Soumeylou Boubeye Maiga à ses détracteurs : « Aux moments décisifs, Alpha, ATT et moi seront ensemble »

0
1

A la faveur du Forum des leaders organisé par ses amis samedi dernier au Centre international de conférence de Bamako, Soumeylou Boubèye Maïga a décidé de mettre fin aux supputations sur sa candidature à l’élection présidentielle d’avril prochain. Il a tenu à rappeler les liens historiques et profonds qu’il a toujours eus avec les présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. « Les moments décisifs, nous serons ensemble », a-t-il annoncé.

 

Soumeylou Boubèye Maïga ne sera pas candidat à l’élection présidentielle du 29 avril. C’est le principal enseignement à tirer du Forum des leaders organisé samedi dernier au Centre international de conférence de Bamako par l’Association de ses amis (ASMA). « Au Mali on dit qu’il y a le trafic humain, de drogue, d’armes. Mais, le trafic le plus pernicieux  est le trafic d’influence. C’est que font certains hommes politiques maliens en disant souvent qu’ils respirent avec les narines  d’ATT ».

« Personne au Mali n’est plus proche d’ATT que moi. Ce n’est pas par hasard que l’on devient conseiller spécial d’un chef d’Etat. Je les ai connus (Alpha et ATT) respectivement  depuis 40 et 30 ans… La preuve les moments décisifs, nous serons ensemble. S’il y a quelque chose que je retiens d’eux c’est l’amour de la patrie. Les deux ont travaillé pour qu’il y ait le consensus et ATT a mis en œuvre ce consensus républicain. Je remercie Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré pour la position qu’ils ont donnée pour servir le pays. Nous devons persévérer et poursuivre dans la même voie. Moi, je ne suis pas un héritier, mais leur cadet. Je suis étonné de voir certains crier je suis héritier d’ATT ! Comment on peut réclamer l’héritage d’un homme vivant ? Chez nous, généralement les héritiers biologiques ne sont pas les meilleurs garants des biens. Ce n’est pas un héritage, mais une œuvre continuelle voulue par le peuple  malien », a lâché l’ancien directeur général de la Sécurité d’Etat visiblement remonté contre certaines personnes et certaines rumeurs.

Il ajoutera que « Moi-même, on m’a affecté partout jusqu’à aller dire même que je suis candidat. Je suis un des principaux membres fondateurs de l’Adema/PASJ, même le nom du parti, c’est moi qui l’ai trouvé. Il faut que le futur président du Mali soit issu d’un parti politique ».

Il a ensuite invité les jeunes à œuvrer pour la citoyenneté et de ne pas se laisser instrumentalisés par les acteurs de la scène politique mais de se transformer en acteurs politiques. Dans son intervention, il a traité de l’école malienne comme une cause nationale  et a souligné qu’il faut un Pacte national pour l’école comme la paix. Quant au problème de la sécurité dans les régions du Nord qui perdure depuis 50 ans, il dira que la création des nouvelles régions favorisera la présence de l’Etat dans toutes ces zones.

La cérémonie a été marquée par des témoignages et la diffusion d’un film documentaire retraçant le parcours de l’homme et ses actions humanitaire.

Aliou Badara Diarra

Source: ankamali.net

Lundi, 16 Janvier 2012

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.