Statut de l’opposition : Saupoudrage et flou artistique ?

103

 l’honorable SoumaĂŻla CissĂ©, prĂ©sident de l’Union pour la RĂ©publique et la dĂ©mocratie (Urd)AprĂšs la signature du dĂ©cret nommant le chef de file de l’opposition, ce dernier attend toujours les fonds pour la mise en place de son cabinet. D’ailleurs, Ă  ce stade, rien n’est clair quand au processus de mise en place dudit cabinet. Car non seulement, personne ne connaĂźt le nombre exact, les avantages des membres du cabinet, mais aussi le projet de dĂ©cret fixant tout ceci n’a pas encore Ă©tĂ© adoptĂ© par le gouvernement. Lors d’une rĂ©union prĂ©paratoire le 9 juin dernier, le nombre de membres du cabinet du chef de file de l’opposition Ă©tait fixĂ© Ă  six. Mais, Ă  dĂ©faut du dĂ©cret, rien ne prouve que ce nombre soient maintenu, revu en baisse ou en hausse. En attendant, le flou rĂšgne autour du statut de l’opposition et le chef de file de l’opposition, sans fonds ni rien,  n’existe que de nom. Dans les textes, le chef de file de l’opposition, SoumaĂŻla CissĂ© a tous les honneurs, mais rien de concret. Le gouvernement est donc interpellĂ© pour la bonne marche de la dĂ©mocratie. Selon le confĂ©rencier : « Il est devenu plus que nĂ©cessaire de traduire en acte la ferme volontĂ© du peuple malien de renforcer les acquis dĂ©mocratiques par,  entre autres, l’amĂ©lioration  du systĂšme Ă©lectoral, l’octroi Ă  l’opposition de moyens politiques, juridiques et financiers lui permettant d’exercer son rĂŽle et de garantir ses droits. De nombreuses Ă©tudes et rĂ©flexions ont Ă©tĂ© menĂ©es en vue de la consolidation de notre dĂ©mocratie. La derniĂšre Ă©tude est celle instruite par le prĂ©sident de la RĂ©publique suivant la lettre de  mission N°00000030/PRM du 20 fĂ©vrier 2008 dont les conclusions pertinentes ont rĂ©vĂ©lĂ© la nĂ©cessitĂ© de doter l’opposition d’un vĂ©ritable statut ». Il a mis l’accent sur les droits et devoirs de l’Opposition. Selon lui, l’une des missions essentielles de l’opposition politique est de suivre l’action gouvernementale, de la critiquer de façon objective et constructive dans le sens du renforcement de l’idĂ©al dĂ©mocratique et du progrĂšs. Il a fait savoir que les crĂ©dits nĂ©cessaires Ă  la prise en charge du chef de file de l’opposition  politique et de son cabinet sont inscrits au budget d’Etat. « … A cet effet, Ă  l’invitation du ministre de l’administration territoriale et de la dĂ©centralisation, les partis politiques ont participĂ© le mardi 09 Juin 2015 Ă  15heures Ă  une rĂ©union qui a examinĂ© le projet de dĂ©cret fixant la composition du cabinet du chef de file de l’opposition politique, les avantages du chef de file de l’opposition politique et les avantages des membres de son cabinet. Ledit projet n’a pas encore Ă©tĂ© adoptĂ© par le gouvernement », a dĂ©clarĂ© le challenger d’Ibk aux Ă©lections prĂ©sidentielles passĂ©es. De son avis, l’appartenance de l’URD Ă  l’opposition ne souffre d’aucune ambiguĂŻtĂ© et sa nomination comme chef de file de l’opposition n’est pas une faveur ou un bonus quelconque accordĂ© encore moins un moyen subtil de le ramener dans les rangs et de le faire taire. «  Non, comme je viens de l’indiquer, c’est l’aboutissement d’un processus qui prend naissance dans la constitution du 25 fĂ©vrier 1992 et dans certains accords internationaux. Aujourd’hui, c’est Soumaila CissĂ©, demain ce serait un autre. J’insiste sur ce point, car dĂšs ma nomination, on a focalisĂ© les esprits sur les avantages non encore dĂ©terminĂ©s du Chef de file de l’opposition tout en occultant son rĂŽle dans le jeu dĂ©mocratique », a martelĂ© l’honorable SoumaĂŻla CissĂ©.

« Pour ce régime, le Peuple ne constitue plus une priorité »

Ensuite, le confĂ©rencier a dĂ©noncĂ© les dĂ©rives et les abus qui continuent de caractĂ©riser le rĂ©gime en place. Aux dires de l’honorable SoumaĂŻla CissĂ©, les scandales sont devenus la rĂšgle. Pour ce rĂ©gime, le Peuple ne constitue plus une prioritĂ©, a-t-il dit. Et de poursuivre que seule une saine distribution de la justice permet de sanctionner les errements inadmissibles. « L’accord issu du processus d’Alger, auquel nous n’avons pas Ă©tĂ© associĂ©s malgrĂ© notre insistance, Ă©tait censĂ© ramener la paix et la quiĂ©tude dans notre pays. HĂ©las ! Depuis la signature dudit document l’insĂ©curitĂ© se gĂ©nĂ©ralise. MalgrĂ© l’arrogance des rĂ©ponses rĂ©servĂ©es Ă  nos nombreuses critiques, motion de censure et autres interpellations, les maux demeurent nombreux, les dĂ©rives insupportables Ă  tel point que le PrĂ©sident de la RĂ©publique, aprĂšs les avoir reconnus rĂ©cemment Ă  l’occasion de la fĂȘte de l’AĂŻd El Fitr, a promis de sĂ©vir et d’ĂȘtre impitoyable. Notre opposition a le devoir d’offrir au peuple malien une alternative crĂ©dible », a-t-il dit. En rĂ©ponse aux questions des journalistes, SoumaĂŻla CissĂ© a fait savoir que l’accord de Ouagadougou nĂ©gociĂ© par TiĂ©bilĂ© DramĂ© stipulait la nĂ©gociation entre le gouvernement et les groupes armĂ©s 60 jours aprĂšs sa signature. Mais 2 ans ont Ă©tĂ© perdus pour rien, dĂ©plore le confĂ©rencier. A l’en croire, lors de la dĂ©molition des concessions Ă  Souleymanebougou, l’Urd a Ă©tĂ© sur le terrain pour calmer les ardeurs. «Aucune sanction n’a Ă©tĂ© infligĂ©e aux auteurs des scandales de l’avion prĂ©sidentiel, de la fourniture des matĂ©riels militaires, du passeport et d’engrais frelaté .Le temps du partage du gĂąteau est rĂ©volu », a conclu le confĂ©rencier.

Aguibou Sogodogo

 

 

 

PARTAGER

103 COMMENTAIRES

  1. L’erreur est humaine et tout le monde fait des erreurs. Si IBK a fait l’erreur de faire confiance Ă  certains, je crois que maintenant il ne fera plus la mĂȘme chose.

    • Une erreur est humaine, 2 errurs sont de l’idiotie et trois erreurs sont de l’animal, IBK a fait plus de trois errerurs depuis deux ans qu’il preside aux destinees de notre pays.

  2. On a trouvĂ© une solution au problĂšme de l’affaire des passeports et je crois qu’on sanctionnera les responsables des engrais frelatĂ©s. Il faut juste savoir ĂȘtre patient.

  3. SoumaĂŻla peut dire ce qu’il veut cela nous est Ă©gal. Les deux du rĂ©gime d’IBK sont ce qui est arrivĂ© de mieux au Mali. GrĂące Ă  lui notre pays a signĂ© pour la paix. Les maliens n’ont plus la peur de se dĂ©placer.

  4. J’aime cette opposition intelligente, democrate et active. Merci Soumi pour la verite au nom du peuple malien tout entier.

    • soumy dit quelle vĂ©ritĂ©. Prrrrr….. rien que de rĂ©clamer de l’argent ç l’Etat sinon rien

  5. Une confĂ©rence qui n’Ă©tait pas la peine, elle n’a fait que soulever des anciens histoires ou des problĂšmes dĂ©jĂ  rĂ©solus. SoumaĂŻla il faut jouer ton rĂŽle mais d’une façon positive.

  6. Cette confĂ©rence n’a Ă©tĂ© qu’une marche en arriĂšre, tous les problĂšmes soulignĂ©s par le confĂ©rencier Ă©taient des sujets dĂ©jĂ  dĂ©battus et Ă©claircis. SoumaĂŻla n’a qu’Ă  revendiquer autres choses plus intĂ©ressantes que ces histoires.

  7. Au moment ou Mariko,TiĂšbilĂ© et les Bafotigui dĂ©nonçaient les affaires d’engrais frelatĂ© et la pĂ©nurie de passeport ou Ă©tait SOUMAÏLA? Et c’est maintenant qu’il veut se faire affiche. Ces jeux politiques n’emporte plus personne.

  8. ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗
    Je ne pense pas que le gouvernement puisse dĂ©truire des maisons sans aucun avertissement Ă  l’avance. Le Ministre ne peut pas et n’a pas le droit de faire cela. Le Mali est un Etat de droit. La population a forcĂ©ment Ă©tĂ© prĂ©venir d’avance. L’Etat ne peut pas ĂȘtre l’ennemi de sa population, en tout cas pas sous le rĂ©gime d’IBK.
    ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  9. Si je vois un tel SOUMAÏLA qui se tient devant les micros des journalistes qui Ă©taient Ă  la recherche de quoi aboyer avec, cela me déçoit vraiment depuis qu’il a Ă©tĂ© nommĂ© chef de file de l’opposition ou Ă©tait il passĂ© pendant tout ce temps et c’est maintenant qu’il vienne nous casser les tĂȘtes avec ses soi-disant dĂ©nonciations.

  10. Le Ministre Sada SamakĂ© a Ă©tĂ© incapable de rĂ©gler le problĂšme, ainsi que son n’incapacitĂ© vis-Ă -vis de l’insĂ©curitĂ© grandissante. Le Ministre a failli Ă  son devoir et il doit cĂ©der la place Ă  quelqu’un de plus compĂ©tent. Il a mal gĂ©rer la situation.
    💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡

  11. Concernant l’affaire des passeports l’Etat se devrait de nettoyer le secteur de dĂ©livrance des passeports. Le service de dĂ©livrance des passeports Ă©taient devenu du dĂ©sordre total. Les magouilles, les passeports livrĂ©s aux inconnus, Ă©taient devenu le quotidien des demandeurs de passeports.

  12. L’opposition aura de droit ce qui mĂ©rite. IBK est un dĂ©mocrate et il reconnait parfaitement la valeur de l’opposition dans un pays dĂ©mocratique. L’opposition aura ce qui lui est de droit.

