Tenue des Concertations nationales les 26, 27 et 28 novembre 2012 : La survie de la Nation et de la République en jeu

10 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Notre pays vit,  depuis la rébellion touareg de janvier et les événements du 22 mars, la plus grave crise de son histoire millénaire. Les 2/3 du territoire national sont occupés  et le Sud est au bord de l’implosion, faute d’accord entre ceux qui ont vocation naturelle à concourir au suffrage, à orienter, à encadrer l’opinion et  à incarner les Institutions au nom et pour le compte du peuple souverain. 

Si l’on ne prend garde, c’est la survie de la Nation et de la République qui est en jeu.  Un des  aspects très préoccupants  de cette situation de crise est la remise en cause de la liberté religieuse des populations et la laïcité  du pays.  Une situation qui s’est manifestée  par des actes  inqualifiables  sur des personnes et des édifices religieux (Mosquées, Eglises, Temples et autres édifices à caractères religieux). Les différentes initiatives des pouvoirs publics, de la classe politique, des organisations de la société civile, des congrès et  des factions ont appelé à la mise en place d’un Gouvernement d’Union nationale.

La mise en place de ce Gouvernement a décrispé la situation politique et  ouvert la voie aux assises nationales qui ont pour objet, l’adoption d’une feuille de route consensuelle pour la transition.  Ces actions ont permis d’améliorer le climat de confiance tant au plan national qu’international. Les Concertations nationales des forces vives du Mali doivent aboutir, après  un  dialogue franc et inclusif, à la réconciliation des cœurs  et des esprits.  Elles doivent préserver les acquis de la Transition.

Retour de la confiance  et soutien des partenaires 

L’opinion internationale, dans son ensemble, est prête à  accompagner notre pays. Constellation  : l’adoption à  l’unanimité des 15 pays membres du Conseil de sécurité de la résolution 2071, le 12 octobre 2012 ; les résolutions du Groupe de suivi de la crise malienne du 19 octobre 2012 à Bamako ; la  réunion des chefs militaires de l’Union Africaine, de la cedeao et de l’armée malienne tenue à Bamako du 3 au 5 novembre 2012 pour l’élaboration de la stratégie d’intervention  au Nord du Mali ; la reprise de la coopération avec le Fonds monétaire internationale et enfin les  bonnes dispositions de l’Union Européenne à reprendre sa coopération avec le Mali.

Dans ce contexte, les Concertations nationales des forces vives de la Nation doivent consolider les acquis afin  que la Transition puisse  atteindre, dans  les plus brefs délais, ses missions essentielles, à savoir, la reconquête du Nord  du pays ; le retour de l’administration et des déplacés  et l’organisation d’élections libres, fiables et transparentes.

Sauvegarde de la République par un consensus national 

La remise en cause desdits  acquis risque de plonger le pays  dans une nouvelle crise socio-politique, à sa  stabilité  et à la cohésion nationale. Ces Concertations nationales des forces vives du Mali doivent conduire à un sursaut national indispensable, à la préservation de la Nation et de la République.

Pour  ce faire, nous devons mettre  en veilleuse  nos intérêts  partisans  au profit de l’intérêt national, à savoir, la sauvegarde de la République ; la sauvegarde de l’unité, de la diversité nationale et des valeurs de tolérance.  Nous devons,  dans un consensus national, dégager les voies et moyens pour une sortie durable de la crise en conciliant les   préoccupations de toutes  les forces vives de la Nation.

B. DEMBELE

 
SOURCE:  du   20 nov 2012.    

10 Réactions à Tenue des Concertations nationales les 26, 27 et 28 novembre 2012 : La survie de la Nation et de la République en jeu

  1. Kassin

    Le concert national ou concert géant est en réalité le bal des opportunistes qui tentent par tous les moyens de substituer une mascarade de concertation à la constitution du Mali du 25/02/1992.

    Après le coup d’état du 22 mars 2012, l’accord cadre anticonstitutionnel du 6 avril 2012 cette concertation de Kati et copain qu’on veut faire croire que c’est « Nationale » alors qu’elle n’est même pas locale est une troisième violation flagrante de la constitution du 25/02/1992 que tous les maliens démocrates doivent combattre par tous les moyens et avec la dernière énergie puisqu’elle n’a d’autre objectif que de légitimer le pouvoir illégal des spadassins de Kati et de leurs cohortes du Copam, du Mp22 et de Yerewoloton.

