Union des mouvements et associations pour le Mali : 5 millions de FCFA aux victimes du Nord-Mali

0
0

La salle Djeli Baba Sissoko du Centre international de conférence de Bamako (CICB) a servi de cadre, Samedi dernier, à la journée de prières et de bénédictions pour le retour de la paix au septentrion de notre pays. Cette activité était organisée par les militants et sympathisants du parti Union des mouvements et associations pour le Mali (UMAM).
La cérémonie était présidée par le président de l’UMAM Amadou Goïta entouré de Jeamille Bittar et de Mme Dembélé Ramatoulaye Touré présidente des femmes dudit parti. On notait aussi la forte présence des associations musulmanes et des imams de Bamako.
Dans son discours, Mme Dembélé Ramatoulaye Touré dira que cette cérémonie revêt d’une importante capitale. Il s’agit d’une part, dit-elle, des femmes citoyennes de l’UMAM, épouses et mères éprises de paix dans un Mali prospère et uni. «Nous devons unir nos cœurs et nos esprits pour formuler des vœux du retour de la paix, gage de tout développement. Surtout de prier pour le repos de l’âme des soldats tombés sur le champ d’honneur», a laissé entendre la présidente des femmes de l’Union des mouvements et associations pour le Mali (UMAM).

«Il s’agit en d’autres termes pour nous de réaffirmer notre soutien indéfectible à notre pays, à notre président de la République, à notre gouvernement et à notre vaillante armée en cette situation particulièrement marquée par la crise au Nord», a ajouté Mme Dembélé Ramatoulaye Touré. Selon elle, les prières faites en faveur de la paix et de l’avenir de notre ne seront pas sans suite. Pour sa part, le président de l’UMAM Amadou Goita dira qu’il est inadmissible, aujourd’hui, de prendre des armes pour revendiquer parce que le Mali est un pays démocratique.
Cette rencontre a pris fin par la lecture des plusieurs versets du Saint Coran et la remise symbolique des vivres. Signalons aussi qu’une minute de silence a été observée à la mémoire des vaillants soldats tombés sur le champ d’honneur.
Lassana Coulibaly

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.