Soumaïla cissé à Mopti : La Venise dit OUI à Soumi

1

Soumi  5XX« Soumaïla Cissé, président du Mali ! ». Plus qu’un simple vœu de militants, ce slogan pourrait bien se transformer en essai gagnant sous la forme d’une expression massive de la majorité des Maliens au soir du scrutin présidentiel du 28 juillet 2013.

Le ton en a été donné hier dimanche 7 juillet au stade Baréïma Bocoum de Mopti à l’occasion du lancement de la campagne électorale du candidat de l’Urd. En effet, malgré la pluie (qui a écourté la cérémonie), de mémoire des Mopticiens, jamais l’antre de Taïkiri n’a accueilli, au cours d’une manifestation politique, autant de militants que lors de cette ouverture de campagne de Soumaïla Cissé.

Cette déferlante, qui constitue le baromètre de base de tout candidat à une élection populaire, est le signe précurseur d’un concentré d’atouts qui pourraient infailliblement mener le candidat de l’Urd à la victoire finale.

Si demain, Soumaïla Cissé est élu président de la République du Mali, alors, il pourrait et devrait dire MERCI à Mopti. Avec les retombées de droit.

« Diamma bèlôwo, guila foutouro andètè ». Cet adage peulh, qui signifie « La nuit qui s’annonce belle se reconnait dès le crépuscule », a été longuement entonné en chœur dans un coin du stade Baréïma Bocoum par un groupe de femmes peules. L’explication qu’elles nous donnent, c’est que la fièvre qui a gagné la Venise malienne depuis le début du week-end et la grande mobilisation dans le stade annoncent, pour Soumaïla Cissé, une consécration imparable.

En effet, la fièvre est montée dans la capitale de la 5è région depuis le vendredi 4 juillet à l’annonce de l’arrivée de Soumaïla Cissé ce jour-là pour le lancement de sa campagne électorale. Effectivement, le candidat de l’Urd est rentré dans la ville de Mopti vendredi soir à 21h en provenance de Tombouctou (jeudi 4 juillet) et suivant un trajet qui lui a permis de prendre quelques bains de foule et d’échanger avec ses militants : Tombouctou-Goundam-Diré-Tonka-Niafunké (nuit à Niafunké)-Attara-Youwarou et Wallado.

A Mopti, Soumaïla a pris son Quartier Général à l’hôtel Kanaga, dans une suite présidentielle. Dès le lendemain, cet établissement se transforme en un lieu saint, avec un balai de hautes personnalités, de cadres du parti et de militants. Chants, danse, kermesse, au tam-tam, au tambour et à la flûte étaient devenu le quotidien devant la résidence de l’hôte particulier

Dimanche, dès le début d’après-midi, les Mopticiens et les militants venus de toutes les contrées de la Venise ont pris d’assaut les gradins du Stade de Taïkiri.

Du Quartier administratif à Médine, en passant par Wayinkorè, Mossinkorè, Toguel, Komoguel, Bougoufié, Gangal, Bargon Daga, les gens affluaient de partout de la ville où les rues, les principales artères, les lieux de spectacle et de loisir étaient inondés du portrait du candidat. Bref, Mopti était préparée et fin prête pour la grand-messe.
Nous reviendrons dans notre prochaine parution sur le message du candidat qui anime des meetings, aujourd’hui et demain, respectivement à San et à Koutiala.
.
Sékou Tamboura
Envoyé spécial

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.