Une visite de la confiance renouvelée à l’Umav : Soumi réaffirme son engagement aux côtés des couches les plus vulnérables

0
0





Mercredi 04 janvier 2012 au soir, Soumaïla Cissé dans la cour alors mélodieuse de l’Union Malienne des Aveugles (UMAV), que vaut-il un tel événement ? C’est simple, ceux qui étaient là ont vu magnifier l’humilité, la générosité, la disponibilité d’un homme au profit de ses concitoyens qui, malgré leur handicap visuel, s’abstiennent de demander l’aumône. Mais pourquoi Soumi Champion ? C’est en lui qu’ils ont confiance depuis une première rencontre datant de 2002. Mariam Doumbia, l’épouse de Amadou Bagayogo, est passée par là cette année.

                Ce mercredi donc, l’orchestre de l’UMAV était aux bons soins pour accueillir l’invité de marque. La section Urd de la Commune VI du District de Bamako n’a pas manqué de prendre soin de l’organisation de la cérémonie, avec l’appui des associations de soutien de Baco Djicoroni, Banankabougou, Faladié, etc. Et Bourama Kané dit BK le talentueux maître de cérémonie était là pour joindre l’utile à l’agréable dans un décor saisissant avec des banderoles expressives du soutien à Soumi et des objets d’arts dont des portraits du Champion. Ingénieux !

                Aux environs de 17 h, Soumaïla Cissé fait son entrée dans la cour de l’IJA (Institut des Jeunes Aveugles) pour visiter d’abord l’unité de production de l’Umav, saluer le grand public à travers une série de poignées de mains avant de prendre place avec son épouse Assitan Traoré aux côtés du président de l’Umav Moumini Diarra, et des hauts responsables de l’Urd tels Djibril Souleymane N’Diaye, Kalilou Samaké, Me Demba Traoré.

                L’hymne de l’Urd rafraîchit les cœurs, et place aux discours. D’abord celui du Secrétaire général de la sous-section Urd de Faladié Souleymane Dembélé et du Secrétaire général adjoint de la section VI Urd Fama Doumbia pour souhaiter la bienvenue à tous, rassurer l’Umav de leur collaboration et appui, réitérer leur soutien à la candidature de Soumaïla Cissé, et remercier les organisateurs.

                Pour leur part, le Président de l’Umav Moumini Diarra et le Directeur adjoint de la SOPRAM (Société de production des aveugles du Mali) Souleymane Bamba ont fait part de leurs préoccupations, des objectifs de l’Umav en plaçant leur espoir sur un dénouement salutaire de la part de Soumi Champion par l’écoulement de leurs productions, gage d’autonomie et d’insertion socioéconomique.

                S’adressant à leur ami, ils affriment que « l’Umav rencontre depuis un certain temps d’énormes difficultés dues aux méventes de ses produits, du fait de la concurrence des produits importés. Face à ces difficultés, l’Umav sait compter sur les oreilles attentives telles que les vôtres, car à travers vos visites répétées, nous sommes sûrs que quelqu’un nous écoute. Vous convenez avec nous que cet important potentiel productif, s’il était soutenu par un marché sûr, pouvait permettre non seulement de payer décemment ses travailleurs, mais également de soutenir financièrement l’UMAV dans la prise en charge et l’entretien des 192 élèves non voyants présents au sien de son internat. Monsieur le Président, nous ne demandons pas de l’aumône mais l’écoulement rapide de nos produits finis. Ce déplacement parmi nous témoigne de votre modestie, de votre esprit de solidarité et d’amour envers les personnes handicapées. Ce souci constant d’être à l’écoute des personnes démunies, telles que nous, vous honore à plus d’un titre. Qu’Allah Le Tout Puissant vous accompagne dans tous vos projets et que Dieu vous bénisse ! »

                A cet homme providentiel, il n’en fallait pas plus pour que le couple Amadou et Mariam, à travers une mélodie majestueusement orchestrée, lui dédie un morceau mémorable. C’est alors que prendra la parole l’enfant de Niafunké, Soumi national et le bien honoré ex-président de la Commission de l’Uemoa.

                Dans son allocution il a tenu d’abord à rendre un hommage mérité à Amadou et Mariam qui ont porté haut et loin la renommée du Mali, car dit-il, dans ses périples à l’extérieur il s’est retrouvé un jour face à quelqu’un qui ignorait le Mali, mais qui connaissait Amadou et Mariam. Et bien le couple vient du Mali, a indiqué Soumi.

                " Je leur dois cela, pour le Mali qui appartient à nous tous, le Mali, pays de solidarité, d’entraide, et c’est pourquoi il faut commencer par soutenir ceux qui en ont le plus besoin, et qui montrent l’exemple d’être laborieux malgré leur handicap.» Soumaïla a martelé qu’il s’engage à relever le défi de l’écoulement des productions de l’Umav. Il n’en serait pas à une première, a-t-il rappelé, il a contribué en son temps à faire consommer la production de Sukala qui ne s’achetait pas. Il a tout simplement prier Dieu de lui permettre de relever ce défi. C’est en effet le vœu de l’ensemble des bonnes volontés de l’Umav. Alors bon vent à l’initiative !

 

Mamadou DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.