    Donc peuples du Mali, je vous exhorte à plus de vigilance sinon vous allez dire adieux à la liberté et à la justice pour au moins 20 ans encore si jamais vous leur laisser vous imposer une mascarade de concertation.

    À bon entendeur salut!

  2. Kassin

    Pourquoi les « concertations nationales » sont dangereuses dans le contexte actuel du Mali?

    Les dates des « concertations nationales » sont fixées pour les 26, 27 et 28 novembre 2012.

    Pour sortir de la crise institutionnelle et sécuritaire en quoi ces « concertations » vont être inutiles et dangereuses au Mali?

    En apportant leur soutien appuyé ou tacite aux auteurs du putsch du 22 mars 2012, les partisans de ces « concertations nationales » (Mp22, Copam, CMD notamment), ont montré clairement leur mépris pour la constitution du Mali du 25/02/1992.

    Alors que rien ne justifiait la dissolution de cette constitution, les mutins de Kati et leurs apôtres de politiciens affamés ont juré de mettre le grappin sur le système démocratique du Mali, en s’attaquant d’abord à notre loi fondamentale et à nos institutions de la république sous le couvert fallacieux d’un coup d’état contre ATT et son régime qui rappelons le seraient de toutes les façons partis le 8 juin 2012, à l’issue de l’investiture du nouveau président démocratique élu par le scrutin qu’ils ont avorté, et dont le premier tour était prévu le 29/04/2012.

    Par la détermination de la communauté internationale, des amis du Mali et de la Cedeao, les aventuriers du 22 mars 2012, qui n’ont honoré aucun de leurs engagements devant le peuple malien (trahison de serment militaire, et non reconquête du nord comme annoncée dans les communiqués CNRDRE difficilement lus par les soldats de la garnison de Kati), n’ont pas réussi à triompher sur la constitution plébiscitée par le peuple malien par référendum le 25/02/1992.

    Mais à la manière des charognards qui n’abandonnent jamais la dépouille d’un cadavre gisant dans la nature, les opportunistes de tout acabit, dépeints en patriotes de la 25ème heure, organisent un bal masqué, sous le nom de « concertations » pour afin venir à bout du peu de légalité qui existe encore au Mali.

    Ces apprentis sorciers rêvent d’un « remake » de la conférence nationale de 1991 mais seulement à l’envers.

    Pourquoi?

    Tout simplement, la constitution qui est en vigueur au Mali, est une émanation de la volonté populaire clairement exprimée des maliens de toutes les régions alors que la mascarade qui débute le 26 novembre 2012, n’est ni moins ni plus qu’un business privé savamment orchestré pour assurer la promotion privée d’une bande de copains de circonstance qui ont juré de maintenir le Mali à genou pendant plusieurs décennies rien qu’en naviguant dans l’illégalité et en piétinant indéfiniment notre loi fondamentale et nos institutions de la république.

    Peuples du Mali ne soyez pas étonnés si le bal masqué des opportunistes vient vous dicter une architecture institutionnelle et politique totalement anticonstitutionnelle pour conduire la transition politique au Mali.

    C’est leur seul dessein et leur seule préoccupation, parvenir à remplacer notre constitution par une mascarade de texte issu des concertations qu’ils veulent nationales alors qu’elles n’ont même pas la qualité requise pour être locales à fortiori régionales.
    A l’issue de ce grand théâtre vous verrez certainement des propositions contre nature sur la gouvernance au Mali qui donnera sans nul doute une place de choix aux putschistes du 22 mars et de leur premier ministre  » pleins pouvoirs de l’usurpation » (grand voyageur inutile de la république) contre toutes les dispositions constitutionnelles qui régissent les fondements et le fonctionnement des pouvoirs et des institutions en république du Mali.

    L’heure est grave mes chers compatriotes et soyez vigilants pour préserver le caractère démocratique des textes qui régissent notre république et surtout leur bonne exécution dans la conduite de la transition politique au Mali.

