Soumaila Cissé à la rencontre de ses militants de Côte d’Ivoire : « Je ne serai pas un président qui accepte la division du Mali »

0
1





Soumaïla Cissé, candidat à la présidentielle au Mali, était à Abidjan, en fin de semaine dernière, à la rencontre des militants de l’Urd, le parti qu’il représentera lors de la présidentielle du 29 avril prochain. Il a présenté à ses compatriotes, quelques points importants de son programme de société, en faveur de la diaspora malienne.

En Côte d’Ivoire, vivent environ 3.000.000 de Maliens dont 400.000 inscrits sur les listes électorales. Cette importante diaspora jouera certainement un important rôle lors de l’élection présidentielle malienne d’avril prochain. “Si je suis ici, c’est pour vous confier ma candidature. Vous devez savoir que celui que vous soutiendrez sera élu. Donc l’avenir du Mali est entre vos mains“, a déclaré Soumaïla Cissé, en Bambara (langue populaire du Mali) devant plus de 5.000 compatriotes venus l’écouter au Palais de Culture d’Abidjan.

Economiste et mathématicien de formation, Soumaïla Cissé, 61 ans était jusqu’en mars dernier le président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). En 2002, lâché par son parti de l’époque, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), il avait dû s’incliner face à l’actuel président Amadou Toumani Touré au second tour. Cette fois, il portera les couleurs de l’Union pour la République et la Démocratie (Urd), une formation qu’il a créée en 2003 et qui est présenté comme le seconde deuxième force politique du Mali, après l’Adema.

Soumaïla Cissé a égrené les problèmes qui selon lui, minent la société malienne et dévoilé son plan pour la diaspora malienne. “Je sais ce que représente les Maliens de l’extérieur. Je sais que rien de ce qui se passe au Mali ne vous est étranger. Un Malien qui vit en Côte d’Ivoire et qui y a travaillé doit pouvoir prendre sa retraite au Mali. Que nos enfants qui finissent leurs études en Côte d’Ivoire puissent rentrer et avoir du travail au Mali“, a-t-il espéré.

“Je ne serai pas un président qui accepte la division du Mali“

En l’absence du président Amadou Toumani Touré, qui ne briguera pas un autre mandat, la présidentielle malienne du 29 avril enregistrera de nombreuses candidatures. Une vingtaine d’adversaires seront en lice mais Soumaïla Cissé, compte parmi les favoris et se dit convaincu que cette nouvelle tentative sera la bonne. “Si tu passes 10 ans à des postes de responsabilités, alors tu peux avoir des solutions pour ton pays“, a-t-il affirmé, toujours en Bambara, sous les ovations de ses partisans.

La question de la résurgence des rebellions séparatistes touaregs qui ont multiplié ces semaines des attaques contre les villes maliennes du nord a été abordée par le candidat. Soumaîla Cissé est un tenant de la fermeté. “Ce n’est pas une question communautaire. Nous avons des indépendantistes qui essaient de troubler l’ordre public et il faut les combattre (…). Je ne serai pas un président qui accepte la division du Mali. Nous devons lutter pour l’unicité de ce pays. Et nous devons lutter avec fermeté“, a confié l’ex-ministre de l’Economie.

Le premier tour de la présidentielle malienne est prévu le 29 avril prochain.

Frat Mat

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.