  13. Les maisons dĂ©molies Ă  Souleymanebougou sont toutes des constructions illicites. C’est en complicitĂ© avec le prĂ©fet de Kati de l’époque, Ibrahima Mamadou Sylla ayant reçu toutes les informations sur une parcelle longeant le marigot Farakoba, il a abusĂ© de son pouvoir pour prendre un acte illĂ©gal qui doit ĂȘtre frappĂ© de nullitĂ© absolue. Mais les propriĂ©taires de ces concessions savaient tous que leurs parcelles sont Ă©rigĂ©es sur le site de l’ACI de Souleymanebougou. De ce fait, cet acte est assimilable Ă  un achat de l’indu, en droit.
    Et voilĂ  un article joint Ă  mon commentaire qui justifie l’opĂ©ration de dĂ©molition de ces logements :
    Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires fonciĂšres, Me Mohamed Bathily a rompu le silence dans l’affaire de dĂ©molition des constructions anarchiques sur le patrimoine de l’Agence de cession immobiliĂšre (ACI) au quartier de Souleymanebougou. « Je ne vois pas la raison d’un tollĂ© autour de notre acte administratif. Tant que la nĂ©cessitĂ© s’impose, le dĂ©partement le fera demain. Si je dois gĂ©rer le bien de l’Etat, je le ferai au repĂšre de la loi », a-t-il rappelĂ© au cours d’un point de presse tenu hier aprĂšs-midi.
    Pour informer l’opinion nationale et internationale sur les bien-fondĂ©s de l’opĂ©ration de dĂ©molition enclenchĂ©e jeudi dernier des maisons « illĂ©galement Ă©rigĂ©es sur le site de Souleymanebougou ACI en
    Commune I, le ministĂšre des Domaines de l’Etat et des Affaires fonciĂšres a confiĂ© hier lundi les journalistes au dĂ©partement. D’entrĂ©e de jeu, Mohamed Aly Bathily a prĂ©cisĂ© que les maisons ciblĂ©es sont « celles construites dans l’emprise des marigots, du fleuve et sur le site de la zone ACI de Souleymanebougou ». « L’utilisation des domaines public et privĂ© de l’Etat obĂ©it aux rĂšgles et principes fixĂ©s par la loi, qui ont pour objet d’assurer aussi bien la sĂ©curitĂ© publique que la protection des biens des personnes physiques et morales. J’ai Ă©tĂ© investi de la mission d’appliquer le code domanial et foncier », a soulignĂ© le ministre dans son intervention prĂ©liminaire, avant de prĂ©ciser que son dĂ©partement avait effectuĂ© une visite le 30 juin 2015 pour « le constat ». Et aux dires du ministre, « la dĂ©lĂ©gation qui l’accompagnait, a relevĂ© l’occupation des servitudes du cours d’eau et le morcellement du terrain de 4 ha de ladite zone attribuĂ©e en son temps par l’Etat du Mali au FrĂšre Guide de Libye ».
    « Les autorités locales et communales, en complicité avec les bénéficiaires qui ont activement sollicité ces attributions, ont investi la zone au prix de graves atteintes aux lois et rÚglements sur
    le foncier, l’urbanisme et la construction ainsi qu’au droit de propriĂ©tĂ©. Ils ont ignorĂ© la dĂ©nonciation des attributions et occupations illicites et ont refusĂ© d’obtempĂ©rer aux sommations adressĂ©es pour arrĂȘter les travaux
 », a expliquĂ© Me Bathily en rappelant que « le gouvernement de la RĂ©publique du Mali, qui rĂ©alise sans cesse des programmes de logements sociaux, a souci du peuple malien dont il s’emploie Ă  amĂ©liorer les conditions de vie ».
    Le rappel de Bathily !
    Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires fonciĂšres a rappelĂ© que le 13 octobre 1947 le titre foncier n°1368, d’une superficie totale de 85 ha 13 a 97 ca a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  Souleymanebougou, Commune rurale de N’Gabakoro-Droit. Ce titre foncier mĂšre a donnĂ© naissance au TF 0050 du Cercle de Kati. Le reliquat a Ă©tĂ© mis Ă  la disposition de l’ACI par le gouvernement, suivant un mandat en date du 12 janvier 2002. Il fait une superficie de 63 ha 26 a 10 ca entiĂšrement amĂ©nagĂ©e par l’ACI en exĂ©cution de son mandat. Le 9 juin 2008, le prĂ©fet de Kati, Ibrahima Mamadou Sylla, par lettre n°88/CKTI-Dom demandait Ă  l’ACI de lui fournir des informations « sur une parcelle longeant le marigot Farakoba ».
    En rĂ©ponse Ă  cette demande, il a Ă©tĂ© indiquĂ© que « cette bande empiĂšte sur le lotissement de l’ACI. Cette situation a Ă©tĂ© confirmĂ©e par une nouvelle expertise. Ainsi, le site a Ă©tĂ© amĂ©nagĂ© et des parcelles ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es pour ĂȘtre vendues. MalgrĂ© la rĂ©ponse claire qui lui a Ă©tĂ© donnĂ©e, le prĂ©fet de Kati a procĂ©dĂ© Ă  la crĂ©ation de ses propres parcelles qu’il a cĂ©dĂ©es Ă  plusieurs personnes. Ce
    fut lĂ  le point de dĂ©part d’une occupation illicite des lieux. L’ACI s’est adjoint les services d’un huissier de justice afin de constater l’effectivitĂ© de la cession de ses terrains par le prĂ©fet Ibrahima
    Sylla. Elle a également porté plainte auprÚs du commissariat du 12e arrondissement de Bamako, suivant la lettre n°000210 du 8 juin 2010 ».
    Avant cette procĂ©dure, la direction rĂ©gionale des Domaines et du Cadastre, par la lettre n°08-0395/DRDC-Koulikoro, a saisi le gouverneur de rĂ©gion pour lui indiquer, notamment le 27 octobre 2008 que le programme immobilier de l’ACI est bien contenu dans les limites du TF 1368 », a-t-il fait savoir.
    Pour le ministre, la rĂ©clamation des droits coutumiers formulĂ©e par le collectif des autochtones de Titibougou est devenue sans objet dans la mesure oĂč la procĂ©dure d’immatriculation a Ă©tĂ© engagĂ©e et close sans opposition depuis 1947. Les espaces, objet de convoitise par diverses personnes, situĂ©es le long du marigot Farakoba, constituent en rĂ©alitĂ© la servitude prĂ©vue lors des opĂ©rations de dĂ©limitation du TF 1368. « L’ensemble de ces prĂ©cautions n’a pas empĂȘchĂ© les bĂ©nĂ©ficiaires des parcelles illĂ©galement attribuĂ©es de poursuivre leurs occupations des lieux. De nouvelles sommations d’interpellation leur ont Ă©tĂ© faites le 6 mai 2014 par l’huissier de justice MaĂźtre Aliou TraorĂ©. Face Ă  cette situation d’inĂ©galitĂ©, le ministĂšre Ă©tait obligĂ© de mettre de l’ordre pour la bonne application de la loi. Puisque l’Etat une construction juridique. Il est inadmissible d’entretenir une la situation d’inĂ©galitĂ©. L’Etat ne cĂ©dera pas aux groupes de pression qui agissent contre la loi. Les travaux vont continuer et l’Etat a dĂ©jĂ  portĂ© plainte contre les acteurs. Si je dois gĂ©rer le bien public, je le
    ferai au repĂšre de la loi. Et nous n’avons pas regrettĂ© de notre acte administratif », a-t-il dĂ©noncĂ©.
    Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires fonciĂšres a saisi l’opportunitĂ© pour appeler au sens des responsabilitĂ©s des autoritĂ©s administratives et Ă  l’esprit patriotique des administrĂ©s.
    Bréhima Sogoba
    Merci et bonne compréhension de la situation à tout un chacun.
    💡 💡 💡 💡 💡 💡

    • FatalitĂ© a encore frappĂ© fort. Je crois que les voyous de nfp, Kassin, yugubanĂ©, totointĂ©lligent, coc, sikasso le bouffon. Une information Ă  tous les cyber actifs, Kassin a finalement donnĂ© son vrai nom sur le forum. Il s’appelle Yacoub l’homme du peuple (sur facebook, je suis ami avec lui). 😆 😆 😆

  14. C’est une fois que les autres ont fini de parler de l’affaire des engrais frelatĂ©s, des passeports et des cartes d’identitĂ© que SoumaĂŻla revient sur cela. Pourquoi il ne s’est jamais prononcĂ© lĂ -dessus si n’est pas maintenant ? Qu’est-ce qu’il attendait ?

  15. Plus vite que la musique, tu danse mal, SoumaĂŻla CissĂ© doit prendre son mal en patience. DĂ©jĂ  par sa bonne foi de patriotisme, IBK a acceptĂ© la reconnaissance du statu de l’opposition qui Ă©tait ignorer par les s’autres rĂ©gimes prĂ©cĂ©dent. Toute chose Ă  son temps et IBK ne vous Ă  aucunement oubliĂ©s. ➡ ➡ ➡ ➡ ➡ ➡

  16. On ne saurait éternellement vivre avec le mensonge. TÎt ou tard les maliens découvriront le vrai Soumaïla Cissé car jusque-là la plus part ignorent qui il est.

  17. DĂšs la fin du mandat d’Ibrahim Boubacar KeĂŻta, l’actuel chef de file de l’opposition politique pliera ses bagages et cĂ©der la place Ă  quelqu’un d’autre. SoumaĂŻla CissĂ© est un prĂ©dateur de deniers publics. Il est content d’avoir entrĂ© en possession de ce poste. 😆 😆 😆 😛 😛 😛

  18. L’opposition n’est pour rien dans la gestion des affaires publiques de l’Etat. Elle a un statut juridique pour jouer pleinement son rĂŽle de l’opposition. Elle doit le jouer dans l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral du pays et accompagner des propositions de sortir de crise.
    SoumaĂŻla dĂ©nonce comme un petit opposant comme GASSAMA et autres. Comment lui il peut dire que la dĂ©molition des maisons Ă  Souleymanebougou Ă©tait illĂ©gale? et il dĂ©nonce l’affaire de passeport qui a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  dĂ©battue et rĂ©solue. Ou bien il perd son sens d’intellectuel.

