Soutien a l’effort de guerre : La jeunesse ADEMA lance l’opération «Don de sang»

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Pour répondre à l’appel du Président de la République par intérim et Chef suprême des Armées, appel qui consiste à soutenir l’effort de guerre, la jeunesse ADEMA, conduite par son président Lazare Tembély, a initié une journée de don de sang volontaire au siège du parti pour soutenir l’armée malienne actuellement au front.

Donnez un peu de son sang, c’est non seulement faire preuve de patriotisme et de don de soi, mais c’est aussi galvaniser davantage nos militaires au front. C’est ainsi que peut être résumée cette action des jeunes de l’ADEMA. Aussi, la jeunesse du parti de l’Abeille est sortie massivement pour soutenir cette opération de don de sang au bénéfice de nos vaillants soldats. Selon le président  de la jeunesse ADEMA, cette campagne de don de sang se fera également dans les autres régions du pays lorsque le besoin s’en fera sentir. Lazare Tembély a donc exhorté les jeunes du parti à se mobiliser pour relever ce défi si cher au Président Dioncounda Traoré. Cette exhortation sera donc obéie à la lettre, surtout que l’ADEMA est le parti du Chef de l’Etat.

Tembély en appelle aussi à la mobilisation générale, souhaite aussi que tous les Maliens aient une pensée pour les réfugiés et déplacés de guerre et exhorte chaque militant du parti non seulement à faire  un don de sang, mais aussi à consentir un don de matériels de toutes natures pour venir en aide aux déplacés et réfugiés du Nord qui fuient actuellement les zones de guerre pour des horizons plus cléments.

Ce précieux liquide qui sauve des vies (le sang) manque toujours dans les hôpitaux. Face à cette pénurie responsable des nombreux décès enregistrés dans les services sanitaires, l’initiative des jeunes de l’ADEMA est donc la bienvenue car c’est une manière de restaurer les écosystèmes en danger en vue de redonner espoir aux Maliens, en particulier aux soldats blessés au front qui sont acheminés dans les centres de santé du pays.

Paul N’Guessan

 
SOURCE:  du   18 jan 2013.