opposition, le président de la République ne fait qu’improviser puisque la charte à laquelle il fait allusion a été rejetée par les groupes armés aussitôt après son élaboration. Selon le secrétaire à la Communication du bureau politique national de l’URD, parti de l’opposition, Me Demba Traoré, la déclaration du président de la République est comme un aveu d’impuissance dans la gestion de la crise multidimensionnelle que traverse le pays.

Le sociologue Bréma Ely Dicko, s’interroge sur la pertinence de cette loi d’entente annoncée. L’universitaire prévient qu’au lieu de favoriser la réconciliation, elle pourrait installer l’esprit de vengeance au sein des populations. Selon lui, on n’a pas besoin de prendre une loi pour des individus qui sont déjà innocents. Il appelle l’État à laisser la justice faire son travail.

Avec Studio Tamani

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. J’ai toujours dit que toutes les mouvements séparatisme du Mali ses des alliés et complices de terroristes au nord du Mali

  2. TOUS les rebelles ils ont des sangs maliens sur leurs mains MNLA la CMA et HCUA ils sons tous des terroristes et des criminels.

  3. Ce projet de loi d’entente nationale n’a aucun sens dans la mesure où, il est difficile voir impossible pour IBK de faire la différence entre ceux qui ont du sang sur les mains et ceux qui n’ont pas de sang sur les mains, donc « l’exonération de poursuites de tous ceux impliqués dans une rébellion armée » est une fuite en avant et ne nous amène à rien. Ce projet de loi, si elle est votée permettra aux rebelles de poursuivre leur sale besogne, c’est à dire enlever des vies humaines.

  4. FB stp n’insultes pas tout un peuple a cause de ton IBK le Mande Zonkeba, de grace respectes les gens dignes qui ne sont pas IBK un apatride et indigne, ce gros incompetant d’IBK, jamais je n’ai vu un politician aussi impotent qu’IBK aucune realization depuis 5 ans.

  5. Un refus venant de l’opposition malienne cela n’est guère étonnant. Cette opposition se comporte comme un robot. Dire non à toute action venant du régime sans pour autant faire des propositions concrètes. Tous les conflits du monde ont été résolus de façon définitive pacifiquement. Cela sous-entend un pardon qui n’est pas un aveu d’impuissance mais une grandeur.

    Le chef de la rébellion ivoirienne Soro Guillaume a été nommé premier ministre du gouvernement de Ggagbo au nom de la paix et aujourd’hui ce pays est en paix et amorcer son émergence. Juste un exemple pour dire qu’il faut qu’on se parle si on veut aller à la paix de façon définitive.

    Que cette opposition nous dise comment faire la paix avec une personne sans lui parler et sans pardon mutuel. Dieu lui-même ne pardonne-t-il pas à ces enfants pêcheurs. Est-ce à dire qu’il est impuissant? Non pas du tout. Pardonner c’est un acte de grandeur et de bon sens.

  6. l’invention de soumeylou pour embraser le mali , faire assassiner ibk (tant mieux) et s’emparer crapuleseument du pouvoir……
    tous les rebelles du MNLA et maintenant de kouffa ont du sang sur les mains, mais non inquietes , ils siegent meme au rpm comme deputes… c’est vrai que le RPM ne vaut rien et aussi vrai que l’assemblee nationale ne sert pas le peuple….

    cette loi dite fallacieusement d’entente nationale sera la goutte a faire deborder le vase….. ANTE A BANNA…..

    FOUGARDEN…….. IBK DOLOMINA DEN …..

    • Au Mali on veut la paix mais il ne faIt pas de compromis pour y arriver. Dans l’histoire du monde toutes les guerres ont été résolues avec un pardon sincère des belligérants. Mais au Mali on ne sait même ce que les gens veulent. Ils ne proposent rien mais s’opposent systématiquement à tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here