  19. Nous avons ici au Mali des opposants qui ne songent pas Ă  l’intĂ©rĂȘt du pays et qui changent Ă  tous les temps ce qu’ils disent. Ce que les opposants maliens doivent comprendre, la gestion des affaires de l’Etat est un problĂšme de l’autoritĂ© lĂ©gale comme de l’opposition. Comme SoumaĂŻla l’a dit «Les partis politiques de l’opposition sont tenus de respecter les autoritĂ©s lĂ©galement Ă©tablies ; d’Ɠuvrer Ă  l’instauration d’une culture dĂ©mocratique par l’information, la formation et l’éducation des citoyens. Aussi doivent-ils veiller au respect de la souverainetĂ© nationale, de l’intĂ©gritĂ© du territoire, de la forme rĂ©publicaine de l’Etat, de l’unitĂ© nationale et de la laĂŻcitĂ© de l’Etat». Ensemble pour bĂątir notre pays.

  20. IBK a dit : « je dis et redis que l’argent des Maliens est sacrĂ© et qu’il faut dĂ©sormais l’utiliser Ă  bon escient.» Il a dit vrai, car on a assistĂ© aux surfacturations, aux dĂ©tournements d’argent et Ă  la montĂ© accrue de niveau de la corruption uniquement sous ATT. IBK, les utilise pour refaire le Mali.

  21. C’est facile de critiquer son prochain, sans preuve. J’avoue que je suis Ă©tonnĂ© de vous voir aprĂšs tant de temps. Pourquoi ce silence ? Ou Ă©tiez-vous quand l’histoire des engrais frelatĂ©s a Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©e ? Ou Ă©tiez-vous quand le Ministre Treta a Ă©tĂ© interpelĂ© deux fois Ă  l’AssemblĂ©e Nationale ? DĂ©cidĂ©ment, vous avez fini par rĂ©pondre aux rumeurs qui circulaient sur votre silence. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il faut revenir sur ces aspects aprĂšs les autres opposants.

  22. IBK fait tout pour redonner au Mali ce qu’il a perdu avec les deux avant derniers rĂ©gimes. Il n’est pas responsable de ce que le pays traverse en ce moment.

  23. Moi je pense, que c’est la menace d’IBK, qui a effrayĂ© certains qui se voit dans son viseur, du coup, ils sont en train de toit faire pour le distraire. Mais sachiez que le digne fils du MANDE n’a qu’une seule parole, la sanction tombera sur tous les fautifs.

  24. IBK a toujours dit « Nul n’est et ne sera au-dessus de la loi » les vĂ©ritables hauteurs de cet acte seront traquĂ©s et mis sur la disposition de la justice. ➡ ➡ ➡ ➡
    Le PM Modibo Keita l’a soulignĂ© dans sa DPG, la corruption, la dĂ©linquance financiĂšre, etc
 seront l’une des lutte les plus primordiale du rĂ©gime d’IBK. ➡ ➡ ➡ ➡
    La confiance d’IBK a Ă©tĂ© par son propre Ministre Treta, Treta est le seul fautif.
    IBK prendra une dĂ©cision ferme contre le Ministre Treta, c’est sĂ»r. 😛 😛 😛 😛 😛 😛

  25. «Non, comme je viens de l’indiquer, c’est l’aboutissement d’un processus qui prend naissance dans la constitution du 25 fĂ©vrier 1992 et dans certains accords internationaux. Aujourd’hui, c’est Soumaila CissĂ©, demain ce serait un autre. J’insiste sur ce point, car dĂšs ma nomination, on a focalisĂ© les esprits sur les avantages non encore dĂ©terminĂ©s du Chef de file de l’opposition tout en occultant son rĂŽle dans le jeu dĂ©mocratique ». Cela ne vaut mĂȘme pas le cout de la dire. Cette institution, tout comme l’Etat, est une continuitĂ©. Vous n’allez pas eu demeurĂ© Ă©ternellement. 😛 😛 😛 😆 😆

  26. SOUMAÏLA connait trĂšs bien les procĂ©dures de porter plainte contre un acte prĂ©judice, s’il croit en ce qu’il dĂ©nonce contre l’acte que Bathily a commis, il n’a qu’à passer Ă  l’acte, avant de se prendre pour un beau parleur.

  27. Les partisans du rĂ©gime prĂ©cĂ©dent, les opposants mal intentionnĂ©s et opportunistes et les ennemis du Mali sont ceux qui sont derriĂšre tous ces scandales de l’engrais frelatĂ©. Mais toute la lumiĂšre sera faite sur cette affaire

  28. Le Mali a besoin de tous ces fils unis, une raison de plus qui a poussĂ© le prĂ©sident de la RĂ©publique de crĂ©er le CFOP. C’est Ă  l’opposition de jouer son rĂŽle et arrĂȘtĂ© de crĂ©er la polĂ©mique partout dans le pays.

  29. C’est devant les pyromanes journalistes que SOUMI CHAMPI tient ces genres de propos. Il Ă©tait oĂč pendant tout ce temps? Il connait la rĂ©alitĂ© des choses, ce sont vous les journalistes qui Ă©taient en manque de quoi raconter qui prennent ses propos en compte.

  30. Treta Bocari est le premier responsable de cet acte ignoble. La justice malienne s’occupe dĂ©jĂ  et le dossier est en cour de traitement, les enquĂȘtes sont en cours et les autres complices seront dĂ©masquĂ©s. Cet acte insensĂ© ne restera pas impuni.

  31. Soumaila n’a pas la capacitĂ© intellectuelle qu’il faut pour diriger ce Mali. A sa place je me contente de ce poste offert par l’Etat enfin de prendre part Ă  la gestion de la patrie, bien sĂ»r s’il a la volontĂ© de le faire.

  32. Le gouvernement a donnĂ© auparavant un dĂ©lai, une marge d’évacuation avant la dĂ©molition. Mais comme d’habitude, la population a essayĂ© de procĂ©dĂ© par des magouilles qui n’ont pas abouties. La population malienne s’entĂȘte d’acheter des terrains n’importe oĂč et n’importe comment, dans le lit du fleuve, sur les collines, trĂšs prĂȘt des voies routiĂšres. Ces zones sont considĂ©rer comme des zones Ă  haut risque. L’Etat est dans l’obligation de dĂ©molir et comme le rĂ©dige la constitution malienne.

  33. Et oui cette confĂ©rence intervient aprĂšs la nomination de Soumaila comme chef de fil de l’opposition, une premiĂšre d’ailleurs. Pendant tout ce temps, il s’est portĂ© silencieux et c’est maintenant qu’il veut mettre fin Ă  tous ces rumeurs qui circulent sur son silence. DĂ©solĂ©, mais ces affaires d’engrais frelatĂ©s, de l’achat de l’avion prĂ©sidentiel, de passeport etc, ont Ă©tĂ© plusieurs fois Ă©voquĂ©s. InterpelĂ© deux fois Ă  l’AssemblĂ© Nationale par les dĂ©putĂ©s de l’opposition. Les Ministres Bocary Treta et Sada SamakĂ© ont Ă©tĂ© l’objet de plusieurs dĂ©bats au sein de la classe politique que publique. Personne n’a vu la tĂȘte de Soumaila CissĂ© dans un journal dĂ©noncĂ© ceux-ci.

  34. La faute n’est pas celle de l’Etat, je suis dĂ©soler. Dans ce genre d’affaire moi j’accuse les rĂ©gimes qui vendent illĂ©galement les lieux, les magouilles, ils vendent mĂȘme des terrains considĂ©rer comme haut risque. Le citoyen qui achĂšte c’est terrain se verra plus tard expulser par le gouvernement prochain. Et pourtant le gouvernement est dans tous ses droits.

  35. Jeune patriote, c’est vrai au Mali l’intention des opposant sont plus personnel que gĂ©nĂ©ral


  36. L’histoire de pĂ©nurie des passeports est dores et dĂ©jĂ  une affaire classĂ©e derriĂšre nous. Des mesures sont prises pour que le mĂȘme cas arrivĂ© ne se rĂ©pĂšte plus. Je trouve que revenir sur cela est injuste. C’est de l’Ă©chec que naĂźt la rĂ©ussite.

  37. Les maisons dĂ©truites Ă  Souleymanebougou Ă©taient des maisons construisent illĂ©galement. Ces maisons Ă©taient construisent dans des zones considĂ©rer comme des zones Ă  haut risque. C’est pour le bien ĂȘtre de la population que l’Etat a Ă©tĂ© obligĂ© de prendre une telle dĂ©cision. La vie de ces habitants Ă©tait en danger.

  38. Les auteurs des dĂ©rives seront tous traduits devant la justice. A commencĂ© par Treta, le Ministre frelatĂ© du scandale des engrais frelatĂ©s, passant par Sada SamakĂ©, ce dernier contrairement Ă  l’autre partira seulement du gouvernement. 😀 😀 😀

  39. CissĂ© peut rester tranquille. Ibrahim Boubacar KeĂŻta ne laissera aucun scandale ou dĂ©rive impuni. «Je serai dĂ©sormais impitoyable», a-t-il promis au peuple malien. Quelques jours aprĂšs cette dĂ©claration, des sanctions et des mesures rigoureuses ont Ă©tĂ© prises dans les services d’immigration. 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  40. Cela fait combien de temps que Soumaila est chef de file de cette opposition ?
    depuis sa nomination, Il ne s’est plus encore intĂ©resser de continuer ce qu’il faisait au paravent.
    Peut-ĂȘtre qu’il n’avait pas fini de fĂȘter la victoire, SoumaĂŻla n’est pas diffĂ©rent des autres opposants qui aprĂšs avoir obtenir ce qu’ils veulent se taisent pour oublier toute les difficultĂ©s du pays.

