Transition politique : Pourquoi Oumar Mariko fait peur ?

29 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les politiciens véreux ont peur de l’ascension de Oumar Mariko, pourtant fer de lance de la «Révolution du 26 mars 1991». Dr. Oumar Mariko, par son intransigeance, fait peur et fera toujours peur pour la simple raison  qu’ils ont le pantalon troué. La démocratie a été transformée en «mangeocratie». Vingt ans après, le bilan est loin des espérances, car les règles de gestion de la démocratie, d’ailleurs de l’Etat tout court, ont été très vite confisquées par des filous et autres crapules.

Oumar Mariko

Dans cet Etat en déconfiture, sans nul doute par leur faute, que le PARENA, dont l’ambition déclarée est la relance du mouvement démocratique et l’ancrage à gauche de la politique malienne, tente un pari difficile avec l’ADEMA pour perpétuer cette gouvernance. Ils ne comprennent toujours que le Mali doit changer et se refusent de tirer les conséquences du «coup de force du 22 mars 2012».
Aujourd’hui, toute la  vielle classe politique malienne a une haine viscérale  contre l’ancien leader estudiantin, «tombeur» du régime de l’ex-UDPM, qu’elle a toujours voulu utiliser comme «un cheval de Troie». Cette classe politique, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, est malheureusement aidée dans son plan machiavélique par une certaine presse de notre pays. Leur haine viscérale, contre le Docteur Mariko, ne doit tout de même pas les conduire à tronquer l’information et cacher la vérité à leur peuple ; car pour aider son peuple, il n’y a qu’une seule voie, celle de tenir le langage de la vérité.
Partisan d’une République des valeurs, le docteur Oumar Mariko l’a soutenu à maintes reprises : «Je préfère être écouté par le peuple malien que d’être applaudi par lui ; car le jour où le peuple malien, dans sa majorité, me comprendra, s’ouvrira cette nouvelle gouvernance pleine d’espoirs et d’espérances».
Comme dit l’adage, «nul n’est prophète en son pays». Oumar Mariko est une icône à l’extérieur.

Son parcours
Le Docteur Oumar Mariko est le secrétaire général du parti SADI chargé des relations extérieures a été successivement :
- membre du Comité Directeur de l’Union des Elèves et Etudiants du Mali(UNEEM) ;
- membre du groupe clandestin Garan Kouyaté ;
- membre du groupe UNESCO ;
- secrétaire général du comité de la coordination des Associations des Elèves et Etudiant du Mali (AEEM) ;
- membre fondateur du Comité National d’Initiative Démocratique (CNID-Association) ;
- membre fondateur de Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance-Mouvement ;
- membre fondateur du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance ;
- membre du Comité du Salut du Peuple (CTSP)-Instance politique et législatif du Mali sous la transition ;
- député à l’Assemblée nationale du Mali ;
- président du groupe d’Amitié des Parlementaires avec le Venezuela ;
- président du groupe d’Amitié des Parlementaires avec Cuba, Haïti, Bolivie, Jamaïque et Nicaragua ;
- président du groupe Parlementaire des partis PARENA-SADI ;
- directeur général du Réseau de communication Kayira (Chaîne de radios associatives de proximité) ;
- président de l’ONG-MEDES/SAPCOM ;
- et promoteur de la Polyclinique Mah Doumbia.