    Aux députés élus à l’assemblée nationale du Mali, à nos juges constitutionnels, restez les gardiens de la légalité au Mali, il en va de la crédibilité du Mali en un moment charnière de la vie de notre nation.

  3. Dr ANASSER AG RHISSA

    LES MALIENS DOIVENT DÉPASSER LEURS ÉGOS ET PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR SE CONCERTER, DÉFINIR LE FUTUR SOUHAITÉ, NÉGOCIER ET S’ENTENDRE LIBREMENT SUR CE QU’ILS VEULENT DEVENIR

    Bonjour,
    Merci pour les nombreux internautes et Maliens qui échangent sur le devenir du Mali. Certains pensent que le fédéralisme sera imposé aux Maliens par des organisations et des pays étrangers.

    La bonne gouvernance passe par l’unité du commandement mais aussi par la fixation de règles claires entre commandements pouvant être hétérogènes, à condition que les parties prenantes s’y conforment.

    Ce dernier cas est semblable à celui qui est nécessaire pour l’élan harmonisé entre les différents contingents qui composeront la force de la CEDEAO/UA/ONU qui sera utilisée pour la restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Donc, une parfaite harmonisation entre les différentes parties prenantes est nécessaire pour atteindre, sans surprise, un objectif.

    C’est le cas de la négociation qui exige qu’on sache qu’est ce qu’on doit négocier, avec qui et pourquoi en ayant défini au préalable des principes, conditions et des règles à respecter, d’où la proposition que j’ai faites d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales, de négociation pour une sortie durable de la crise.

    Les propositions que font les Maliens ont pour but de retrouver leur souveraineté en s’entendant sur une solution consensuelle pour une sortie durable de la crise. Si les miennes coïncident avec celles de beaucoup de Maliens (politiciens ou membres de la société civile), tant mieux, c’est cela qu’on cherche.

    Mais s’étonner, comme certains le sont, qu’il y ait identité de vues avec des pays ou des organismes étrangers est surprenant.

    Chacun a sa façon de voir, ce qui n’empêche pas des points de vue identiques.

    Au contraire, nous devons apprécier le fait que plusieurs pays s’accordent, aujourd’hui, sur l’intérêt de la négociation pour éviter les méfaits et les effets collatéraux d’une guerre.

    Contrairement à ce que disent certains, je ne pense pas que tout soit déjà ficelé par l’ONU ou par certains pays.

    C’EST AUX MALIENS DE DÉFINIR LE FUTUR QU’ILS SOUHAITENT ET DE TRAVAILLER ENSEMBLE EN FIXANT DES PRINCIPES ET DES CONDITIONS A RESPECTER POUR Y PARVENIR.

    Le MNLA et Ansar Dine seront soumis à des principes (non impunité, respect des droits de l’homme, refus du terrorisme, coexistence pacifique) et des conditions (dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) fixés par les Maliens d’un commun accord et non par des étrangers, comme certains le pensent.

    La condition d’indivisibilité est contraire au concept de fédéralisme. De ce fait, si ailleurs certains veulent imposer ce dernier, c’est aux Maliens de s’y opposer.

    C’est aux Maliens de s’entendre pour bâtir un Mali nouveau répondant à leurs souhaits et aux conditions et principes qu’ils définiront.

    C’est pourquoi, les Maliens doivent s’entendre sur un guide et une plate-forme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise.

    D’où l’intérêt de ma proposition en ligne sous forme de lettre ouverte au Président du Mali, au gouvernement, à la commission nationale d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens, mais aussi au médiateur.

    Souhaitons que tous les Maliens dépassent leurs différences pour s’accorder sur ce qu’ils veulent devenir sans qu’on le leur impose d’ailleurs.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  4. celui qui se tape blanche neige et sa coco 100 armes

    L’homme le plus riche de l’Histoire est malien

    http://www.slateafrique.com – 19/11/12

    … selon eux bien sûr…

  5. Fousseni Sangare

    Nous les autres maliens qui n’avions pas de bras long a Bamako n’accepterons jamais la marginalisation dans la reconstruction du pays! Alors faites attention dans vos decisions!