  41. Les scandales sont toujours des rĂšgles de fonctionnement du pouvoir dans notre pays. Un exemple est la mal gouvernance de la Compagnie malienne pour le dĂ©veloppement du textile, quand SoumaĂŻla Ă©tait Ă  la prĂ©sidence de cette structure. 😛 😆 😆 😆

  42. Le rĂ©gime lĂ©gitime d’IBK a un ensemble de projets pour ce pays. L’institution de poste de chef de file de l’opposition politique est une volontĂ© de consolider la dĂ©mocratie qui est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Cette action s’inscrit dans le cadre de l’exercice absolue du droit fondamental de la nation malienne qui est la dĂ©mocratie. On ne peut et on ne doit pas dire que le pouvoir a tendance Ă  oublier le peuple. 😛 😛 😆 😆

  43. Si le peuple ne constitue plus une prioritĂ© pour le rĂ©gime en place, il n’allait pas se souciĂ© de la signature d’un accord pour la paix et la rĂ©conciliation nationale. La construction de l’HĂŽtel Sheraton, la premiĂšre place qu’a occupĂ©e notre aĂ©roport en Afrique de l’Ouest, la mort du terroriste WadoussĂšne, et la dĂ©molition des constructions illicites sont tous des actes s’inscrivant dans la satisfaction de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen:

  44. DĂšs que le dĂ©cret a Ă©tĂ© signĂ© par le prĂ©sident de la RĂ©publique, il est adoptĂ© par le gouvernement. Car c’est au conseil des Ministres que le dĂ©cret de nomination a Ă©tĂ© pris. Dire qu’il n’a pas encore Ă©tĂ© par le gouvernement est du mensonge. C’est au prĂ©sident du cabinet de procĂ©der Ă  la constitution de son Ă©quipe par une dĂ©cision. 😆 😆 😈 😈

  45. Quand on s’intĂ©resse trop Ă  l’argent il prend le dessus sur tous nos actes. SoumaĂŻla ne s’intĂ©resse qu’Ă  l’argent sinon le bonheur du Mali lui importe peu. C’est d’ailleurs ce qu’il nous montre Ă  travers cette phrase:” l’octroi Ă  l’opposition de moyens politiques, juridiques et financiers lui permettant d’exercer son rĂŽle et de garantir ses droits.”
    Si l’opposition tient Ă  la construction du Mali comme elle nous a fait croire, elle ne fera pas passer l’argent avant l’acte. En fin de compte on peut dire que l’opposition ne vaut pas plus que les bandits armĂ©s. Ils sont tous pareils. Qu’est ce qu’elle peut reprocher de plus Ă  IBK maintenant qu’on a vu leur vrai visage ? Rien wallaye.

  46. En reconnaissant l’opposition et en l’octroyant un statut, IBK veut que l’opposition aussi, qui se dit « Ă©claireur de la population » soit associĂ©e Ă  toutes les Ă©tapes de la gouvernance.
    Pour dire qu’IBK est en train de gouverner dans la stricte transparence.

  47. @WILITOUMADON, mon cher atĂ© tĂšmĂš ninka, tu as tout dis. Soumaila CissĂ© a octroyĂ© plus que tu ne l’imagine. Il a tout fait pour monter Ă  Koulouba par des voix sournoises, mais sans succĂšs. Il ignorait que la qualitĂ© fait la diffĂ©rence, sinon il n’allait se prĂ©sentĂ© Ă  plus forte raison de gaspiller son argent. Cela ne changera jamais, les maliens ne le porteront jamais au sommet du pouvoir. Les capacitĂ©s et les capacitĂ©s fondamentales lui manquent pour diriger ce Maliba.

  48. SoumaĂŻla sais trĂšs bien des choses que ces journalistes animateurs ne savent pas. Comme on le critique suite Ă  son absence d’un bout de temps dans l’actualitĂ© du pays, c’est raison pour laquelle seulement qu’il disait des n’importe quoi. Sinon lorsque OUMAR MARIKO dĂ©chirait ses habilles contre ces histoires de passeport et engrais frelatĂ© ou il Ă©tait?

  49. Mais du fait que SOUMAILA parle trùs peu, cela trouve qu’il manigance quelque chose dans l’ombre.
    Les autres membres de l’opposition sont devenus des portes paroles de SOUMAILA.
    TIEBILE DRAME et ses pairs sont devenus sont instruments de SOUMAILA pour critiquer le régime en place.

  50. De toutes les façons la population Malienne sait réellement que SOUMAILA est un homme de mauvaise foi.
    Retraçons les actes causĂ©s par SOUMAILA , primo, il Ă©tait poursuit pour cause de blanchissement d’argent l’lorsqu’il a la FMI, secundo, il a vendu l’usine d’HUCOMATEX a KOULIKORO et beaucoup de nos parents sont en chĂŽmage grĂące Ă  lui, tiercions il est l’auteur principale de la dĂ©sorganisation politique du Mali. SOUMAILA est un vrai criminel.

  51. Depuis plus de 20 ans, le Mali est dans une corruption inĂ©galĂ©e et dans toutes ses structures. Le peuple malien est victime de ses propres leaders. Le rĂ©gime d’IBK est le seul qui se bat sincĂšrement et correctement contre la corruption, et c’est que vous accusez en premier !!!

  52. Pour l’engrais frelatĂ©, le Ministre TRETA est le seul et unique responsable. Il est non seulement un ennemis du pouvoir mais un ennemis du pays et des maliens. IBK n’était aucunement au courant de cette affaire. TRETA a Ă©tĂ© averti de la mauvaise qualitĂ© des engrais, et il a fait fi de ces informations, et faire venir quand mĂȘme cet engrais au Mali. Pourquoi ? Parce que leurs complots Ă©taient dĂ©jĂ  sur place. Mais nous avons confiance en IBK, pour mettre dehors et Ă©loignĂ© de lui, tous ceux qui n’Ɠuvrent pas dans le mĂȘme sens que lui.

  53. L’interpellation de ces deux ministres au sein de l’assemblĂ© nationale a permis d’avoir la rĂ©alitĂ© sur SADA et TRETA.
    Tous ceux que les Ă©lus de la nation ont disent sont vrais car, ces deux ministres n’ont pas pu convaincre les dĂ©putĂ©s.
    Pourquoi lors de l’interpellation de ces deux ministres au parlement on a pas vu la salle tĂȘte de SOUMAILA.

  54. Nous savons tous que ce scandale d’engrais frelatĂ© est l’Ɠuvre des ennemis d’IBK. Ce sont les partisans de l’ancien rĂ©gime qui n’ont pas digĂ©rĂ© leur dĂ©faite, et qui emploient tous les moyens pour le nuire.

  55. @jeune patriote, vous avez trĂšs bien compris ces opposants maliens sont tous des opportunistes avĂ©rĂ©s. Ils ne cherchent qu’à combler leurs propres intĂ©rĂȘts. En organisant cette confĂ©rence de presse, Soumaila veut en quelque sorte pousser l’Etat Ă  financer les couts de la mise en place du bureau du CFOP. Or il oublie que le rĂ©gime en place est le seul qui a reconnu ce statut et l’a instaurĂ©, sinon il a Ă©tĂ© dĂ©crĂ©tĂ© il y’a vingt ans de cela. Ce retard par rapport au coup de financement est dĂ» aux nombreux obstacles qui s’opposent depuis trois ans maintenant. On vient Ă  peine de signer un accord de paix dĂ©finitive dont la mise en application demeure un douci et un devoir de tous.

  56. C’est sous les rĂ©gimes prĂ©cĂ©dents (MOUSSA TRAORE, ATT, AOK) que les pratiques malsaines (corruption, dĂ©tournement de deniers publics, nĂ©potisme, laisser-aller, insouciance et inconscience
) se sont accrues. IBK n’est pas du genre Ă  travailler dans ce dĂ©sordre.

  57. Le ministre contre coup d’Etat doit quitter le gouvernement pour cause d’incompĂ©tence.
    TRETA et SADA sont des vĂ©ritables bombes Ă  retardement pour le gouvernement, s’ils ont la conscience, ils devraient dĂ©missionnĂ©s avant le remaniement ministĂ©riel.
    Monsieur le journaliste ce n’est pas Ă  vous de dire cela, on sait bien que le journal rĂ©publicain ne dit jamais de bon concernant la situation du pays.

  58. Nos opposants ne sont en rĂ©alitĂ© que des opportunistes, qui n’agissent que pour leurs propres intĂ©rĂȘts.
    Il faut qu’ils comprennent, qu’on ne peut pas Ă©radiquer la corruption en un clin d’Ɠil. La lutte contre la corruption est un combat Ă  long terme avec la bonne volontĂ© des citoyens du pays, y compris Soumaila lui-mĂȘme. Car lors des Ă©lections, qu’est-ce que Soumaila n’a pas fait ? Il a cherchĂ© par tous les moyens Ă  corrompre la population pour voter pour lui. Plusieurs partisans de Soumaila a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© dans les bureaux de vote, avec des Ă©lĂ©ments de fraude. Il faut que tous les maliens abandonnent les habitudes qu’ils ont accumulĂ©es sous le rĂ©gime prĂ©cĂ©dent et qu’ils soutiennent le PrĂ©sident IBK dans ce combat.

  59. Certes SoumaĂŻla CissĂ© s’est tu, Ă  quelle guise ? Ce silence est-il vraiment un silence ? Est-ce que ceux qui dĂ©nonçaient haut et fort les soi-disant actes du rĂ©gime ne sont-ils pas les envoyĂ©s de ce dernier ?

  60. L’affaire de passe port et de carte d’identitĂ© est une vĂ©ritable rĂ©alitĂ©, alors SADA est l’unique responsable de cela.
    Pour son incapacitĂ© le premiĂšre ministre a mis en place un comitĂ© de suivis pour le contrĂŽle de la sĂ©curitĂ© de l’Etat, tout cela montre l’incapacitĂ© de SADA.

  61. A votre place Me CissĂ©, je me porterai muet sur les questions de corruption. Car nous savons tous que vous ĂȘtes le premier Ă  faire face Ă  la justice s’agissant de traquer tous ses auteurs. Votre passage Ă  la CMDT n’a causĂ© que des ennuis financiers et jusque-lĂ , il des citoyens qui continuent de dĂ©plorer la perte de leur fonction Ă  cause de la faillite. A cela s’ajoute les milliards que vous avez aussi volĂ©s Ă  l’UEMOA. Qu’on se dit la vĂ©ritĂ© mon cher, vous n’ĂȘtes pas digne d’un malien wadada !!!!!

  62. SIKASSO, I FA FORO BON AN DALA, NANZOUMAIN.
    DISPARAIT TOTALEMENT SUR LE FORUM, sinon bi NANZOUMAIN FARA. 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😆 😆 😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  63. L’opposition doit faire preuve de responsabilitĂ© dans la gestion du pays, son travail ne se rĂ©sume pas Ă  la critique seulement, elle doit ĂȘtre Ă  mĂȘme de proposer certaines directives par rapport Ă  telle ou telle situation du pays. Elle doit faire preuve de bonne foi en reconnaissant les actes posĂ©s par le rĂ©gime qui servent au pays, et elle doit Ɠuvrer dans le sens du dĂ©veloppement du pays.

  64. Un pays, pour que sa dĂ©mocratie soit vivace, a besoin d’une opposition forte, une opposition responsable. Et je pense que la reconnaissance politique et juridique du statut de l’opposition lui facilitera la tĂąche dans sa mission. Les opposants doivent comprendre que le faite juste de critiquer ne suffit pas. Ils doivent faire des propositions aux PrĂ©sidents et Ă  son gouvernement pour la bonne marche de la gouvernance.

