Sy Kadiatou Sow et Sacko Ami Kane : Deux courageuses gouverneures

6

Mmes Sy Kadiatou Sow et Sacko Aminata Kane sont jusque là, les deux femmes gouverneures dans l’histoire du Mali. D’avril 1993 à février 1994, Mme Sy a été gouverneur du district de Bamako. Et depuis le 1er juin dernier, Mme Sacko Ami dirige le gouvernorat de la ville des trois caïmans. Kadiatou Sow et Ami Kane incarnent toutes deux, le courage au féminin. Leur portrait croisé !

Mme Sy Kadiatou SOW : première femme gouverneur

Titulaire d’une Maîtrise de lettres modernes et d’une Licence de droit public de l’université de Paris X Nanterre en 1978, Mme Sy Kadiatou Sow est la première femme à occuper le poste de gouverneur dans l’histoire du Mali. Elle a derrière elle, une riche carrière administrative et de militantisme à la fois politique et associative. De 1982 à 1990, elle a été Gestionnaire des Ressources Humaines à la Compagnie Malienne de développement des textiles (CMDT).

Figure emblématique du mouvement démocratique, elle a pris une part très active dans la chute de la dictature du Général Moussa Traoré et l’avènement de la démocratie au Mali. Membre fondateur du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (Adema/PASJ), elle a été la Secrétaire générale adjointe de son comité exécutif de 2000 en 2003 et directrice de campagne du candidat de l’Adema aux élections présidentielles de 2002. Depuis février 2009, elle est la présidente du comité exécutif de l’Association ADEMA, «Alliance pour la démocratie au Mali».

En avril 1993, elle est nommée au poste de gouverneur du district de Bamako. Une première ! Elle est à la fois chef de l’exécutif régional et présidente du conseil du district. Mme Sy entreprend de nombreuses initiatives comme l’impulsion et le renforcement de la dynamique GIE (Groupements d’Intérêt Economique) dans la gestion des déchets urbains et la dynamisation du jumelage-coopération entre Bamako et ses villes sÅ“urs. L’action la plus importante de son passage au gouvernorat demeure sans doute le programme «Sauvons notre Quartier ». Ce programme de réhabilitation des quartiers spontanés visait à renforcer la sécurité foncière des habitants et à améliorer leurs conditions de vie. Après cette expérience réussie, elle débute en février 1994 une carrière ministérielle. De février à octobre 1994, elle est Ministre des Affaires Etrangères, des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine. Pendant presque six ans (octobre 1994 à février 2000), elle est Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat.

Par la suite, elle a été la directrice du Projet d’appui au développement communautaire.

Sur le plan associatif, cette femme de très grande conviction, constante dans ses prises de position, est une militante du mouvement féminin. Entre 1991 et 2000, elle a été la présidente du collectif des femmes du Mali (COFEM) et membre du Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires (REFAMP).  Salama, comme l’appellent les proches, est la présidente d’honneur de plusieurs associations de jeunes dont les Clubs UNESCO et Jeunesse de l’Union africaine de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie, la Fédération malienne de Scrabble.

Si en 2009, elle a eu le trophée d’initiative décerné par le patron d’Airness à certaines femmes battantes, Mme Sy Kadiatou Sow, n’a jamais reçu de distinction honorifique de la part des autorités maliennes.

 

Sacko Ami Kane : actuel gouverneur

Sur dix gouverneurs que compte présentement le pays, elle est la seule femme. L’actuelle patronne du gouvernorat du district est Contrôleur général de Police de son état.  Sacko Ami Kane, c’est son nom, est la deuxième femme gouverneur de l’histoire du Mali.

«Un responsable devait avant tout avoir le courage de prendre des mesures impopulaires », disait Feu Aboubacar Sada Sy, mort tragiquement dans un accident de la circulation sur la route de Tiénfala. Même si le Contrôleur Général de Police Ami Kane n’est pas un disciple de ‘’Bouba’’, elle a cette dose de courage de prendre des décisions impopulaires. A peine installée dans ses fonctions, le nouveau Gouverneur du District de Bamako est monté sur ses grands chevaux.

En collaboration avec la mairie du district, elle a entrepris le 21 juillet dernier, une vaste opération de libération des abords de quelques grandes artères de la ville des trois caïmans. L’opération «Ami Kane» ou opération «Bulldozer» a fait couler beaucoup d’encre et de salive. En dépit de quelques manifestations, elle est restée imperturbable. La stratégie de Madame le gouverneur fut payante car avant l’arrivée de l’équipe de déguerpissement, de nombreux citoyens ont volontairement démonté leurs kiosques et étals. L’opération de libération des servitudes publiques, une initiative salutaire et sanitaire, est une nécessité absolue dans une ville où le désordre et l’anarchie ont pris une proportion inquiétante sur fond d’incivisme notoire.

De 1976, année de son intégration à la police à nos jours, elle s’est forgé une solide réputation bâtie au cours de plusieurs années de bons et loyaux services rendus à la nation. Directrice de la police judiciaire à la Direction générale de la police nationale avant sa nomination, Mme Ami Kane a dirigé d’une main d’experte de nombreux commissariats de police où elle s’est distinguée par des résultats encourageants obtenus dans la lutte contre le banditisme. Femme de terrain et de grande autorité, Ami Kane n’est pas le commandant qui envoie ses fantassins en première ligne.

Fort caractère, courageuse, imperturbable…..

Une réformatrice ? Sans aucun doute. Femme d’expérience, dotée d’une grande compétence, elle est l’exemple de l’officier qui s’est toujours illustré par son engagement à préserver les valeurs fondamentales de la police nationale. Son militantisme pour les droits des femmes et de l’enfant va l’amener à défendre devant plusieurs tribunes la cause des femmes. Chevalier de l’Ordre national, elle faisait partie en 2011, des maliennes exceptionnelles qui ont reçu le prix « Women of Excellence » de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Mali.

De fort caractère, déterminée, courageuse  et imperturbable, elle oppose toujours un sang-froid doublé  d’une grande sérénité aux coups bas et autres attaques personnelles. Très croyante et vivant foi profonde et sincère, elle reste convaincue qu’elle a la mission de lutter contre l’injustice et l’arbitraire.

Ses méthodes rigoureuses de travail, son intégrité, son sens élevé de la responsabilité et surtout son attachement aux règles de transparence, peuvent lui attirer des ennuis comme ce fut le cas dans un passé récent où elle a subi un lynchage médiatique d’une rare virulence.

Partout où elle passe, Mme Ami Kane mène le combat qu’elle croit juste.

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Deux bravoures et autant d’intrépidités, Mmes Sy et Sacko sont des icônes dans un monde de phallocratie où le sexe devient stigmate. Chapeau à vous, vous faites la fierté de tous bons maliens.

  2. Ami Kane n’est pas comparable a celle qui a fait partie du clan CMDT. Les magouilles foncières ont existé tout le temps de Kadiatou Sy et on sait qui est qui!!!!!! Ami Kane il faut le dire est sans pareil sur le plan de l’intégrité.

    • Ami Kane n’est pas du tout comparable à Kadiatou par le fait que Ami n’a eu que la 1ère partie du bac ;elle n’a fait aucune étude après ce passage au lycée de jeunes filles, avez vous constaté Mme Sako a même de la peine à s’exprimer en français et c’est elle que vous comparez à Mme Sy pardon cher journaliste renseignez vous avant d’écrire merci

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here