  6. le scientifique

    b-maiga , vous osez nous demander où sont passer les milliards . va demander au MNLA , nous leur avons tout donné .
    et puis en plus vos arguments sont vides de sens , aucune objectivité là de dedans . de plus vous avez pris parti pour ces apatrides du MNLA , vive le mandé , vive le songhai , ce que vous voulez c’est nous separé , eh bien c’est rater . ces deux empires sont tombés , nous avons appris à vivre ensemble dna le respect et la convivialité et le sounagouya .
    divisez pour mieux regner . c’est bien la strategie que tu utilises . tu es demasqué mon vieux . sache que je te surveille dorenavant .

  7. cheikmodibo sanogo

    Je suis sur que ce pays na plus d’avenir, car je ne comprends pas ceux que le premier ministre est entrait de faire en se contredisant tout les jours. IL disait personne ne viendra libérée se pays a la place de non forces armés et aujourd’hui il dit le contraire à quand un homme de parole pour ce pays ? Ou bien il était sous informé par ses complices SANOGO et DICKO. Se qui est arrivé au Général Moussa TRAORE en 1991 et a ATT en 2012 ne va pas l’échappé. Il connait très mal le Mali et le malien. D’après Alpha BLONDI ont applaudit pour te faire monté sur l’arbre après ont applaudit pour te faire descendre. Le PM.na jamais été un premier ministre de transition car pour moi un premier ministre de transition doit être d’abord quelqu’un d’impartial et transparent. Je voulais qu’il renonce a tout les anciens systèmes, c’est à dire nous dire a combien un ministre est payé au Mali? A combien il est rémunéré? Nous dire aussi si un ministre est en déplacement les frais de déplacement coûte combien au pays? Car je voie si un ministre se déplace il est accompagné par des dizaines de V8 comme au temps d’ATT. Hors nous vivons dans un pays pauvre; tout les maliens voient que non militaires se déplacent avec ces même V8 en masse. Je voulais qu’il nous dise ses militaires fonts quoi avec ses grosses cylindrés dans un pays pauvre comme le Mali, et que la consommation et l’entretien coutent chers. nous voulons qu’il nous dise combien est payé un Directeur , un sécréteur général dans un ministère et quels sont leurs droits en terme de déplacement pour rassuré la population et semer la confiance entre nous les pauvres et les Hommes aux pouvoirs que des ministres, des Directeurs, des Généraux , des Capitaines, des Colonels, des lieutenants, des commissaires, des Douaniers, des inspecteurs, des présidents par intérims des premiers ministre au plait pouvoir deviennent Milliardaires au détriment des pauvres citoyens qui se tuent entre eux sans cherché a comprendre parce que tu es leurs proches ou parce que tu viens de leurs région et non de te soutenir a travers tes dits et tes actes. Merci à vous les INTERNAUTES dans un pays ou les gens changent : de langage, de soutien et de promesse pour des intérêts personnels. Car il y’a des chefs religieux aujourd’hui milliardaire dans se pays !!!! Étant donnée en 1990 ils ne se sont jamais intéressé de la politique ni du pouvoir et en 2002 ils étaient tous porche ou même conseillers du président ATT !!! Et aujourd’hui ils sont devenues alliés et complices avec le premier ministre et le capitaine SANOGO pour leurs propres intérêt et non l’intérêt de Dieu ou de la nation, que nous les pauvres villageois non informés non instruis et qu’ont ne voient pas loin de notre nez passent notre temps à lès applaudir soit disant Musulman !!! Et d’ailleurs ces même musulmans disaient au Général Moussa de coupé les mains des voleurs, de tué ceux qu’ils fonts l’adultères étant mariés, de n’est pas avoirs de l’argent qui dépasse 10 millions de n’est pas acheté des voiture dont la valeur dépasse 5 millions aujourd’hui ils sont tous MILLIARDAIRES avec des véhicules dont la valeur dépasse les 60 millions. Nous vivons donc dans quel pays MUSULMAN ??? Pour faire dormir la conscience des pauvres ???Car il dit chaque fois aux pauvres que demain vous appartenez pour lès soulager et continuer a menacés les leaders politiques avec ces pauvres pour dire que le politique ne doit rien décidé sans nous ???

  8. b_maiga

    C’est une bonne initiative si ces concertations permettront de faire sortir le pays de la crise.