  65. Lisez l’intervention de Me Bathily sur l’affaire de dĂ©molition de certains logements sise Souleymanebougou.
    Le Ministre du Domaine de l’Etat et des Affaires FonciĂšres, Mohamed Ali Bathily, a organisĂ© un point de presse jeudi dernier pour donner des Ă©clairages sur l’opĂ©ration de dĂ©molition Ă  Souleymanbougou.
    Le ministre s’est livrĂ© Ă  un vĂ©ritable cours de droit et a affirmĂ© que l’opĂ©ration allait continuer jusqu’au bout. Elle a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ©e en accord avec les plus hautes autoritĂ©s de notre pays, conformĂ©ment aux dispositions de l’article 67 de la Loi N°02-016 du 03 juin 2002, fixant les rĂšgles gĂ©nĂ©rales de l’urbanisme qui dispose: «en cas d’extrĂȘme urgence, ou s’il s’agit de constructions Ă©difiĂ©es sur un terrain occupĂ© sans droit ni titre, ou encore s’il s’agit de constructions en matĂ©riaux prĂ©caires, l’Administration peut procĂ©der d’office Ă  la dĂ©molition et Ă  la mise en Ă©tat des lieux, aux frais de l’intĂ©ressĂ©, aprĂšs avoir fait Ă©tablir la description contradictoire des biens Ă  dĂ©truire».
    Le ministre Bathily a rappelĂ© que, le 13 octobre 1947, le titre foncier N°1368, d’une superficie totale de 85 ha 13 a 97 ca, a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  Souleymanebougou, commune rurale de N’Gabakoro Droit. Il a donnĂ© naissance Ă  d’autres titres, tels que le TF 0050 du Cercle de Kati, dont le reliquat a Ă©tĂ© mis Ă  la disposition de l’ACI par le Gouvernement, le 12 janvier 2002, pour une superficie de 63 ha 26 a 10 ca.
    Le 9 juin 2008, le PrĂ©fet de Kati, Ibrahim Mamadou Sylla, par lettre, demandait Ă  l’ACI de lui fournir des informations «sur une parcelle longeant le marigot Farakoba». Il lui a Ă©tĂ© indiquĂ© que «cette bande empiĂšte sur le lotissement de l’ACI ». Cette situation ayant Ă©tĂ© confirmĂ©e par une expertise, le site a Ă©tĂ© amĂ©nagĂ© et des parcelles ont Ă©tĂ© vendues. Ainsi, malgrĂ© la rĂ©ponse claire qui lui a Ă©tĂ© donnĂ©e, le PrĂ©fet Sylla a procĂ©dĂ© Ă  la crĂ©ation de ses propres parcelles, ce qui fut le point de dĂ©part d’une occupation illicite des lieux.
    Les dĂ©marches de l’ACI, notamment une plainte contre le PrĂ©fet Sylla, la lettre N°08-0395/DRDC-Koulikoro de la Direction RĂ©gionale des Domaines et du Cadastre et plusieurs autres mesures prĂ©ventives n’ont pas suffi Ă  empĂȘcher les bĂ©nĂ©ficiaires de poursuivre leur occupation des lieux.
    Selon le ministre Bathily, les constructions de Souleymanbougou obstruent les servitudes publiques et portent atteinte au domaine fluvial qui, comme toutes les autres dépendances du domaine public, est inaliénable et imprescriptible, ce qui représente un danger mortel car exacerbant les risques.
    Les constructions portent aussi atteinte au droit de propriĂ©tĂ© des personnes qui, nonobstant le payement Ă  l’Agence de Cession ImmobiliĂšre (ACI) des frais de cession des parcelles, ne peuvent y exercer leurs droits. Le cas de Mamadou Diaby, un Malien du Gabon qui a payĂ© 400 000 000, sur 500 700 000 FCFA, pour l’acquisition de 4 ha de parcelles, a Ă©tĂ© citĂ© par le ministre. Il s’est abstenu de payer le reliquat Ă  l’ACI.
    C’est pourquoi, ajoutera Mohamed Ali Bathily, nous avons entrepris, en application de la loi, de dĂ©molir les constructions illicites, tant sur le fondement de la violation des lois que sur celui de la disposition des biens d’autrui. L’opĂ©ration va aller jusqu’au bout. Il a appelĂ© au sens des responsabilitĂ©s et Ă  l’esprit civique des autoritĂ©s administratives et des usagers des services publics pour assurer en toute circonstance le respect des lois et des rĂšglements, pour que nul ne se sente au-dessus de la loi.

  66. La signature de l’accord de paix et la rĂ©conciliation est une grande Ă©tape pour le maintien de l’ordre et la sĂ©curitĂ© dans le pays.
    Le premier accord signĂ© entre le gouvernement et la CMA le 15 mai 2015 a Ă©tĂ© mise en application, et pour renforcer l’unitĂ© nationale, la CMA a proposĂ© un autre accord qui a Ă©tĂ© signĂ© le 15 juin 2015.
    Monsieur le journaliste, le prĂ©sident de la rĂ©publique a belle et bien signĂ© l’accord de paix et la rĂ©conciliation. Lorsqu’il existe un diffĂ©rend entre deux groupes diffĂ©rents, il faut obligatoirement le compromis, pour la rĂ©glementation du conflit.
    Cet accord permet de renforcer la sĂ©curitĂ© et la dĂ©fense de l’Etat.

  67. Je comprends maintenant que ce monsieur ne veut pas la sortie de la démagogie, du favoritisme, du laisser passer, des magouilles et de la fraude dans ce pays.
    Le ministre du domaine et des affaires fonciĂšres du Mali, s’est clarifiĂ© hier que tous les titres de propriĂ©tĂ© des logements dĂ©molis Ă  Souleymanebougou sont faux et sont indument reçus.
    Tout le monde sait que les biens de l’Etat sont non nĂ©gociables et sont de caractĂšre imprescriptible.
    C’est SoumaĂŻla qui demande Ă  l’Etat de laisser les gens d’occuper expressĂ©ment les espaces routiers, les zones interdites, les endroits Ă  usage public sous prĂ©texte qu’il est opposant.

  68. On rappel a BAFOTIGI que l’histoire d’engrais frelatĂ© est plus politique que technique, car le seul et unique responsable dans cet affaire est le ministre TRETA qui voulait nuire le gouvernement d’IBK.
    TRETA et BAFOTIGI sont deux individus qui cherchent à compliqués la situation du pays.
    BAFOTIGI n’est pas un bon patriote, car tout bon patriote doit se soucis de l’avenir du pays. On peut dire actuellement que nous sommes en pĂ©riode d’exceptionnelle, alors cherchons d’abord Ă  rĂ©soudre la situation du pays, au lieu de racontĂ© des choses inutiles.

  69. Ne soyez pas ingrat cher opposant, reconnait cet acte d’IBK vis-Ă -vis. Comme vous l’avez si bien dit, ce statut a Ă©tĂ© dĂ©crĂ©tĂ© il y’a vingt ans de cela. Mais IBK est le seul prĂ©sident malien qui a mis un accent particulier lĂ -dessus.

  70. La dĂ©molition des constructions de Soulemanebougou rentre dans le cadre de la lutte contre la corruption et l’injustice. Figurez-vous que ces lieux appartiennent Ă  l’ACI, et cela n’a jamais Ă©tĂ© cachĂ© au prĂ©fet de Kati avant qu’il ne procĂšde au morcĂšlement de ces terrains. ObsĂ©dĂ© par son intĂ©rĂȘt personnel, ce dernier a morcelĂ© ces terrains sans pensĂ©s aux consĂ©quences. Raison pour laquelle le Ministre chargĂ© des domaines a dĂ©moli ces constructions et a fini par porter plainte contre ce prĂ©fet et tous ces complices.

  71. On comprend mieux Ă  prĂ©sent le grand silence de Soumaila. Il attendait son dĂ», puisqu’il ne les pas encore eu, il a organisĂ© cette confĂ©rence pour les rĂ©clamer. Vous savez ? Nos opposants ne sont que des opportunistes. Ils ne lĂšvent la voix que quand leurs intĂ©rĂȘts sont en jeu. Ils ne font rien pour accompagner au mieux le PrĂ©sident et son gouvernement.
    Ils ne s’adonnent qu’à des critiques inutiles. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    Je crois qu’il faut ĂȘtre vraiment mal-intentionnĂ© par comparer, un accord de paix durable Ă  un accord de cessez-le feu. La comparaison bidon entre l’accord signĂ© par TIEBILE et l’accord signĂ© par IBK ne tient pas route. IBK a signĂ© cet accord pour une paix durable, il a signĂ© cet accord pour la libĂ©ration de nos rĂ©gions du Nord, il signĂ© cet accord pour sauver l’honneur et la dignitĂ© du Mali, qui Ă©taient dĂ©jĂ  presque bafouĂ©s. Il n’y a pas de comparaison qui tienne. 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    Pour l’engrais frelatĂ©, le Ministre TRETA est le seul et unique responsable. Il est non seulement un ennemis du pouvoir mais un ennemis du pays et des maliens. IBK n’était aucunement au courant de cette affaire. TRETA a Ă©tĂ© averti de la mauvaise qualitĂ© des engrais, et il a fait fi de ces informations, et faire venir quand mĂȘme cet engrais au Mali. Pourquoi ? Parce que leurs complots Ă©taient dĂ©jĂ  sur place. Mais nous avons confiance en IBK, pour mettre dehors et Ă©loignĂ© de lui, tous ceux qui n’Ɠuvrent pas dans le mĂȘme sens que lui. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    Pour l’affaire des passeports, nous fĂ©licitons le PrĂ©sident et son gouvernement. Dieu merci, le problĂšme a Ă©tĂ© rĂ©gler. Avec IBK, les magouilles sont terminĂ©es. Avec IBK, plus de corruption, que la transparence. 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    Cette affaire a en effet suscitĂ© beaucoup de polĂ©miques. Certains ont mĂȘme essayĂ© de profiter de la situation, ils ont essayĂ© d’envenimer la situation. Le Ministre a dĂ©cidĂ© de rĂ©gler les 9300 demandes de passeport en attente, en 10 jours. Ensuite, le passeport sera dĂ©livrer uniquement Ă  la prĂ©sence physique des demandeurs, le passeport sera dĂ©livrĂ© en deux semaines. Il est aussi prĂ©vu l’ouverture de plusieurs guichets pour le dĂ©pĂŽt et il est sera interdit l’acquisition de deux passeport en moins de cinq ans.
    Une sanction est prévue pour les auteurs de faux papier.
    Nous devons patienter et soutenir le PrĂ©sident et son Gouvernement, car ces procĂ©dures faciliteront dĂ©sormais l’acquisition du passeport.