Ses qualités d’homme d’Etat
En plus de toutes ces qualités, l’homme s’est distingué par son attachement à la défense des droits humains : droits à la santé, à l’éducation, à l’accès à l’eau potable, à l’emploi. Il a mené ces luttes pour l’intérêt général et la démocratie populaire. Dr : Oumar Mariko œuvre sans relâche pour la solidarité entre les peuples. Sa constance dans la défense de ses idéaux.
Il a toujours démontré ses qualités d’homme par la pertinence dans ses débats et propositions d’alternatives sur les questions de développement de notre pays au sein du Parlement Malien, dans les foras et rencontres politiques au Mali, dans la sous région, ouest-africaine et partout ailleurs dans le monde.
Ses thèmes de prédilection sont la lutte pour la souveraineté alimentaire, le développement de l’agriculture, la lutte contre l’agro-business, la solidarité Nord-Sud et l’alliance entre les peuples d’Afrique, d’Amérique Latine et des caraïbes, la lutte pour l’annulation totale et inconditionnelle de la dette des pays du tiers monde, et une représentation plus juste et plus digne du continent africain au niveau des instances de décision politique et économique dans le monde.
Dans ses discours et prise de positions, Oumar défend les principes du non alignement, de la multipolarité des relations internationales et le règlement pacifique des conflits par le dialogue sur la base des principes de non ingérence dans les affaires intérieures des pays, le respect de leur souveraineté et de leur indépendance.
Principes défendus par les illustres pères de nos indépendances tels que Modibo Keita, Kwamé Nkrumah, Ahmed Sékou Touré, Julius Nyerere, Gamal Abdel Nasser, Thomas Sankara, Amilcar Cabral…
Son combat
Son combat est permanent au plan politique-dans le cadre du parti SADI et institutionnelle-à l’Assemblée Nationale contre les privatisations et le bradage des entreprises et des secteurs stratégiques a été notoire et notamment (la régie des chemins de fer du Mali, la CMDT, HUICOMA, l’Office du Niger, la SOTELMA, la BIM-SA, les mines d’or de Morila, Sadiola, Kéniéba et autres…)
Initiateur des dynamique de développement local, telles que les coopératives agricoles, les mouvements paysans, les syndicats ouvriers, les mouvements de défense des immigrés par exemple l’association malienne des expulsés (AME), les immigrés de la Libye ; candidat aux élections présidentielles de 2002 et de 2007.
En plus de tous ces atouts le Docteur Oumar Mariko est soutenu par un mouvement dénommé AM-2012, initié par ses amis d’école et de l’Université, de nombreuses personnalités de la société civile qui s’identifient en lui et le considèrent comme le porte parole authentique de tous de ceux qui sont victimes de l’oppression.
Ah l’Afrique ! Apparemment condamnée à supporter des dictatures militaires ou des démocraties bananières  avec des «dirigeants démocrates» pour qui les votes sont des chèques en blanc donnés à leurs équipes dont la vertu essentielle est loin d’être une gestion correcte des deniers publics.
Selon Blaise Compaoré, les hommes politiques en Afrique ressemblent à des «tubes digestifs». Heureusement qu’il y a une exception chez nous, Oumar Mariko, parce que s’il n’existait pas au Mali, il aurait fallu l’inventer.
Amy SANOGO

SOURCE:  du   13 nov 2012.    

29 Réactions à Transition politique : Pourquoi Oumar Mariko fait peur ?

  1. Appreciate is a exclusively reasonable and therefore enough answer to the problem of a persons daily existence. [url=http://www.ruesee.com/]ruesee.com[/url] ruesee.com

  2. Add‘to waste material your time and effort in a man/female patient,what person isn‘to happy to waste material their particular period with you. [url=http://www.c22.fr/]c22.fr[/url] c22.fr

  3. LeVeridique

    Je suis vraiment outré par un tel article. Au Mali, on vent les articles et non écrire pour éclairer l’opinion. Qui ne connait pas cet homme farfelu et perturbateur, qui n’agit que pour son propre intérêt. Amy tu as perdu ma confiance et plus jamais je ne lirai plus un article de toi, et aucun article de ce journal Inter de Bamako. Le Mali merite mieux et plus que cet article. Regrettable article, pitoyable article.À jamais

  4. andre samake

    Mariko est cet homme qui tourne le tourbillon de la revolte et fait l’avocat du diable et des mecontents.

  5. A vos armes, prêts, partez!

    … »Pourquoi Oumar Mariko fait peur ? »

    Ca, c’est sûrement une « coquille » de presse! Le titre normal aurait dû être « Pourquoi Oumar Mariko fait chier!

  6. Ben77

    Ce journaliste oublie peut-être qu’on est au Mali et que tout le monde se connait. Qui ne connait pas Oumar Mariko? C’est aux étrangers qu’il faut dire cela.
    En réalité, ne connaissant pas très bien, je l’ai soutenu jusqu’au coup d’état du 22 Mars. Mais quelle ne fut pas mon indignation face à ses agissements depuis cet évènement?
    Il a d’abord soutenu dès le debut les putschistes avec bec et ongles. Mais quand le gouvernement a été formé sans lui et ses amis, il a commencé à traiter les putschistes de tous les noms d’oiseau. Ensuite, ne sachant plus quel camp choisir, (en tout cas, tout sauf celui de l’ADEMA) il est revenu encore vers les putschistes. Tout cela avec des déclarations fracassantes qui en réalité ne vont que dans le sens de ses intérêts particuliers.
    Ce qui me choque surtout, c’est que quand il parle, il se fait représentant du Peuple malien. « le peuple malien n’admet pas ceci, le peuple malien veut cela….. » Comme le dirait l’autre (l’honorable Deputé de Yélimané), Mariko est le Santan personnalisé….