Violation de la loi électorale : Des partis politiques dénoncent la passivité de la Céni

0
0

Lors d’une conférence-débats organisée par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) dans la salle de réunion du gouvernorat du district de Bamako  hier jeudi 12 janvier, certains partis ont dénoncé la passivité de Dr. Mamadou Diamoutani et de  ses camarades face à la violation de la loi électorale, relativement à la campagne pour les élections.

Pour la bonne tenue des élections générales de 2102, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) était en face de plus d’une quarantaine de partis politiques jeudi dernier au gouvernorat du district de Bamako. Il s’agissait, pour le président Mamadou Diamoutani, d’évoquer la supervision de la liste électorale, la régularité des élections et le référendum, le déroulement de la campagne de vote et le dépouillement entre autres.
" Malgré la mise en place tardive de la Céni, nous sommes parvenus à installer 4644 démembrements dans  les régions ainsi que dans les consulats et ambassades. Nous avons enregistré plus d’une dizaine de plaintes dont deux font actuellement l’objet d’étude du Tribunal administratif, et à notre niveau nous allons tout faire avec les partis pour obtenir la mobilisation des électeurs", a expliqué  Dr. Diamoutani.
Dans les échanges, les problèmes de radiation ont suscité la polémique, car certains soutiennent qu’ils risquent de provoquer  un faible taux de participation. Les partis politiques ont aussi dénoncé la passivité de la Céni face à certaines formations politiques qui ont déjà commencé la campagne avec des affiches et des annonces dans les médias, violant ainsi loi électorale, qui prévoit l’ouverture de la campagne électorale le 8 avril pour la présidentielle et 13 pour le référendum. Dr. Diamoutani a été invité à prendre ses responsabilités.
Nabila Ibrahima

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.