  72. Tous les conflits fonciers qui existent actuellement sont l’Ɠuvre des Ă©lus locaux qui veulent seulement satisfaire l’intĂ©rĂȘt personnel. Ce fut le cas de DJANEGELA en 2006 dont l’Etat avait avertis les victimes avant de procĂ©der la dĂ©molition.
    La dĂ©molition de 150 maisons de SOULEYMANE BOUGOU est due au non-respect de loi, c’est le DJANEGELA Ă  l’ouest de MAGNAMBOUGOU, qui faisait la mĂȘme chose comme les habitants de SOULEYMANEBOUGOU dont le ministre du domaine et des affaires fonciĂšres qui avait donnĂ© l’ordre pour bĂ©moliser les maisons qui sont illĂ©galement construit.

  73. Ce n’est pas le moment de vous prononcer sur des questions ont dĂ©jĂ  fait Ă©cho dans ce pays. Des affaires qui ont fait l’objet d’interpellation sur tes pieds Ă  l’AN. Tu n’as rien dit en ce moment jusqu’à nos jours tu te lĂšves pour nous faire le rĂ©cit. On n’en a assez, vraiment.

  74. On sait rĂ©ellement que les victimes, n’ont pas en rĂšgle vis avis de la loi car, l’Etat a fait ce qu’il devrait faire, car avant d’acheter les parcelles il y a des procĂ©dures Ă  suivre, cela trouve que les victimes n’ont pas remplis conditions du code domanial et foncier, ces parcelles faisaient partie des domaines classĂ©s. Alors tous ceux que le journaliste dit est loin d’ĂȘtre une rĂ©alitĂ©.

  75. Concernant la démolition des maisons de SOULEYMANEBOUGOU, Le ministre BATHILY a raison de procéder a la démolition des maisons de SOULEYMANEBOUGOU, à cause de non-respect de la loi, plus précisément les dispositions du code domanial et foncier en république du Mali.
    Suite Ă  l’opĂ©ration de dĂ©molition des 60 concessions Ă  SOULEYMANEBOUGOU le jeudi 23 juillet 2015, le ministre des domaines et des affaires fonciĂšres, BATHILY a animĂ© un point de presse hier lundi 27 juillet 2015. Le ministre BATHILY persiste et signe, toute maisons illĂ©galement construites seront dĂ©truites et dĂ©molies. Il a fait savoir que les constructions Ă©rigĂ©es sur le site de SOULEYMANEBOUGOU obstruent les servitudes publiques et portent atteinte au domaine fluvial. Un avis partagĂ© par les victimes. Inutile de critiquer le gouvernent car les seuls responsables sont des autoritĂ©s locaux.

  76. Malin qu’il est Soumaila CissĂ© veut voiler la face de ces coĂ©quipiers et celui de ses partisans par rapport Ă  son silence. Il n’explique rien de concret dans cet article. Le rĂŽle de l’opposition est connu par tous, il n’avait pas besoin de nous rappeler tout ceci. On attendait plus de lui que la dĂ©finition de ces diffĂ©rents aspects. 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳

    Le fait qu’il soit le chef de fil de l’opposition ne signifie pas le silence. Au contraire, il doit plus que jamais exposer les prĂ©occupations du pole gauche enfin de proposer. Ce n’est pas pour rien qu’il a Ă©tĂ© chef de fil de l’opposition, c’est bien sĂ»r pour prendre part Ă  la gestion du pays. La pleine jouissance de la dĂ©mocratie met d’une part l’accent sur l’opposition.
    Et c’est ce qu’IBK a fait, il a amenĂ© toute la classe politique Ă  mener ce bateau Mali Ă  bon port et ce Ă  travers la crĂ©ation du chef de fil de l’opposition. Chacun de nous est interpelĂ© Ă  rebĂątir ce Mali, on doit tous jouer notre rĂŽle. A reconnaitre qu’IBK est venu trouver le pays dans un Ă©tat assez crucial. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    De ce fait, il ne peut pas lui seul rĂ©soudre tous les problĂšmes au de cinq ans Ă  plus forte raison deux ans. Ne mettons pas tout sur le dos du rĂ©gime en place, il n’est pour rien. Tout ce qui arrive au Mali aujourd’hui est le fruit de la mauvaise gouvernance des anciens rĂ©gimes. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    e suggĂšre que vous rĂ©flĂ©chissez Mr CissĂ© avant d’agir. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉

  77. MĂȘme si tous les partis politiques deviennent des opposants, cela ne construira pas le pays. Le pays ne se construit pas avec une seule et unique idĂ©ologie politique. Mais il faudra la diversifier et maniable afin que les mesures prises soient conformes au problĂšme social et Ă©conomique du pays. Mais telle est le contraire de chez nous au Mali. Nous, on se retire complĂštement ensuite on se met Ă  tout critiquer pour ne rien proposer comme solution.
    EST-CE LA SOLUTION ?
    EST-CE CA L’OPPOSITION ?
    C’EST QUI NOTRE MODEL POLITIQUE?

  78. L’opposition malienne a toujours failli Ă  ces devoirs. Soumaila est mauvais fruit des rĂ©gimes prĂ©cĂ©dents, il ne cherche qu’à remplir ces poches. En fait, il n’a pas compris la crĂ©ation du cabinet du chef de fil de l’opposition. Raison pour laquelle, il s’est portĂ© silencieux pendant tout ce temps. Alors qu’IBK a fait cela pour donner une chance Ă  l’opposition de revendiquer en mĂȘme temps de proposer des stratĂ©gies pouvant sortir le pays dans l’impasse. Or, c’est maintenant ou jamais que l’opposition doit se porter prĂ©sent.

  79. Il faut dire que si nous sommes encore dĂ©pendants, c’est Ă  cause des gabegies chroniques Ă  rĂ©pĂ©tions de nos gouvernants ; sinon, l’achat d’un seul avion, pour un Etat ; comme le Mali, grand producteur d’or, ne devait pas ĂȘtre un scandale ; surtout pour un PrĂ©sident, que la volontĂ© populaire des citoyens eux-mĂȘmes a propulsĂ© sur la scĂšne
 alors quoi de plus normal, que de le mettre dans de bonnes conditions de travail, qu’il mĂ©rite donc en retour, pour combler nos attentes. Devait-il se dĂ©placer Ă  dos de nos Ăąnes, et chameaux ? Non !
    Quand bien mĂȘme, « cet argent ai servi Ă  l’époque, Ă  l’achat d’armements », quelle armĂ©e digne de ce nom, Ă©tait lĂ , pour manier ces armes ?
    Encore moins, s’ils avaient Ă©tĂ© envoyĂ©s au Nord pour « soulager les souffrances des populations », ne seraient-ils pas tombĂ©s plutĂŽt dans les mains des djhadistes, maĂźtres des lieux ? C’est tout simplement regrettable ! Nous ne devons pas tomber d’aussi bas

    Si cet avion appartient dĂ©jĂ  Ă  l’armĂ©e, pourquoi pas, aprĂšs rĂ©paration, ne l’avoir pas laissĂ© Ă  sa destination premiĂšre, qui n’en a point, et dont elle en a besoin, aujourd’hui, plus qu’hier !
    En tout cas, pour moi, vu l’acharnement, les tintamarres et la pression sur le PrĂ©sident de la RĂ©publique, suscitĂ©s, Ă  cause de cet avion, (d’ailleurs Ă  notre terre si longtemps, et soi-disant rĂ©parĂ© ; ou tripotĂ©) ; ne misait-on pas sur un imminent crash de cet appareil douteux, pour Ă©liminer Ibrahim Boubacar KeĂŻta, si tĂŽt, afin d’aller Ă  de nouvelles Ă©lections ? Calcul politiciens revanchards ?

  80. HA, HA, HA ,HA ,HA, HA, LE REPUBLICAIN ENCORS, QUEL SURPRISE ! UN JOURNAL QUI EST TOUJOURS CONTRE LE REGIME EN PLACE RT DIST DES MAUVAISES SUR LE GOUVERNEMENT SUR LE GOUVERNEMENT.
    LE dĂ©cret N° 2015/ 0428-PRM du 10 juin 2015 par le prĂ©sident de la RĂ©publique, fixant la nomination du chef de fil de l’opposition qui permis Ă  l’opposition d’avoir le statut juridique et leur fournis des moyens nĂ©cessaires afin de bien exercer leurs fonctions.
    En se focalisant sur la dĂ©finition de l’opposition, le but, le devoir, le droit, et le rĂŽle, tous ceux-ci permettent Ă  l’opposition
    AU MALI L’OPPOSITION A PERDU SON SENS COMPTE TENU DE SA REACTION VIS AVIS AU GOUVERNEMENT.
    MOI NIKITA, JE SUIS TOUJOURS CONTRE DES INDIVIDUS QUI CHERCHENT A RENDRE DIFFICILES LA SITUATION DU PAYS.
    Selon le texte, le droit Ă  l’Opposition politique est reconnu Ă  tout parti politique ou groupement de partis politiques. Ainsi, Tout parti politique de l’Opposition peut participer au gouvernement ou soutenir l’action gouvernementale. De ce fait, selon l’esprit de la Loi, tout parti politique qui dĂ©cide de participer au Gouvernement devient un parti de la majoritĂ© prĂ©sidentiel et perd ainsi le droit de militer dans l’Opposition. Les partis politiques de l’opposition peuvent ĂȘtre consultĂ©s sur les grandes prĂ©occupations nationales sur lesquelles ils se prononcent. Dans le respect strict de la souverainetĂ© nationale, des lois et rĂšglements, les partis politiques de l’opposition peuvent Ă©tablir et entretenir des relations de coopĂ©ration avec des partis politiques Ă©trangers ou associations politiques internationales. L’accĂšs aux mĂ©dias publics et privĂ©s est garanti. Le devoir des partis politiques de l’opposition est d’agir dans le respect de la Constitution, des lois et des rĂšglements de la RĂ©publique en tous lieux et en toutes circonstances. Dans le sens du renforcement de l’idĂ©al dĂ©mocratique et du progrĂšs, l’Opposition politique a le devoir de suivre l’action gouvernementale, de la critiquer de façon objective et constructive.
    OBJECTIFS
    1. Le sens et le rĂŽle de l’opposition en dĂ©mocratie sont perçus.
    2. Quelques droits et devoirs de l’opposition sont connus.
    1. L’opposition comme facteur essentiel de la dĂ©mocratie.
    En dĂ©mocratie, il n’est pas indispensable qu’il y ait unitĂ©, consensus ou unanimitĂ©, l’important est qu’une majoritĂ© se dĂ©gage. Toutefois, la minoritĂ© a des droits.
    – Un parti ou un groupe de partis mis en minoritĂ© (ou n’exerçant pas le pouvoir exĂ©cutif) constitue l’opposition.
    – L’opposition peut ĂȘtre parlementaire ou extraparlementaire
    – L’opposition, c’est un parti ou un ensemble de partis mis en minoritĂ© (ou Ă©cartĂ© de l’exĂ©cutif) par les Ă©lections ou la recomposition des forces et rapports de forces politiques.
    · En dĂ©mocratie, l’opposition critique, contrĂŽle et propose.
    – En contrĂŽlant la majoritĂ©, l’opposition dĂ©fend et promeut ses droits, empĂȘche la majoritĂ© de s’installer dans l’arbitraire.
    – L’un des moyens privilĂ©giĂ©s de son action de contrĂŽle est la critique de l’action et des visions gouvernementales.
    – L’opposition, Ă©tant donnĂ© qu’elle aspire au pouvoir, doit Ă©laborer et diffuser ses propositions dans chacun des domaines de la vie nationale (l’exemple anglo-saxon de Shadow Cabinet)
    2. Droits et devoirs de l’opposition
    · Toute opposition a des droits, par exemple :
    – Droit d’avoir un statut reconnu et respectĂ© par la majoritĂ© ou le parti au pouvoir
    – Le droit d’accĂ©der aux informations concernant la vie politique.
    – Le droit d’ĂȘtre traitĂ© de maniĂšre Ă©quitable conformĂ©ment aux dispositions de la loi ou de la constitution (par exemple, accĂšs Ă©quitable Ă  la presse).
    – Le droit de reprĂ©sentation au sein des organes Ă©tatiques conformĂ©ment aux dispositions de la loi.
    · L’opposition a aussi des devoirs, par exemple :
    – Le devoir de respecter les lois de la RĂ©publique, la recherche du pouvoir ne pouvant s’effectuer que dans le strict respect de la loi
    – Le devoir de contribuer Ă  l’élĂ©vation du dĂ©bat public en fournissant Ă  l’opinion publique les informations et thĂšses contradictoires.
    – Le devoir de se prĂ©parer Ă  assumer le pouvoir auquel elle aspire Ă  travers la formulation et l’élaboration de propositions alternatives Ă  celles du groupe au pouvoir.