    On ne garde pas une equipe qui perd tout le temps.

    L’ancien Mali est fini et il faut imaginer une nouvelle.

    Aprés la guerre il faut tout changer tout au Mali même le nom : Rien ne sera et ne doit être comme avant.

    Explications:

    Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
    La fondation de mali est basé sur du mensonge.

    Cher compatriotes on a l’occasion de changer ce pays : c’est un don de Dieu.

    L’etat actuel du pays est le resultat de tous politiques utilisés:
    un gouvernement central n’est pas adapté à notre pays :il genere des dictatures, des guerres ethniques, la pauvreté etc..
    Un micrcosme de politiciens vereux qui font la pluie et le soleil à Bamako en se remplissant les poches ,
    se foutant pas mal de ce qui se passe dans le reste du pays,et à coté de l’aeroport de Senou pour vite aller se faire soigner
    en France s’ils ont des hemorroides
    Le pays est immence ,et Bamako n’est pas cental ,mais à une extrémité d’un pays ou les moyens de communications sont maigres ,
    routes ,telephone qui marche quand il veut .Les jeunes du Nord s’ils veulent faire des etudes doivent venir jusqu’à Bamako à plus
    de 1000 kms de chez eux etc…..etc ….!! Alors oui ,une decentralisation permettrait aux regions du Nord de se prendre en main,et si
    çà ne marche pas elle ne pourront s’en prendre qu’à elles memes et pas à Bamako . Soit disant des milliards et des milliards qui
    ont été donnés au Nord , mais qui les a vu ?? n’ont ils pas été détournés en route ???
    Si on met en place un systeme federal : c’est aussi le donner le pouvoir aux peuples comme aux etats unis, en espagne en allemangne etc ….
    ça evite d’avoir des dictatures de 20 ans avec des generaux ou des capitaines
    Nous serons les premiers à en profiter :
    A bamako c’est un capitaine qui dirige le pays : c’est ça que vous voulez?
    Tabasser un president quand on veut : c’est ça que vous voulez?
    Je vous invite tous à reflechir pour trouver des solutions .
    Vive le Songhoi
    Vive l’Azawad
    Vive le Mandé
    Et vive les etats unis du sahel.
    Rien ne doit être comme avant :

    The change : YES WE CAN and right now.

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci, B_maiga, de votre contribution mais tout ce que vous dites peut être obtenu dans un environnement caractérisé par une décentralisation bien gérée et un développement équitable et endogène (utilisant autant que possible les ressources locales), sans avoir besoin de fédéralisme.

      On peut responsabiliser, à travers la gouvernance participative et une bonne coopération entre niveaux (global, régional (sous-national) et local), sans ce fédéralisme.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  9. Dr ANASSER AG RHISSA

    RÉSUMÉ DE LA LETTRE OUVERTE PORTANT SUR LE GUIDE ET LA PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE POUR TOUS DE LA CRISE MALIENNE

    Tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme incluant ceux de la diaspora et des régions doivent participer à ces consultations nationales.

    De même que les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, respectant certains principes (non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et certaines conditions (refus du terrorisme, restauration de l’intégrité territoriale, laïcité).

    Bonjour,
    Cette proposition s’adresse à son Excellence Monsieur le Président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, à son Excellence Monsieur le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, à son Excellence Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement de transition du Mali, à Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les responsables du comité d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens.

    C’est le résumé d’une lettre ouverte publiée sur internet, en particulier sur maliweb, tamtaminfo, agora21 et facebook.

    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, sur internet, elle est intitulée :

    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, elle est intitulée sur internet :

    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte.

    Ces propositions ont été enrichies par les très nombreux échanges que j’ai eus sur internet, en particulier sur maliweb, essor, tamtaminfo, agora21, facebook, avec des milliers d’internautes au sujet des conférences nationales et de la solution à la crise Malienne. Je profite pour les remercier pour leurs contributions et leur engagement.

    Je propose un guide et une plateforme, qu’il est souhaitable que tous les Maliens utilisent, pour aider à résorber durablement la crise.

    Il est souhaitable qu’ils soient utilisés par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme peuvent aussi être utilisés par le médiateur de la CEDEAO pour la crise malienne comme plateforme de négociation.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com