  81. Au Mali, on est que des opportunistes rassemblĂ©s. Personne ne pense Ă  faire quelque chose pour l’intĂ©rĂȘt de l’autre ou pour l’intĂ©rĂȘt du peuple.
    Tous ces partis politiques qui abandonnent le camp aujourd’hui font partie de ces malheureux opportunistes. Ce n’étaient guĂšre des partis qui s’y sont ajoutĂ©s par conviction mais dans l’espoir de trouver une place dans le gouvernement. Maintenant qu’ils trouvent la porte fermĂ©e et refermĂ©e par une doublure incassable, ils prĂ©tendent que ce rĂ©gime n’en vaut pas la peine. Ils ne sont pas déçus mais ils se sentent trahi tant qu’on ne les rĂ©serve pas une place.

  82. Je comprends pourquoi les journalistes sont furieux contre IBK.
    Nombreux sont les journalistes qui ont tentĂ©s de voyager avec lui, mais il a refusĂ©. AprĂšs plusieurs tentatives ils n’ont pas eu gain de cause. VoilĂ  pourquoi ils ont jurĂ© de ne laisser Ibk dans cette affaire d’achat d’avion que lorsqu’ils l’auraient apportĂ© des ennuis.
    Une chose est claire, vous ne parviendrez jamais de discrĂ©ditĂ© quelqu’un que le CIEL a accrĂ©ditĂ©. En plus de Dieu, nombreux sont les maliens qui sont en sa faveur et qui lui ont jurĂ© de dĂ©brousser chemin avec lui jusqu’au bout.
    Nous sommes au courant de tout ce que faites pour détruire les bienfaits de cet homme politiquement brave et fort.

  83. A l’heure actuelle, moi je pense que le Mali n’a pas beaucoup besoin de s’opposer mais de se comporter.
    Nous devons tous se comporter comme un acteur Ă  part entiĂšre dans la construction de ce pays.
    Nous devons tous se comporter comme des frùres et des sƓurs.
    Nous devons tous se comporter comme un seul pays, un et indivisible.
    Nous devons tous savoir qu’on est un seul pays dĂ©mocratique et laĂŻc.
    Nous devons tous savoir que ce pays ne se construira jamais sans chacun de nous.
    Nous devons tous croire au développement de ce pays.

  84. Au juste, que veulent SoumaĂŻla CissĂ© et TiĂ©bilĂ© DramĂ©, nullement concernĂ©s par le sort du Mali, au bord du gouffre, et partant, par ce qui se passe en AlgĂ©rie, et dont l’ultime prĂ©occupation est de provoquer le PrĂ©sident Ibrahim Boubacar KeĂŻta, de le mettre, sans cesse en mal (et son Premier Ministre) dĂ©jĂ  aux prises avec d’énormes difficultĂ©s (dont SoumaĂŻla CissĂ© et TiĂ©biliĂ© DramĂ© eux-mĂȘmes en sont les responsables).
    Je veux dire que ces deux hommes ont Ă©tĂ© tristement cĂ©lĂšbres Ă  la C.M.D.T, au MinistĂšre des Finances, au MinistĂšres des Zones arides, Ă  la Rencontre France-Afrique, oĂč TiĂ©bilĂ© a eu Ă  brasser cinquante Milliards de F CFA, pour organiser ce sommet, et dont il n’a pas fait encore un audit (depuis son refus de le faire Ă  l’époque).
    Et cet autre volume d’argent, destinĂ© au dĂ©veloppement des RĂ©gions du Nord du Mali que TiĂ©bilĂ© DramĂ© devait Ă©galement gĂ©rer, alors, nouvellement nommĂ© Ă  la tĂȘte d’un MinistĂšre, spĂ©cialement crĂ©Ă© pour lui, appelĂ© : ministĂšre ‘’des Zones arides’’ ; (que personne ne situe gĂ©ographiquement au Mali !). N’est-ce pas une maniĂšre de camoufler ainsi, la vraie destination de cet argent ?
    En rĂ©alitĂ©, qu’est-il devenu ? Combien d’avions pouvait-on acheter avec ces sommes ?
    En tout cas, je ne sais si ces ‘’Zones arides’’ du Mali, ont connu un dĂ©veloppement ; mais pour ce qui est pour le nord du Mali, on se pose la question sur l’utilisation de cette masse d’argent (dont la rĂ©ponse a crĂ©Ă© la crise actuelle, ce vĂ©ritable bourbier dans lequel nous pataugions aujourd’hui !
    S’agissant de SoumaĂŻla CissĂ©, il a fait crouler la C.M.D.T, malgrĂ© les mesures draconiennes imposĂ©es, aux pauvres paysans, Ă  tel point que certains cotonculteurs ont dĂ©finitivement abandonnĂ© la culture, excĂ©dĂ©s par le poids impitoyable de leurs dettes

    Et pourtant, la compagnie n’a pas prospĂ©rĂ©, au contraire, on a fait appel Ă  la compĂ©tence et Ă  la probitĂ© morale, de mon cousin Coulibaly, qui a conclu la relĂšve, sans vilipender qui que ce soit (pour surfacturations, ou tricheries sur la qualitĂ© du coton, ou autres malversations !)
    Lorsque SoumaĂŻla CissĂ© Ă©tait Ministre des Finances, je citerai deux cas sociaux qu’il devait gĂ©rer :
    ‱ Quand le Syndicat des Travailleurs a Ă©tĂ© sollicitĂ© auprĂšs de lui, quelques augmentations de salaires, vu la conjoncture du moment, il parait que SoumaĂŻla CissĂ© lui a rĂ©pondu : « qu’il n’a pas d’argent Ă  jeter par la fenĂȘtre, ni plus, ni moins »
    ‱ La BMCD Ă©tait ma Banque, quand j’ai appris un jour que la BMCD voulait vendre son terrain (l’actuel emplacement de l’HĂŽtel Salam) pour se restructurer
 on connait la suite pour la BMCD, qui n’existe plus, Ă  cause de l’infime portion de la vente qui lui Ă©tait revenue, et qui n’a pas fait son affaire.
    Quant aux cadres de la Banque, inquiets, ils sont partis voir le Ministre, pour connaĂźtre leur situation, je crois que les cadres de la BMCD, se souviennent encore, de la rĂ©ponse cinglante, amĂšre et suffisante de SoumaĂŻla CissĂ©, Ă  travers laquelle les cadres rabrouĂ©s, ont compris, sans ambages, qu’ils n’étaient point concernĂ©s par cette vente (c’est nous qui avons fait la vente) qui est nous ? Expropriation de la Banque ?
    Son passage Ă  l’UEMOA a-t-il Ă©tĂ© reluisant ?

  85. C’est toujours une mauvaise passe pour qui ne sait pas ĂȘtre rĂ©aliste et objectif : on critique tout et rien, on radote, pour finir par dĂ©lirer. Et Jupiter rend fou celui qu’il veut perdre, dit-on ! A lire entre les lignes le document publiĂ© vendredi dernier, TiĂ©bilĂ© DramĂ©, prĂ©sident du Parena n’a pas oublier le pantalon, mais il semble avoir perdu tout sens de l’orientation, de ma mesure, de la retenue et de la dĂ©cence.

  86. Tiebile tu es juste incapable, ne dĂ©range pas la tranquillitĂ© des honnĂȘtes citoyens. D’oĂč la publication de cet article. Comment c’est passĂ© l’accord d’OUAGADOUGOU ?

  87. Il ne faut pas parler par plaisir ou parce que les autres parlent, mais il faut dire des choses intĂ©ressantes. Des choses qui peuvent nous amener quelque part. C’est zĂ©ro ces revendications M. CissĂ©.

  88. MalgrĂ© ce mirage, le peuple a choisi IBK parce qu’il a Ă©tĂ© trop bernĂ© par les savants comme SoumaĂŻla. AprĂšs sa dĂ©faite en 2002; au lieu de choisir l’opposition, il s’est collĂ© au pouvoir expĂ©rimentant ainsi une dĂ©mocratie atypique. La CMDT fait partie des tristes souvenirs du Mali indĂ©pendant. C’est pendant son passage que le Mali a vĂ©cu les Programmes d’ajustement Structurelles, des programmes contre-productifs conçus inconsciemment pour l’Afrique. Un parti est fait pour conquĂ©rir le pouvoir et non se cacher derriĂšre le pouvoir avec des calculs suicidaires. Il fait partie des cadres que le pays a choyĂ© mais hĂ©las, ils ont Ă©tĂ© des problĂšmes pour leurs patries. Le Mali est Ă  terre Ă  cause de leur gestion illisible. De beaux menteurs, par de beaux parleurs. Heureusement qu’on a tout compris et connaĂźt maintenant tout le monde. Qu’il prenne sa retraite politique car il n’a rien compris Ă  prĂ©sent. Dans d’autres pays des individus comme ça s’effacent des Ă©crans pour ne pas courroucer le peuple. Si SoumaĂŻla avait su se conduire, il aurait pu ĂȘtre PrĂ©sident de ce pays. Mais l’homme a galvaudĂ© ses chances dans des calculs politiciens inutiles en suivant ATT avec des ambitions dĂ©mesurĂ©es. On ne peut pas dribbler Dieu !!!

  89. Mouvement progressif et populaire pour le soutien des pouvoirs au mali.
    DROITS ET DEVOIRS DE L’OPPOSITION
    Deux grands principes doivent prĂ©sider Ă  l’action de l’opposition :
    1- Chercher Ă  arriver au pouvoir par le scrutin ouvert
    2- Ne pas empĂȘcher l’action des gouvernants dĂ©lĂ©guĂ©s par la majoritĂ©.
    Au Mali, une proposition de loi portant statut de l’opposition est en instance. Bien qu’elle n’ait pas encore Ă©tĂ© votĂ©e, les principes qu’elle contient constituent la base de la pratique de tous les jours Ă  savoir :
    De ses devoirs
    * Contribuer au dĂ©veloppement de l’esprit dĂ©mocratique
    * respecter la constitution et les institutions
    * dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts supĂ©rieurs de la nation
    * cultiver l’esprit rĂ©publicain par le respect de la rĂšgle de la majoritĂ©
    * suivre l’action gouvernementale et le cas Ă©chĂ©ant de la critique de façon prĂ©cise et constructive.
    De ses droits
    Il est reconnu Ă  tout parti politique le droit Ă  l’opposition. Toutefois tout parti politique appartenant Ă  l’opposition peut accepter de partager la responsabilitĂ© du gouvernement.
    L’opposition politique bĂ©nĂ©ficie d’un droit de reprĂ©sentation au sein des organes dont les membres sont dĂ©signĂ©s au prorata par les institutions oĂč elle siĂšge.
    L’opposition a libre accĂšs aux renseignements par voie d’audience spĂ©ciale dans les ministĂšres et l’Administration publique. Il ne peut y avoir dĂ©rogation aux dispositions du secret professionnel.
    Audience spĂ©ciale est accordĂ©e d’office tant Ă  la requĂȘte Ă©crite de l’opposition que sur convocation des autoritĂ©s.
    Les missions diplomatiques accrĂ©ditĂ©es au Mali et les personnalitĂ©s Ă©trangĂšres en visite au Mali peuvent recevoir ou ĂȘtre reçues par les dirigeants de l’opposition.
    De mĂȘme les membres de partis politiques appartenant Ă  l’opposition peuvent ĂȘtre invitĂ©es ou reçues par toutes personnalitĂ©s Ă©trangĂšres en dehors du Mali par voie diplomatique.
    A l’occasion des cĂ©rĂ©monies et rĂ©ceptions officielles, le droit de l’opposition aux considĂ©rations protocolaires doit s’exercer suivant les rĂšgles Ă©tablies par le protocole de la RĂ©publique.
    Outre l’égal accĂšs aux mĂ©dias d’Etat, l’opposition a le droit de faire entendre ses positions en français ou en langues nationales sur tous les problĂšmes de l’heure.
    Il est reconnu Ă  l’opposition, le droit aux activitĂ©s politiques et Ă  la libertĂ© de presse (confĂ©rence, meeting, marche) dans le strict respect de la lĂ©gislation en vigueur.
    Au niveau du parlement, l’opposition comme tout autre groupe peut procĂ©der aux propositions d’amendements aux projets de loi, interpellation (orale et Ă©crite) des membres du gouvernement sur les questions d’intĂ©rĂȘt national et enfin le droit Ă  la motion de censure.
    Moyens d’action de l’opposition
    L’article 05 de la constitution garantit la libertĂ© d’association, de rĂ©unions, de cortĂšges et de manifestations.
    Quant Ă  l’article 07, il dit ceci : “La libertĂ© de presse est reconnue et garantie. Elle s’exerce dans les conditions fixĂ©es par la loi ; l’égal accĂšs pour tous aux mĂ©dias d’Etat est assurĂ© par un organe indĂ©pendant dont le statut est fixĂ© par une loi organique”
    En parcourant ces lignes ci-dessus, on se rend facilement compte que l’opposition dispose des mĂȘmes moyens d’action que la majoritĂ© Ă  savoir :
    – Presse : les lois rĂ©cemment votĂ©es par l’AssemblĂ©e Nationale assurent l’égal accĂšs et l’égal traitement par les mĂ©dias d’Etat. Des Ă©missions telles que le forum politique, droits de savoir, tribune sont largement ouvertes Ă  l’opposition indĂ©pendamment du fait qu’elle peut initier d’autres grands dĂ©bats sur des sujets bien dĂ©terminĂ©s.
    – Droit de rĂ©union, de meeting, de confĂ©rence, de manifestations, sont Ă©galement assurĂ©s par la loi. IndĂ©pendamment de tout ceci, l’opposition, possĂšde de radios privĂ©es oĂč l’expression est libre.
    Extrait de Actes du SĂ©minaire International sur le parlementarisme en Afrique de l’Ouest francophones : TĂąches, problĂšmes et perspectives.
    FKA – ADP ; Ouagadougou, 1994, pp 53-55

    QU’ON NE SE FOCALISE PAS QUE SUR NOS DROITS ALORS QU’ON DES DEVOIRS A ACCOMPLIR.
    EST-CE QUE C’EST LE CAS DE L’OPPOSITION CHEZ NOUS AU MALI ?

  90. Selon le ministre des Domaines de l’Etat, son homologue de l’Administration territoriale avait adressĂ© une lettre annulant les lettres d’attributions sur les sites suscitĂ©s et, au besoin, de dĂ©molir les constructions. A le croire, ni les maires ni le PrĂ©fet de Kati n’ont veillĂ© Ă  l’application de cette mesure. Selon Bathily, en cette pĂ©riode d’hivernage, les paysans sont » emprisonnĂ©s » Ă  cause de l’attribution illicite des terres par des maires et PrĂ©fets laxistes.
    » Pendant ce temps, des riches violant la loi sont pris en flagrant dĂ©lit de construction aux yeux et au su de tous sur des propriĂ©tĂ©s qui ne leur appartiennent pas « , s’est plaint le ministre. Avant d’ajouter que » cela se passe dans l’impunitĂ© totale « . « Y a-t-il des forces de l’ordre pour les riches au Mali ?« , s’est-il interrogĂ©.
    Face Ă  cette situation, le ministre pense que l’Etat doit, maintenant, retrouver son sens et sa vocation. C’est-Ă -dire » justice sociale pour tout le monde».Avant de quitter les lieux, Mohamed Ali Bathily a donnĂ© l’assurance que les constructions dans les servitudes du cours d’eau seront dĂ©molies pour le bien ĂȘtre des populations. Idem pour celles construites sur les quatre hectares du Domaine de l’Etat Ă  Souleymanibougou ACI.

  91. Selon le projet de loi adoptĂ© par les dĂ©putĂ©s, l’opposition malienne sera dĂ©sormais reprĂ©sentĂ©e par un porte-parole qui prend le titre de chef de file de l’opposition politique. Il est dĂ©signĂ© par le parti d’opposition ayant le plus grand nombre de dĂ©putĂ©s Ă  l’AssemblĂ©e nationale. Le fait que SoumaĂŻla est devenu chef de fil de l’opposition pourquoi cela dĂ©range les autres opposants.
    Du point de vue de ses avantages, le chef de l’opposition politique au Mali est assimilĂ© au premier vice-prĂ©sident de l’hĂ©micycle. Il a un cabinet et sa prise en charge est inscrite au budget national. Il a Ă©galement sa place dans le protocole.

  92. Le Mali, ayant Ă©tĂ© bĂąti sur le socle inaltĂ©rable de la vĂ©ritĂ© et de la justice, de l’amour, de probitĂ© morale, du respect de soi et des autres,
 des mensonges d’aujourd’hui, de folie du gain, et du gain facile, des trafics Ă©hontĂ©s du foncier, des coups bas, escroquerie, trahisons, ne nous mĂšneront nulle part, mieux vaut donc retourner Ă  nos valeurs d’antan, qui ont fait la grandeur du Mali et ‘’ son bon vivre’’ Ă  l’unisson !!

  93. En tout cas, pour moi, vu l’acharnement, les tintamarres et la pression sur le PrĂ©sident de la RĂ©publique, suscitĂ©s, Ă  cause de cet avion, (d’ailleurs Ă  notre terre si longtemps, et soi-disant rĂ©parĂ© ; ou tripotĂ©) ; ne misait-on pas sur un imminent crash de cet appareil douteux, pour Ă©liminer Ibrahim Boubacar KeĂŻta, si tĂŽt, afin d’aller Ă  de nouvelles Ă©lections ? Calcul politiciens revanchards ?
    Je pense que mon cousin a du flair, pour ne pas tomber dans un piùge aussi grotesque, (et ne doit pas regretter son choix
)

  94. L’opposition n’a pas besoin d’avoir un chef tout les parties qui ne sont pas au pouvoir peuvent critiquer ou faire des complĂštement au gouvernementales en place
    Les parties politique ont tous des chefs Ă  l’assemblĂ©e nationale
    Au Mali les hommespolitique ne pense pas au dĂ©pensĂ© de l’Ă©tat
    Ce problĂšme de chef de l’opposition Ă  Ete mise en place pour gaspiller l’argent public et sa ne rapporte rien je donne un exemple en France c comme ont nommĂ© Sarko pour ĂȘtre le chef de l’opposition de Marine ou MĂ©lenchon sa tiendra pas route

    • Le plus idiot des Ăąnes, ferme ton cul profond rouge lĂ  😆 😆 😆 tu n’as rien ta petite tĂȘte pour dĂ©noncer un systĂšme. Ce statut a Ă©tĂ© approuvĂ© l’opposition elle mĂȘme.

    • Sikasso tu es un vĂ©ritable abruti. Tu ne sais pas que pour une bonne dĂ©mocratie, il faut asseoir les contre-pouvoirs? IBK veut par lĂ  que l’opposition aussi, qui se dit « Ă©claireur de la population » soit associĂ©e Ă  toutes les Ă©tapes de la gouvernance. OĂč se trouve le gaspillage? Si tu n’as rien Ă  dire ferme ta gueule.

Comments are closed.